Free opérateur mobile : les conséquences pour l’emploi

0

Postes fixes dans le mobile

Dans le dossier que Free Mobile a rendu à l’ARCEP, il y a un volume sur les conséquences sur l’emploi.

L’autorité de régulation a donné une très bonne note au dossier. En effet, une note de 22 sur 25 a été attribuée. Le volet « RH » (Ressources Humaines) est donc parfaitement en cohérence avec l’étiquette d’opérateur mobile.

Free Mobile prévoie la création de 5000 emplois directs d’ici 2018 en vue de se structurer en tant qu’opérateur mobile et 8000 emplois indirects (partenaires industriels et sous-traitants).

Sur les concurrents, le volume de clients estimé par Free Mobile n’aura pas de conséquences néfastes sur l’emploi des autres opérateurs. L’arrivée de Free sur le marché ne devrait pas les inciter à réduire leurs effectifs.

D’ici le lancement de l’offre commerciale (2012 dans le document de l’ARCEP), 3000 emplois (dont 1000 emplois directs) seront créés.

D’ici fin 2010, Iliad prévoit de créer 143 emplois directs pour la création du « noyau dur » de Free Mobile. Emplois qui seront répartis dans 7 directions opérationnelles et 7 directions de support. Ces créations seront pour la phase de démarrage.

Dans le détail :


emplois directs

*ETP = Equivalent Temps Plein

Le ratio d’ETP / nombre d’abonnés sera de 3000 abonnés pour 1 ETP. Sans détailler son calcul, Free Mobile estime qu’il est meilleur que les opérateurs actuels (1 ETP pour 3500 à 5500 abonnés). Les 5150 emplois à l’horizon 2018-2020 dépendront donc du nombre d’abonnés (estimé à 8 millions). Géographiquement, ces emplois se situeront à Paris, Bezons et Montpellier.

Sur les emplois indirects, Free Mobile table sur près de 8000 emplois d’ici 2018-2020 (entre les partenaires liés au déploiement, à l’équipementier, la distribution, médias & publicité).


Sur le recrûtement, Free Mobile s’attend à de nombreuses candidatures spontanées, mais fera également appels aux autres moyens (mouvements internes, communauté de Freenautes, société de recrûtement). On notera que Free Mobile a expressément mis « communauté de freenautes » et s’attend donc à avoir ses abonnés du mobile derrière lui, comme ses abonnés de l’ADSL.

Free Mobile n’a rien indiqué concernant l’emploi de personnes handicapées (ce qui lui a certainement enlevé des points).

Source : ARCEP

Partager

A propos de l'auteur

Bougnat pure souche, connecté en réseau salers. Ne risque pas d'avoir la fibre optique ("nom di diou").

Les commentaires sont fermés.