Projet de loi Hadopi : l’UFC écrit à la Commission européenne

8

L’UFC Que Choisir est indignée et elle le fait savoir.

Dans un communiqué l’association de défense des consommateurs UFC Que choisir a déclaré que le gouvernement français « a inscrit, à la hussarde, le projet de loi Création et Internet à l’ordre du jour du Sénat à partir du 29 octobre » » sans attendre la décision de la Commission européenne qui doit examiner le projet de loi Hadopi le 23 octobre prochain et donner son « avis sur la compatibilité au droit communautaire de la riposte graduée ».

L’association, « indignée par l’aveuglement du gouvernement français qui s’entête, malgré les protestations européennes, à faire passer en force la riposte graduée du projet de loi Création et Internet », a adressé un courrier au président au président de la Commission européenne pour demander à la Commission « d’intervenir afin d’empêcher la France de légiférer ».


UFC Que choisir
Voici la copie intégrale de ce courrier :

« Objet : Notification du projet de loi français « favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet »

Monsieur le Président,

Dans le cadre de l’examen par la Commission européenne de la notification du projet de loi français « favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet », que le gouvernement français souhaite faire adopter en urgence, permettez-moi d’attirer votre bienveillante attention sur l’incompatibilité d’un volet de ce texte avec certaines dispositions des projets de Directives du « Paquet Telecoms » en cours de discussion et plus généralement des droits fondamentaux européens.

En effet, vos propositions, telles que modifiées le 24 septembre dernier par différents amendements du Parlement européen, dont l’amendement n°138, sou lignent que la problématique de l’encadrement des téléchargements est actuellement traitée au niveau européen.

Conformément au projet de loi français adopté en Conseil des Ministres le 18 juin dernier et notifié à la Commission en juillet, un internaute, simplement suspecté de téléchargement illégal, peut se voir privé de sa connexion Internet sans décision judiciaire préalable.

Or, ce dispositif, contraire à toutes les garanties procédurales prévues au niveau européen, à commencer par le procès équitable et le respect de la présomption d’innocence, est également expressément condamné par l’amendement n°138 adopté , à une très large majorité (573 voix pour et 74 voix contre), par le Parlement européen. Si cet amendement était confirmé par le Conseil des
Ministres qui doit discuter du texte le 27 novembre prochain, alors la législation française serait définitivement contraire au droit communautaire.

En tout état de cause, la discussion du « Paquet Telecoms », et notamment de l’encadrement des téléchargements et de la protection du droit d’auteur, empêche l’adoption dans l’urgence du texte français.

En effet, cette actualité européenne justifie l’application de l’article 9. 4 de la Directive 98/34/CE. Conformément à cet article, un Etat membre doit reporter « l’adoption d’un projet de règle technique de douze mois à compter de la date de la réception (…) si, dans les trois mois qui suivent cette date, la Commission fait part du constat que le projet de règle technique porte sur une matière couverte par une proposition de directive, de règlement ou de décision présentée au Conseil conformément à l’article 189 du traité ».

Non seulement fondé juridiquement, un tel report s’avère indispensable en raison de la nécessité de trouver un juste équilibre entre une rémunération légitime des artistes et l’accès des internautes à la diversité culturelle comme le souhaite la Commission européenne. En effet, le débat très virulent qui sévit en France et en Europe suite à la tentative du gouvernement français d’imposer un mécanisme purement répressif mettent en danger les propositions de la Commission européenne pour renforcer, d’une manière souple et réfléchie, la place du contenu dans la réglementation télécom, de même que la future recommandation « Contenu en ligne ».

Au vu de ces éléments, et au-delà des critiques de fond sur le dispositif de riposte graduée à la française, vous serais-je reconnaissant de bien vouloir repousser l’adoption du projet de loi susvisé et inviter la France à privilégier à la logique du « tout répressif du projet de loi », le juste équilibre entre rémunération des artistes et intérêt des consommateurs promu par l’Union européenne.

Vous remerciant de l’attention que vous accorderez à ma démarche, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de ma très haute considération.

Alain BAZOT

Président de l’UFC-Que Choisir »

Et l’UFC de conclure : « Ce n’est pas parce qu’elle préside actuellement l’Union que la France peut imposer ses vues. »

Source : Pcinpact

Partager

A propos de l'auteur

Ingénieur en informatique anciennes technologies (développement puis méthodes et qualité). Depuis 2003 : développement et administration de sites webs et assistance aux utilisateurs.

8 commentaires

  1. La France n'est-elle pas actuellement présidente de l'Union...?!? Espérons qu'elle ne profite pas de cette position pour passer en force, au niveau européen aussi, ses règles tortionnaires et hors la loi. On s'offusque aujourd'hui des lynchages sans jugement, pourtant c'est la même chose pour la coupure de l'accès Internet, dans une bien moindre mesure certes, mais dans le fond, c'est le même principe !

  2. N'ont'ils pas d'autres chats à fouetter [Modérez vos propos !] ? Vitesse et précipitation ne font pas bon ménage et nul besoin d'être énarque pour connaitre ce très juste adage !

  3. Voir l'UFC envoyer une lettre à la commission, ça prouve au moins que nous ne sommes pas seuls à nous soucier de nos droits primordiaux. Je trouve que la lettre résume bien la situation et qu'elle exprime bien le fait que la France outrepasse l'autorité Européenne. J'espère qu'elle aura un minimum d'effet, et j'espère également très sincèrement que notre ... plutôt que le gouvernement français va se casser les dents !

  4. Un (****MERCI DE RESTER CORRECT***dernier avertissement). Les gens qui ne respectent ni les libertés premières des gens ni les règles du jeu perdent toute respectabilité.

  5. Avertissement général : Tout commentaire hors sujet, irrespectueux, diffamatoire, ou portant sur la modération sera supprimé et donnera lieu à un avertissement (et à une exclusiion en cas de récidive), conformément aux règles des forums sur Freenews, voire à la clôture du topic si les commentaires sur cette news continuent à être déplacés.

  6. de toute facon, sarko ne pense qu'aux patrons.... l'europe ne l'interresse que si les patrons sont interressé...... il a fait passer la loi hadopi mais on sait pas comment pouvoir télécharger en toute legalité et sans payer.... qu'on baisse les prix des cd et après il y aura des ventes... cd en espagne 11€ en france 23€ normal que les gens vont telechargé

  7. Réagir sur le forum