Iliad : un besoin de se réinventer, avec de nouveaux locaux plus attractifs

0

Cet article fait partie d’une série sur le #FreeDay2018, s’étant déroulé le samedi 9 juin 2018.

Après des résultats trimestriels décevants et une contre-performance en bourse, Iliad (maison-mère de Free) a amorcé une véritable remise en question. Cela passe, notamment, par une équipe de direction remaniée, et des priorités redéfinies pour le groupe… mais pas seulement.

Lors du #FreeDay2018, en préambule, Thomas Reynaud s’est étendu sur les changements en cours au sein d’Iliad. L’équipe de direction renouvelée s’est fixée une feuille de route avec quelques priorités stratégiques :

  • Entretenir un “lien” privilégié avec les clients. Il décrit une relation “unique” entre Free et ses abonnés ; communautés d’entraide, bouche à oreilles, etc.
  • Maintenir la “singularité” d’Iliad. L’opérateur doit rester “totalement différent”, “libertaire”, “en rupture” ; même s’il est “difficile de faire la révolution tous les matins”, reconnaît le DG.
  • Accélérer le déploiement des réseaux. Aussi bien sur le mobile que sur le fixe, Iliad doit poursuivre ses efforts. Un opérateur de télécoms n’est rien sans réseau, souligne Thomas Reynaud.
  • Lancer des “initiatives majeures” qui permettront de renouer avec la croissance. Cela peut passer par l’international : le récent lancement en Italie est perçu comme un important relai de croissance.
  • Mettre en avant son “savoir-faire” dans l’industrie. Free veut se distinguer vers le haut en termes qualitatifs : “on souhaite avoir le meilleur réseau de France”, explique-t-il.

Le remaniement de l’équipe dirigeante traduit une volonté de renouvellement, en faisant rentrer des profils “plus jeunes” et “féminins”. Thomas Reynaud lui-même a été tout récemment nommé directeur général, en remplacement de Maxime Lombardini, désormais président. L’ex-président du groupe, Cyril Poidatz, hérite quant à lui d’un poste un peu moins intensif, à sa demande : secrétaire général.

Un environnement de travail adapté pour séduire les développeurs et ingénieurs

Nouvelle tête, arrivée dans le groupe en 2017, Alexis Bidinot (DG délégué) vante “l’ADN” fort du groupe, qui se distingue grâce à ses communautés bien plus actives qu’ailleurs.

Chargé d’apporter un peu de sang neuf dans l’entreprise, il a notamment participé à la réorganisation du 5è étage du siège social historique (8 rue de la Ville-L’Évêque, à Paris). L’objectif affiché était de rendre l’environnement de travail plus agréable pour les développeurs et les ingénieurs.

Xavier Niel confirme, un peu plus tard, son intention de retenir les talents chez Free et d’en séduire de nouveaux, sans cesse dragués par d’autres entreprises du numérique. “Je pensais que le salaire était le plus important”, rigole-t-il, reconnaissant avoir une vision “un peu vieille” du monde du travail. Il a constaté en réalité que les développeurs accordaient une grande importance à leur lieu de travail, et ne se plaisaient pas toujours dans les locaux de Free, qui “ressemblent un peu à une banque”.

C’est notamment dans cet esprit qu’a été conçue La Maison, QG de Scaleway (filiale d’hébergement cloud d’Iliad) dans un ancien hôtel particulier de Paris. But avoué : créer un cadre spacieux, plus original et plaisant que de simples bureaux.

Retrouvez tous nos articles sur le #FreeDay2018 :

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

0 commentaire

    Réagir sur le forum