Pannes : Orange rejette toutes les fautes sur Free Mobile

0

Je t’aime, moi non plus

Dans une interview consacrée au magazine Challenges, Jean-Luc Vuillemin, directeur technique « Réseaux & services » d’Orange, revient sur les pannes du réseau Free Mobile sans mâcher ses mots : pour lui, Orange n’a « aucune part de responsabilité » dans les incidents qui touchent les clients Free sur les antennes en itinérance.

On savait que l’ambiance n’était pas au beau fixe entre les deux opérateurs, Orange ayant même menacé de suspendre l’accord d’itinérance avec Free Mobile pour quelque temps.

C’est donc sans détour qu’Orange revient sur les pannes constatées sur le réseau de Free Mobile, en rejetant systématiquement la faute sur l’opérateur entrant. Face à l’Arcep (Autorité de régulation des télécoms), qui estime que les deux opérateurs doivent avoir chacun leur part de responsabilité, Jean-Luc Vuillemin rétorque : « Orange n’a absolument aucune part de responsabilité dans ces dysfonctionnements. Aucune. Le sujet n’est absolument pas la capacité du réseau Orange à absorber le trafic d’itinérance des clients Free Mobile, mais d’une part le bon fonctionnement du réseau de Free et d’autre part le dimensionnement du lien d’interconnexion entre le réseau Free et le nôtre. Dans les deux cas, Orange n’est en rien responsable des dysfonctionnements des clients de Free Mobile ».

Il revient sur plusieurs pannes, évoquant tantôt un défaut des « équipements de signalisation » de Free Mobile, tantôt un sous-dimensionnement du « lien d’interconnexion » avec Orange, qui est « de la seule responsabilité de Free qui a sous-estimé ses prévisions, ce qui explique ces désagréments ». Le tout est exposé avec un certain nombre d’explications utiles pour décrypter les termes techniques.

Orange va même au-delà de son rôle de prestataire d’itinérance, en donnant son avis sur le futur réseau 4G de Free. Contrairement à ce qui a pu être lu à divers endroits dans la presse, Jean-Luc Vuillemin ne croit pas que les antennes de Free Mobile soient prêtes pour la 4G : « pour être compatibles 4G, les antennes doivent être compatibles avec… les fréquences 4G, comme par exemple la fréquence 2,6 Ghz. Free ne déploie à ma connaissance que des antennes compatibles 900 Mhz ou 2,1 Ghz ». Et la liste des griefs continue…

Reste que Free tenait, mardi, un discours sensiblement différent sur sa page d’informations réseau, réservée à ses abonnés. Le trublion y annonçait un délai de résolution d’environ 15 jours pour le problème d’appels en soirée, tout en fournissant quelques explications succintes sur la nature des problèmes rencontrés. Le soir même, ces explications avaient été retirées du site de Free Mobile, sans raison apparente…

L’interview de Jean-Luc Vuillemin, intéressante et documentée même s’il faut sans doute la lire avec un brin de recul sur certains points, est disponible dans son intégralité sur le site de Challenges.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.