Free Mobile va (encore) réduire le débit en itinérance

8

L’itinérance de Free Mobile sur le réseau d’Orange prendra fin, de façon progressive, dès 2017 jusqu’à fin 2020. Mais pas forcément de la façon que l’on pense…

L’extinction progressive ne se fera pas, comme on pouvait le penser, par plaques géographiques. En 2013, c’est pourtant la solution que préconisait l’Autorité de la concurrence. Depuis, Free a fait part des difficultés techniques qui viennent entraver la mise en œuvre d’une telle extinction par zones.

En guise d’extinction progressive, Free Mobile optera donc pour une autre astuce : la réduction progressive du débit. C’est Pierre Louette, DG délégué d’Orange, qui le fait savoir aux Échos : « Free limitera progressivement le débit mis à disposition de ses clients quand il est en transit sur le réseau d’Orange ».

Pourtant, on sait que le débit disponible sur le réseau d’itinérance est déjà très nettement bridé par Free. Une enquête réalisée par l’équipe de 4Gmark, en 2014, mettait en lumière des pratiques de restriction de la qualité de service en itinérance, notamment un filtrage par extensions de nom de fichier, venant réduire drastiquement le débit pour les fichiers multimédia (mp3, vidéo, etc.).

qos_7-4541b

Si les performances de Free sur son réseau propre sont tout à fait dans la moyenne de ce que peuvent proposer les autres opérateurs, ce n’est pas la même chose en itinérance. Les abonnés Free Mobile le savent bien, le taux d’échec pour le téléchargement de fichiers, ou même le simple surf web, y est nettement supérieur.

Cela pose plusieurs problèmes. Tout d’abord, un problème contractuel. Ainsi que le rappelait 4Gmark en 2014, « quelle que soit l’origine du bridage, subi, unilatéral ou consenti/contractuel auprès d’Orange, c’est Free qui est responsable auprès de ses consommateurs de sa qualité de Service ». D’autre part, les performances actuelles de Free Mobile en itinérance étant loin d’être flatteuses, on n’ose imaginer ce que pourrait donner une restriction supplémentaire des débits…

Il va de soi que Free Mobile a tout intérêt à déployer son propre réseau au plus vite, pour éviter à ses abonnés de retomber sur une itinérance de plus en plus bridée. Mais il n’en reste pas moins que la méthode d’extinction progressive retenue a de quoi laisser circonspect.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

8 commentaires

  1. Inadmissible ce que veux faire Free !
    Déjà qu'actuellemet c'est la catastrophe, et merci Freenews de le faire remonter car je trouve que trop peu de sites en parlent...
    Perso si ils font ce je me casse direct, le probleme n'est pas d'avoir un moins bon débit chez Orange que chez Free (c'est déja le cas) mais c'est de basculer sur Orange à la moindre baisse de reception et d'y rester pendant au moins 30min alors que le réseau Free est présent qui est vraiment handicapant !
    Des qu'on passe dans un tunnel ou dans un ascenceur, ou meme parfois dans une piece un peu isolé..

  2. Je trouve que c'est une bonne astuce de la part de Free. C'est plutôt une bonne nouvelle pour les clients: voulez-vous être totalement coupé dans certaines régions si une antenne n'est pas assez proche ou alors avoir des communications téléphoniques normales et mais des téléchargements dégradés ? Mon choix est déjà fait.
    En plus il est possible de tricher sur cette dégradation: dégrader le débit max mais pas le débit des flux déjà bridés. Globalement, la dégradation pourrait être forte sur le papier mais moins sensible en réalité.
    Toute autre solution rendrait Free peu compétitif: il ont 3 fois moins d'antennes et même en y mettant le paquet, au mieux, ils auront 2 fois moins d'antennes qu'Orange avec des coupures assurées.  Si on remplace les coupures par un débit dégradé, c'est le moindre mal.

  3. Au final, toujours pareil, les zones moins bien desservies seront encore moins bien desservies ...
    Un Freenaute frustrée  devra changer d'opérateur quitte à payer un peu plus cher !

  4. A priori, c'est le débit ou volume global qui va être réduit. Cela signifie que le débit ponctuel pourra être le même qu'aujourd'hui, même si statistiquement il sera affecté. Mais on pourrai imaginer que dans les zones couvertes par des antennes Free, il y ait une limite plus basse.
    Aurons-nous le détail de ce plan une fois que l'ARCEP l'aura validé?

  5. c'est dommage sinon je pense que ce ne sera pas 0.16Kb.. soit en dessous d'un Modem 56k  ;D
    (y a quelques années vers 2012, j'avais eu ça comme débit perce que nouveau client.. sosh ) que des souvenirs Haha  :o ::) ::) ;D
    de toute façon ça me paraît moins pénible que de devoir bien coché la case chez un concurrent car eux c'est soit débit réduit au delà ou recharge.

  6. Réagir sur le forum