myCANAL : des services restreints sur les chaînes France Télévisions

0

À la demande de France Télévisions, myCANAL se voit contraint de limiter les services proposés sur les chaînes du groupe public.

Dans un communiqué adressé à ses abonnés, le groupe Canal+ indique qu’il met en place des « restrictions d’accès » sur les chaînes de France Télévisions via sa plateforme myCANAL. Sont concernées : France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, mais aussi Franceinfo.

Ainsi, sur myCANAL version web, PC et Mac, il n’est plus possible de télécharger les programmes des chaînes à la demande, afin de les visionner par la suite hors connexion. C’est également la fin du start-over, qui permet de reprendre un programme depuis le début lorsque celui-ci est toujours en cours de diffusion. Cette restriction touche myCANAL sur l’ensemble des plateformes, et même les abonnés Canal+ avec le décodeur CUBE S.

Une demande de rémunération, contestée par Canal+

À l’origine de ce changement, le service client de Canal+ évoque une « demande de rémunération de la part des chaînes du Service Public ». Une demande contestée par myCANAL.

Il semble donc bien qu’après TF1 et M6, ce soit au tour du groupe France Télévisions lui-même de demander rémunération aux diffuseurs de ses programmes, au moins pour l’accès à certains services considérés comme « premium ».

Depuis des mois, c’est donc un véritable bras de fer qui s’amorce avec d’un côté, les opérateurs et les diffuseurs, et de l’autre les chaînes de télévision. Ce problème réglementaire ne risque pas de se terminer à l’amiable : SFR a ainsi déposé une demande de réglement de différend auprès du CSA, tandis qu’Orange a assigné TF1 devant le tribunal de commerce. Pour sa part, Free milite pour un « must deliver » qui contraindrait les chaînes à proposer leurs contenus gratuitement aux diffuseurs, dès lors qu’elles bénéficient gratuitement de fréquences publiques sur la TNT.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.