Fibre : Le dégroupage comme solution transitoire

7

Le VDSL2-dont-on-ne-doit-pas-dire-le-nom

Laurent Laganier, directeur de la réglementation et des relations avec les collectivités d’Iliad (maison mère du FAI Free) était invité hier à participer à une table ronde sur le thème « La montée vers le très haut débit dans les territoires : quelles solutions opérationnelles ? » dans le cadre de la réunion plénière du Groupe d’échanges entre l’ARCEP, les collectivités territoriales et les opérateurs (GRACO).

Si Free croit à la fibre, et que sa vision à terme est de voir 100% de foyers français reliés via cette technologie, l’opérateur ne pense pas que la France dispose de l’outil industriel permettant d’investir 20 milliards d’euros sur ce projet en seulement 5 ans.

Face à des élus qui souhaitent que les choses aillent vite pour préserver ou améliorer l’attractivité et la compétitivité économique de leurs collectivités, Free pense que le déploiement de la fibre sur l’ensemble du territoire métropolitain prendra vraisemblablement une vingtaine d’années.

Le fournisseur d’accès met en avant le dégroupage comme première solution transitoire en attendant la fibre. Il se dit prêt à continuer d’investir pour toucher les 6 à 7 millions de foyers français qui ne sont pas encore dégroupés. De la même manière, il est également prêt à accompagner tout projet de montée en débit (méthode qui consiste à transformer un sous-répartiteur en répartiteur afin de raccourcir les lignes des abonnés) qui se ferait à partir d’un NRA déjà dégroupé.

Laurent Lagagnier profite de l’occasion pour rappeler que Free n’utilise pas certains réseaux d’initiative publiques de collectes pour étendre son dégroupage pour des problèmes soit techniques, soit d’ordre tarifaire. Il met également en garde les collectivités qui souhaiteraient investir dans un réseau fibre contre la difficulté à gérer une boucle locale sur plusieurs décennies.

Ecoutez :

ou téléchargez le fichier MP3

Retrouvez également l’intégralité des débats en audio sur le site Internet de l’ARCEP.

Partager

A propos de l'auteur

[Rédacteur]
Geek. Hacker.

7 commentaires

  1. Laurent Lagagnier profite de l’occasion pour rappeler que Free n’utilise pas certains réseaux d’initiative publiques de collectes pour étendre son dégroupage pour des problèmes soit techniques, soit d’ordre tarifaire.
    Ça on l'a vu quand ils ont racheté Alice... Merci Free pour la suppression du dégroupage.

  2. Il se dit prêt à continuer d’investir pour toucher les 6 à 7 millions de foyers français qui ne sont pas encore dégroupés
    A la vitesse de dégroupage actuel, il faut compter 2 siècles pour couvrir tout le territoire français. Il ne faut pas "continuer", il faudrait le faire, ce n'est tout simplement pas fait, car jugé peu rentable.

  3. Bonjour,

    shyrokie a écrit :
    Il se dit prêt à continuer d’investir pour toucher les 6 à 7 millions de foyers français qui ne sont pas encore dégroupés
    A la vitesse de dégroupage actuel, il faut compter 2 siècles pour couvrir tout le territoire français. Il ne faut pas "continuer", il faudrait le faire, ce n'est tout simplement pas fait, car jugé peu rentable.
    Selon Stats-dégroupage, il y a 14 392 NRA en France, dont 3 819 sont dégroupés par Free. Free a activé aujourd'hui même 23 nouveaux NRA. Donc, à la vitesse actuelle, il faudra (14 392 - 3 819)/23 = 459 jours pour dégrouper l'intégralité des NRA français (Métropole + Corse). En deux ans, c'est plié. :P A+ Xavier

  4. Et le dégroupage de la fibre alors, on y pense ? Deux opérateurs fibre dans mon immeuble et toujours pas de FTTH Free... Free devrait louer les fibres Orange !

  5. On l'aura compris (si se n'était pas encore le cas), Iliad/Free ne fibrera pas les zones peu denses avant longtemps et gardera son statut de challenger pour les années à venir. J'espère bien que les collectivités locales n'attendront pas que Free fibre les zones peu denses (pas rentables), voire même qu'elles s'occuperont des zones plus denses si Orange, SFR ou une autre entreprise ne s'en occupe pas.

  6. Xazz a écrit :
    Selon Stats-dégroupage, il y a 14 392 NRA en France, dont 3 819 sont dégroupés par Free. Free a activé aujourd'hui même 23 nouveaux NRA. Donc, à la vitesse actuelle, il faudra (14 392 - 3 819)/23 = 459 jours pour dégrouper l'intégralité des NRA français (Métropole + Corse). En deux ans, c'est plié. :P
    Sauf que pour activer un NRA, il faut d'abord le fibrer au réseau de Free. On retrouve donc le même problème que fibrer tout le monde. Pour activer un NRA, il faut les équipements + du génie civil + raccordement en fibre optique avec un NRA déjà activé. Le coût et les délais sont donc plus importants pour activer un NRA éloigné du réseau. Si on ajoute dans le calcul l'amortissement lié aux nombre d'abonnement que cela pourrait apporter, ben ce n'est pas du tout rentable de dégrouper à la campagne, il vaut mieux se concentrer sur les villes...

  7. Juste MDR 23 NRA par jour !!!! elle est pas mal celle là. Prenons plutôt une échelle plus large, disons 3819 NRA dégroupé en 8 ans, en partant du principe que le dégroupage a réellement débuté en 2003, cela fait 477 NRA/ans, soit 1.3 NRA/ jour (bcp plus réaliste) Donc maintenant on reprend ton calcul avec les bons chiffres (14 392 - 3 819)/1.3 = 8133 jours pour dégrouper l'intégralité des NRA français, donc il faut plutôt compter 22ans Mais malheureusement je pense que nous somme loin des 477 NRA / ans pour Free. Il faudrait se tourner du coté de SFR qui va en gros 2 fois plus vite que free pour cette tache.

  8. Réagir sur le forum