L’Idate prévoit un «recul des revenus» sur le secteur lié à Free Mobile

7

L’Institut de l’audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate) avertit les opérateurs : il anticipe un « recul violent des revenus du secteur et des marges des opérateurs », suite à l’arrivée de Free Mobile sur le marché de la téléphonie mobile…

Dans un rapport annuel, l’institut estime que « la situation du secteur des télécommunications en Europe est médiocre et même plutôt alarmante ».

Pour l’Idate, l’arrivée d’un nouvel opérateur tel que Free va à l’inverse d’une tendance de « consolidation » observée sur le Vieux continent ; « il va falloir suivre la situation qui résulte en France de l’entrée d’un quatrième opérateur, qui nous paraît largement à contre-cycle. Il nous semble que l’heure est plutôt à la consolidation comme on l’observe aux Pays-Bas, et au Royaume-Uni », explique-t-il.

Les offres agressives de Free Mobile ne semblent pas rassurer l’institut, bien obligé de reconnaître que « les consommateurs vont en bénéficier à court terme » mais également dans la crainte que « cela freine les investissements »

Source : AFP (via lejdd.fr)

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

7 commentaires

  1. S’il y a une consolidation aux Pays-Bas ou au Royaume unis, c’est parcequ’il y avait une vraie concurrence des opérateurs de la téléphonie mobile. Malheureusement, ce n’était  pas le cas  en France ou il y avait une entente illicite des 3 opérateurs (Bouygues, SFR et Orange,  condamnés il ya quelque temps par la cour européenne de justice) sur le dos de leurs clients.

  2. Il n'y a qu'à regarder par qui est dirigé l'IDATE et quels sont ses membres pour s'apercevoir que l'impartialité de cette Association Loi 1901 n'est peut-être pas au rendez vous ;)

  3. budyguy a écrit :

    S’il y a une consolidation aux Pays-Bas ou au Royaume unis, c’est parcequ’il y avait une vraie concurrence des opérateurs de la téléphonie mobile. Malheureusement, ce n’était  pas le cas  en France ou il y avait une entente illicite des 3 opérateurs (Bouygues, SFR et Orange,  condamnés il ya quelque temps par la cour européenne de justice) sur le dos de leurs clients.


    Je ne partage pas votre analyse, que je reformulerai plutôt ainsi:

    Avant l'arrivée de Freemobile, la concurrence se faisait par les infrastructures.
    L'ARCEP ayant modifié cet état de fait (sans aucune concertation d'ailleurs), les investisseurs en infrastructures de télécom deviennent très frileux. Et on peut les comprendre: à quoi sert désormais d'investir s'il n'y a plus confiance dans les régulations ni l'avenir ?

    Les deux questions fondamentales soulevées par le traitement réservé à Freemobile par l'ARCEP sont:
    1) Qui désormais doit investir dans les infrastructures de télécom ? L'Etat ? Des opérateurs privés ?
    2) S'il n'y a plus d'investissements dans les structures de télécoms, comment vont survivre, à terme, les opérateurs qui ne disposent pas d'infrastructures de réseau télécom (les MVNO et les Full MVNO) ?


    Nota bene: aux Pays-Bas et au Royaume uni, tous les opérateurs de téléphonie mobile sont sur un pied d'égalité de traitement (par rapport au régulateur), d'où la "consolidation" rendue possible.

  4. Il va y avoir aussi une accélération violente des revenus liés à l'augmentation du nombre d’utilisateurs de smartphones et d'internet mobile low cost. Le problème c'est que nos 3 endormis sont absents du cloud, du logiciel, du paiement par mobile etc... Qu'ils vendent ou utilisent leur tas d'or pour racheter des start-ups et fassent fortune au lieu de pleurer leur splendeur passée. On mesure maintenant leur laisser aller qui les condamne dans un secteur de gens vifs.

  5. ziroum a écrit :

    Il va y avoir aussi une accélération violente des revenus liés à l'augmentation du nombre d’utilisateurs de smartphones et d'internet mobile low cost. Le problème c'est que nos 3 endormis sont absents du cloud, du logiciel, du paiement par mobile etc... Qu'ils vendent ou utilisent leur tas d'or pour racheter des start-ups et fassent fortune au lieu de pleurer leur splendeur passée. On mesure maintenant leur laisser aller qui les condamne dans un secteur de gens vifs.


    L'avenir proche, voire très proche, vous prouvera très probablement le contraire  ;)
    Pour vous en convaincre, regardez plus attentivement les news du secteur.

    Pour ne citer que le paiement par mobile en France, les premiers essais techniques et commerciaux datent de 12 ans déja !  ;) (échecs commerciaux cependant, trop tôt, pas assez normés etc ...). Et le NFC est plutôt bien parti avec les pilotes actuels dans quatre régions de France ...

    Quand à "l'accélération violente des revenus liés à l'augmentation du nombre d’utilisateurs de smartphones et d'internet mobile low cost." , oui vous avez raison ... mais ces smartphone demandent des débits de plus en plus important. Or, pour véhiculer ces débits, il faut investir massivement dans la capacité des réseaux mobiles (et réseaux fixes, dans une moindre mesure car c'est beaucoup moins couteux). Et là, c'est aux antipodes de la notion de "Low cost".

  6. Réagir sur le forum