Fibre : Maxime Lombardini (Free) favorable à plus de régulation

3

Dans une interview consacrée aux Échos, Maxime Lombardini (DG d’Iliad-Free) s’exprime en faveur du projet de l’Arcep : vers une régulation plus stricte du déploiement de la fibre en France.

Si elles ne plaisent pas à Orange, les mesures envisagées par le régulateur sont tout à fait du goût de Free. Maxime Lombardini le rappelle : « cela fait longtemps qu’on dit qu’il y a un problème » concurrentiel sur la fibre. Dès l’été 2016, le trublion était un des premiers à évoquer un cadre réglementaire « trop favorable à Orange », pointant du doigt des inégalités contractuelles et tarifaires.

Le DG d’Iliad égrène, un à un, les problèmes posés par Orange. Ce dernier se « réserve un accès privilégié à de multiples informations et dispositifs spécifiques » sur les réseaux où Free est pourtant co-investisseur ; un problème qui ne peut être résolu qu’en imposant les « mêmes procédures » pour tous.

Autre souci posé aux opérateurs tiers : « entre 2006 et 2010, Orange s’est réservé l’usage quasi exclusif des fourreaux dans les zones très denses », raconte Maxime Lombardini. Ces pratiques ont depuis cessé, mais elle ont permis à Orange de prendre une avance considérable dans ces zones réputées les plus rentables…

Pour le dirigeant de Free, l’action du régulateur doit permettre d’empêcher de s’orienter vers « un duopole entre Orange et SFR, voire un monopole d’Orange ». Même si les solutions retenues par l’Arcep ne sont pas révolutionnaires, pour lui : « nous attendions plus ». Une séparation entre le réseau et le reste du groupe Orange, comme cela se fait déjà dans d’autres pays, serait le « meilleur outil » pour favoriser la concurrence, reconnaît-il.

Orange : des investisseurs plus importants, mais pas tant que ça

Cette semaine, l’Arcep (Autorité de régulation des télécoms) s’est attirée les foudres d’Orange en annonçant vouloir réguler plus fermement le déploiement de fibre optique. Le gendarme des télécoms entend rester vigilant et empêcher « tout comportement d’obstruction de la part d’Orange, soit vis-à-vis des autres opérateurs dans les investissements dans les réseaux FTTH, soit dans la migration des réseaux haut-débit vers les réseaux à très haut débit ». But de la manœuvre : faire en sorte que tous les opérateurs puissent investir plus largement sur la fibre, et mettre fin à un déséquilibre concurrentiel croissant.

Orange argue que ses investissements lui ont permis de dominer ses concurrents. Mais, avec 550 à 600 millions d’euros investis dans la fibre en 2016 (pour 20 milliards de chiffre d’affaires), contre 350 millions d’euros investis par Iliad (pour 4,4 milliards de CA), cela ne suffit pas à expliquer sa très confortable avance en proportion : à l’heure actuelle, l’opérateur historique s’est emparé de près de 75% du marché de la fibre.

Source : Les Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

3 commentaires

  1. Euh quasiment le double d'investissement sur une année, d'autant plus qu'une partie est commune, explique quand même beaucoup l'avance d'Orange.
    Et encore une fois, si c'est joli de faire le rapprochement avec le CA pour montrer que FREE est le gentil, c'est quand même le montant réel investit qui compte.

  2. doppel a écrit :

    Euh quasiment le double d'investissement sur une année, d'autant plus qu'une partie est commune, explique quand même beaucoup l'avance d'Orange.

    Justement, non, ça n'explique pas qu'un opérateur qui investit 50% plus qu'un seul de ses concurrents puisse s'être emparé de 75% de l'ensemble du marché.

  3. Là, Free joue le coucou.
    Orange installe la fibre à toute vitesse, propose des offres alléchantes pendant que Free rallonge les délais, annule les contrats signés, et ne fait aucun geste commercial pour attirer les clients ou les motiver à passer à la fibre.
    Il est clair qu'installer une fibre gratuitement tout en offrant une réduction sur l'abonnement et plein de bonus est un investissement coûteux de la part d'Orange pour son avenir.
    Et une fois investi et client connecté, Free veut récupérer le résultat: la fibre et le client.
    La crainte d'une telle situation était d'ailleurs une des causes du retard dans le démarrage de la fibre et dans son déploiement.
    Il est vrai que ce ne sera pas bon qu'Orange s'empare de tout mais ce serait mérité et dû à la prise de risque et à une stratégie d'investissement intelligente qui attire les clients.

  4. Réagir sur le forum