Hadopi : gare à vos identifiants FreeWifi ! (MàJ)

26

Le service FreeWifi ne permettra pas aux Freenautes de télécharger en toute tranquillité à l’abri d’Hadopi. Le système mis en place par Free permet d’identifier l’abonné, tant et si bien que PC INpact rapporte le premier cas d’un abonné averti pour un téléchargement via FreeWifi…

Un Freenaute ne pourra pas se retrouver accusé à tort pour l’utilisation qui aura été faite de sa Freebox à son insu, via FreeWifi. Pour cela, Free avait pensé à tout : l’identification sur FreeWifi attribue une IP publique différente de celle de la Freebox, et les deux connexions sont totalement séparées.

En revanche, ce système permet bien au FAI d’identifier les abonnés se connectant à FreeWifi : avec l’IP relevée et la date et l’heure de connexion, il peut retrouver, en cherchant dans ses historiques, l’abonné qui s’est connecté à l’aide de ses identifiants personnels. C’est donc les bonnes coordonnées qui seront transmises à l’Hadopi en cas de besoin.

De nombreux utilisateurs prêtant leurs identifiants personnels FreeWifi à leurs connaissances, il convient de les prévenir que tout usage de la ligne fait avec leurs identifiants pourra leur retomber dessus. Il est déconseillé de les partager. En cas de doute, vous pouvez changer votre mot de passe FreeWifi en vous rendant sur la page wifi.free.fr depuis chez vous.

Voir aussi :

- FreeWifi : notre guide de mise en route


Mise à jour (5 novembre 2010) :

Free a tenu à réagir officiellement à cet événement auprès de PC INpact. Son discours, que nous vous laissons consulter ci-dessous, rejoint à 100% notre analyse initiale, aussi nous contenterons-nous de vous le fournir sans commentaires additionnels :

« Pour faire simple, un abonné ayant activé la fonction FreeWiFi (qui est une fonction réseau Free, donc hors de sa responsabilité, contrairement au réseau WiFi « domestique ») ne sera nullement inquiété par les agissements des connectés.

FreeWiFi se comporte comme un équipement d’accès (ie une Base Transceiver Station pour le mobile ou un DSLAM pour le fixe) : les agissements d’un connecté sont sans conséquence pour les autres connectés : sur le fixe, c’est la connexion de l’abonné incriminé qui est suspendu, pas le DSLAM.

Sur FreeWiFi, en cas de pépin, ce qui « sautera » sera non pas la fonction FreeWiFi, encore moins la connexion Free de l’abonné relai FreeWiFi mais le compte d’accès à FreeWiFi de rattachement de l’IP qui s’est fait attraper.

Sachant que le compte FreeWiFi est personnel (c’est comme les identifiants mails, CB ou une carte SIM), l’abonné n’est pas censé le « prêter » à des tiers. »

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

26 commentaires

  1. C'est idem pour l'utilisation des routeurs fon, les personnes qui s'y connectent sont dans un réseau différent de la personne fournissant l'accès internet.

  2. En revanche, ce système permet bien au FAI d’identifier les abonnés se connectant à FreeWifi : avec l’IP relevée et la date et l’heure de connexion, il peut retrouver, en cherchant dans ses historiques, l’abonné qui s’est connecté à l’aide de ses identifiants personnels.
    Est-ce que le lieu géographique figurera aussi ? Car dans ce cas, cela permettrait de démontrer un piratage de son accès FreeWifi et de porter plainte. Et par la même, de justifier, par exemple, que l'on se trouvait à des kilomètres du point d'accès au moment des faits. Hadopi réprimande le manque de sécurisation de sa connexion internet. Son identifiant FreeWifi entre-t-il également dans ce cadre législatif ? Il semble qu'il ait été décidé que oui au vu de l'article .... Bonne chance aux outils de sécurisation qui dans ce cas devront justifier que la ligne est bien sécurisée, mais également que les identifiants distants n'ont pas été volés ... @+

  3. Bonjour, Le système de sécurisation du FreeWifi n'est peut être pas parfait mais certainement mieux que celui d'un autre FAI qui n'a pas prévu de différencier les accès de ses Clients de ceux qui se connectent en WiFi sur la Box d'autres Clients. Alain

  4. duschnouk a écrit :
    C'est idem pour l'utilisation des routeurs fon, les personnes qui s'y connectent sont dans un réseau différent de la personne fournissant l'accès internet.
    Pas du tout, justement ! C'est tout le problème avec les routeurs FON. Ils ne peuvent pas attribuer une IP publique différente puisqu'ils ne font qu'utiliser votre connexion domestique habituelle, contrairement aux Freebox qui peuvent gérer ça "intelligemment" puisqu'elles ont un accès direct au réseau de Free. Par conséquent, si quelqu'un utilise votre accès communautaire FON pour télécharger illégalement dessus, il le fait avec l'IP de l'abonné dont il utilise la connexion. Et c'est bien le titulaire de l'abonnement qui recevra l'éventuel avertissement... mais on devrait (peut-être ?) pouvoir utiliser ses logs de connexion FON pour prouver sa bonne foi auprès d'Hadopi.

  5. En cas de connexion FREEWIFI Comme la multiplication des téléphones style I PHONE se multiplient , qui enverra la missive ? Le fournisseur d'accès ( FREE ) ou le fournisseur du téléphone ( SFR , ORANGE , BOUYGUES ) ? Prenons le cas d'un titulaire de forfait SFR avec un IPHONE4 qui est aussi abonné ADSL free , ne risque t il pas d'être averti deux fois .. Maintenant vu la bande ridicule du FREEWIFI , a part des MP3 , je ne vois pas télécharger des FILMS en HD sauf de planter la tente sur le pallier d'un abonné Free qui partage sa connection en WIFI et d'y passer plusieurs jours ... Il tomberas en panne de batterie avant d'avoir chargé les 5 premières minutes FreeWIFI , c'est tout juste bon pour relever son courrier !!

  6. Réagir sur le forum