IPv6 : en 2017, Free montre toujours l’exemple

5

Précurseur, Free est toujours l’opérateur grand public qui dispose du plus grand nombre d’abonnés utilisant une IPv6 (35%). Il est talonné par Orange.

Dans son observatoire 2017 de la transition vers IPv6, l’ARCEP (Autorité de régulation des télécoms) fait le point sur les efforts de migration des quatre principaux opérateurs grand public fixes. Le résultat est sans appel : Free se distingue avec un taux d’utilisation constaté de 35% en IPv6, contre 33% pour Orange. Très loin derrière, Bouygues Telecom et SFR n’en sont qu’à leurs balbutiements en la matière : IPv6 représente moins d’1% du trafic chez eux.

Au total, le nombre de clients fixes disposant d’une IPv6 active devrait atteindre les 95 à 100% chez Free dès l’année prochaine, estime l’ARCEP. En se basant sur les prévisions communiquées par les opérateurs, le gendarme des télécoms a dressé ses projections : d’ici 2020, Bouygues Telecom devrait avoir largement rattrapé son retard, avec 75 à 85% de ses abonnés disposant d’une IPv6 active (devant Orange !). SFR, en revanche, ne semble pas du tout avoir anticipé ce changement nécessaire, avec seulement 10 à 20% de clients migrés d’ici 2020.

Adopter IPv6, ça urge !

Rappelons que le protocole IPv6 a pour objectif de remplacer définitivement les adresses au format IPv4, encore largement utilisées aujourd’hui pour désigner n’importe quelle machine en réseau : client, serveur, machine locale, etc. Les adresses IPv4 atteignent aujourd’hui l’épuisement, et bien que ce problème soit connu depuis de nombreuses années, peu d’opérateurs ont fait l’effort de lancer la migration de leurs réseaux vers IPv6.

Face à ce problème, certains opérateurs se voient contraints d’attribuer une même adresse IPv4 à plusieurs clients différents. C’est ce que fait Free, par défaut, pour ses abonnés fibre en zones moins denses. Il propose à ses abonnés de disposer d’une plage d’adresses en IPv6 s’ils le souhaitent, mais cela reste facultatif et pour des raisons de compatibilité, ils se voient toujours attribuer une adresse IPv4 en parallèle.

Free, pionnier en matière d’IPv6

Free est un des premiers opérateurs dans le monde à avoir proposé l’option IPv6 gratuitement à ses abonnés Freebox, dès fin 2007. Il a été le premier à implémenter la solution 6rd, conçue par les français Rémi Dusprés et Alexandre Cassen, qui a été déployée chez plusieurs grands opérateurs dans le monde. Les deux ingénieurs ont, depuis, été récompensés pour leurs travaux.

Cette avance considérable a longtemps permis à la France de figurer parmi les pays à la pointe de l’IPv6 dans le monde. Ainsi, en 2011, Free représentait à lui seul près de 50% du trafic IPv6 mondial ! Aujourd’hui, la situation s’est nettement lissée, et de nombreux opérateurs ont fini par entreprendre le déploiement du nouveau protocole, bon gré mal gré.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

5 commentaires

  1. Étant connecté sur le répartiteur d'Amilly 28, mes adresses de connexion ont changées il t'a quelques semaines (ipv4 comme ipv6). Maintenant l'adresse ipv4 et partagée sur une connexion ADSL dégroupée.

  2. Free montre l'exemple, certes. Mais le mauvais exemple.
    Activez l'IPv6 sur votre Freebox et c'est la porte ouverte a des gens mal intentionnés.

    Aucun moyen de filtrage n'est possible au niveau de la Freebox. On ne peut donc se reposer que sur les mécanismes disponibles sur chaque équipement connecté a son réseau privé.
    Compte tenu des faiblesses qui ne sont plus à démontrer sur bon nombre d'objets connectés et compte tenu du fait que la plupart des gens ne changent pas les mots de passe des équipements qui sont dans leur réseau privé, activer l'IPv6 c'est prendre un gros risque.
    La seule chose qui "protege" c'est le fait que l'espace d'adressage IPv6 étant énorme, il devient compliqué de trouver l'adresse publique IPv6 d'un équipement, la méthode du scan étant clairement inefficace. Il n'empêche, le risque est bel et bien réel.

    Bref, si vous ne savez pas précisément ce qu'implique l'activation d'IPv6 sur votre Freebox, mieux vaut ne pas l'activer.

  3. L'IPv6 est loin d'être bien au point en effet. Récent abonné à l'offre Freebox révolution, j'ai commencé à avoir des gros problèmes de déconnexions intempestives et d'un débit catastrophique en wifi.
    Je me suis rendu compte après quelques recherches que l'IPv6 était activé par défaut... et en la désactivant miracle, plus aucun problème de déconnexions et un énorme gain en débit. Merci Free... mais avant d'imposer l'IPv6, faites en sorte que ça fonctionne correctement  ;)

  4. Comme d'autres freenewsers l'ont dit : L'IPV6 n'est pas encore assez robuste pour être utilisé de manière seine.
    Aujourd'hui, peu de pirates s'intéressent à cette technologie puisqu'elle est encore très peu utilisée mais plus on avance dans le temps, plus on y découvre des problèmes de sécurité. Faire en sorte d'accroître la sécurité avant de proposer cette technologie au grand public serait peut-être bien meilleur...  :-X

  5. Bonjour

    Anticiper pour le futur pour Free, oui c'est une bonne idée .. mettre à jour le matériel en conséquence surement aussi  :)  De toutes manières il "faut" le faire car il y a pénurie d'IPV4.
    C'est un peu le but de manœuvre .

    Mais je dirais qu'il faut différencier ce que fait Free et ce que vous faites. Rien ne vous empêche en effet de ne pas activer l'IPV6 sur votre connexion.. D'ailleurs tous les sites/applications ne sont pas (encore) compatibles IPv6.

    Et pour le partage d'IP  pour ceux en ADSL sur nouveaux DSLAM IPV6, ainsi  que ceux en fibre optique  en ZMD (et accessoirement en fibre  ZTD en architecture EPON) ce partage d'IP,  pour la plupart d'entre nous,  n'a aucune incidence sur le quotidien.

    Comment savoir si on est concerné ?  une aide tutoriel  et que faire si on rencontre un souci, les solutions ...

    >> Freebox Fibre FTTH IPV4 et ADSL Dslam Free IPV6 les spécificités

  6. Réagir sur le forum