Free Mobile : accélérer le déploiement pour "faire disparaître" l’itinérance

Free Mobile : accélérer le déploiement pour « faire disparaître » l’itinérance

1

Cet article fait partie d’une série sur le #FreeDay2018, s’étant déroulé le samedi 9 juin 2018.

Il faut accélérer le déploiement, tant sur le fixe que sur le mobile : voilà la volonté affichée par Thomas Reynaud, en préambule de son intervention au #FreeDay2018. Le nouveau DG d’Iliad prend sa part de critiques et promet de faire mieux — même si Free a aussi été la cible de critiques « parfois injustes » sur le mobile, estime-t-il.

Couvrir la France, une tâche plus ardue que prévu

“On pensait couvrir la France avec 10 000 à 12 000 antennes”, confesse Xavier Niel. Il reconnaît que Free s’est basé sur le nombre d’antennes déployées par ses concurrents… lors du lancement de Free Mobile. Le nouvel entrant n’a pas suffisamment anticipé les déploiements additionnels des opérateurs concurrents, chauffés à blanc par l’arrivée de Free. Un simple contretemps ? En réalité, “ce sera plutôt 18 000” antennes, précise le fondateur de Free.

Cette volonté affichée d’accélérer les déploiements doit servir à se passer de l’itinérance Orange au plus vite. Dans le cadre de l’extinction progressive négociée avec le régulateur, l’itinérance n’offre désormais plus que des débits très limités. “Il faut qu’elle disparaisse”, martèle Xavier Niel.

En vrac : VoLTE, NFC, 5G…

En vrac, de nombreuses petites informations ont pu être glanées autour du réseau mobile de Free et de ses évolutions, en métropole et au-delà :

  • Fréquences non-utilisées : Free ne déploie pas toutes ses fréquences sur certaines de ses antennes, même lorsque cela est réglementairement possible. L’opérateur explique que, sur certains pylônes mutualisés, des “contraintes techniques” le contraignent à procéder à des “arbitrages” — et donc, à ne choisir que certaines fréquences. Sur ses sites propres, en revanche, Free a vocation à allumer toutes les fréquences autorisées, aussi vite que possible.
  • VoLTE : si Free ne se montrait pas spécialement intéressé par le déploiement de la technologie l’an passé, il confirme désormais travailler dessus. Sans pouvoir dire quand cela sera déployé.
  • Femtocells : largement utilisés au lancement de l’offre Free Mobile pour compléter le réseau déployé, ceux-ci sont désormais moins fréquemment utilisés. Free ne les intègre plus systématiquement dans ses nouvelles box.
  • Cartes SIM NFC : Xavier Niel ne prévoit pas leur utilisation dans l’immédiat, car aucun service de paiement NFC n’est au programme chez Free Mobile. Rien n’est prévu pour permettre d’autres usages NFC (Navigo, etc.).
  • La Réunion : Free indique qu’il procède à une mise à jour de son réseau en vue de pouvoir y déployer ses fréquences 2600 MHz. L’opérateur “réfléchit” par ailleurs à la possibilité de lancer une offre fixe sur l’Île.
  • 5G : Interrogé sur le futur déploiement de la 5G, Thomas Reynaud évoque une “évolution importante” mais qui ne fait pas partie des priorités immédiates pour l’opérateur. Free compte sur la technologie pour pouvoir déployer des fréquences millimétriques via les “small cells”, ces mini-antennes plus nombreuses que les antennes-relais, capables de s’intégrer partout. Lancement commercial à l’horizon 2020-2021.

Retrouvez tous nos articles sur le #FreeDay2018 :

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

1 commentaire

  1. Tiens finalement ceux qui se faisait traiter de hater parce qu'ils annonçaient que 10.000 antennes ce n'était pas suffisant aurait finalement raison....  ::)

    Au moins, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...

  2. Réagir sur le forum