Full MVNO : les licences 4G, dernier espoir d’indépendance ?

2

Ayant toujours d’importantes difficultés à percer sur le marché, avec seulement 6% de parts de marché, les MVNO (opérateurs virtuels de téléphonie mobile) pensent au futur et espèrent que la future attribution des premières licences LTE (4G) leur permettra de concrétiser le statut particulièrement convoité de « Full MVNO »

L’association Alternative Mobile, regroupant les principaux MVNO indépendants du territoire, se rappelle au bon vouloir du gouvernement et du régulateur en réclamant la mise en place de conditions favorables à l’émergence du statut de Full MVNO — qui permet de disposer d’une grande indépendance sur le réseau de leur opérateur hôte.

Lors de l’attribution de sa licence 3G, Free Mobile s’était engagé à prendre de nombreuses dispositions en faveur de l’accueil des MVNO, notamment en proposant à la fois des offres de « light MVNO » et de « full MVNO » (dans la limite de 4 Full MVNO sur son réseau). Mais il faut croire que cela ne suffira pas…

« Les prochains appels pour les licences de 4ème génération (800 MHz et 2,6 GHz) constituent l’ultime chance de voir éclore en France un modèle « Full MVNO », facteur d’innovation et d’une multiplication de nouveaux services, au profit des consommateurs et de la compétitivité des entreprises françaises » fait savoir l’association dans un communiqué. La demande des sociétés adhérentes est claire, alors que les pouvoirs publics s’apprêtent à élaborer les modalités d’attribution des futures licences : ces dernières devront intégrer une obligation d’accueil des Full MVNO.

Toutefois, pessimiste, l’association « redoute que malgré la détermination de l’ARCEP, les arbitrages rendus par le Gouvernement en perspective de la finalisation des appels 4G soient davantage dictés par des objectifs budgétaires de court terme en vue d’une maximisation de la valorisation des fréquences, que par des objectifs de long terme en faveur du
dynamisme concurrentiel et de l’innovation dans le secteur des télécoms »
.

On en saura plus d’ici quelques mois, probablement avant la fin de l’année, lorsque la procédure d’attribution sera officiellement lancée…

via ZDnet.fr

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. 6% de parts de marché n'est pas du tout considéré comme un échec par rapport aux cibles des MVNO : il ne s'agit pas de l'ensemble des consommateurs mais de ceux qui ont vraiment besoin d'un tarif discount, par exemple les familles. La 4G est en revanche un moyen de viser d'autres cibles, mais on n'en est pas là ! Si l'affirmation que les MVNO sont muselées par les trois larrons est exacte, il faut s'attendre à la fin du muselage en 2011 pour contrer Freemobile.

  2. Bonjour,

    Kami78 a écrit :
    Si l'affirmation que les MVNO sont muselées par les trois larrons est exacte, il faut s'attendre à la fin du muselage en 2011 pour contrer Freemobile.
    Pas forcément. Le fait est que les tarifs proposés par les 3 opérateurs aux MVNO ne leur permettent visiblement pas de proposer des offres significativement moins chères, même avec des structures de coûts fortement allégées. Seul Virgin Mobile semble être parvenu à atteindre un taille lui permettant de se différencier un petit peu. Si Free mobile est réellement moins cher que le marché au moment de son lancement, les 3 autres pourront choisir d'aligner (ou tout du moins de baisser) leurs propres tarifs tout en laissant un marge de manœuvre très faible aux MVNO. Dans une telle hypothèse, les clients continueront probablement à préférer les opérateurs aux "coucous". Les opérateurs n'ont actuellement aucun intérêt à favoriser les MVNO. Cela signifierait répartir leurs coûts fixes sur une base d'abonnés plus faibles. Maintenant, il peuvent effectivement décider de changer de politique pour contrer Free Mobile. De cette manière, ils dilueraient le marché. Free Mobile serait noyé dans un flot de MVNO. Eux-mêmes perdraient des revenus directs, qui seraient alors remplacés par les revenus indirects (et plus faibles) versé par les MVNO pour l'utilisation du réseau. Si Free Mobile applique réellement la politique annoncée (qui consiste également à diluer le marché en favorisant les MVNO), les 3 autres seront AMHA contraints de suivre. Ils se retrouveraient sinon dans un marché dilué sans en tirer bénéfice... A+ Xavier

  3. Réagir sur le forum