Retour à 3 opérateurs : les hésitations de l’ARCEP

8

Faut-il revenir à trois opérateurs mobiles ? C’est la question à laquelle l’ARCEP a bien du mal à répondre.

Vieux projet maintes fois évoqué par les marchés, la consolidation des télécoms en France est toujours l’objet de nombreux fantasmes. La perspective d’une fusion entre deux des quatre acteurs du secteur (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free), régulièrement évoquée sur un ton hypothétique, a-t-elle des chances de se concrétiser ?

Sur ce sujet, l’ARCEP (Autorité de régulation des télécoms) hésite, après des années de fermeture à un tel scénario. Son président, Sébastien Soriano (en photo ci-dessus), affirmait récemment dans une interview au Monde qu’il n’était plus opposé à l’idée et qu’il « accueillerait avec bienveillance un projet de consolidation ». Avant de rapidement venir mettre le holà, mardi matin, lors d’une conférence de presse : même s’il n’est plus dans une logique de fermeture totale à l’idée, le régulateur n’est « pas bienveillant à l’égard de projets de consolidation » et « travaille pour que le marché soit viable à quatre ». Le but avoué du gendarme des télécoms est de s’assurer qu’une telle fusion ne viendrait pas briser l’équilibre fragile des investissements, nécessaires au déploiement du très haut débit et de la 4G.

Des rumeurs insistantes, même en 2018

Le scénario d’une telle consolidation ne manque pas de faire couler de l’encre. Quel acteur serait le plus susceptible de gober l’autre ? Qui a le plus intérêt à racheter son voisin ? Si Orange semble de facto privé de toute tractation, en raison de sa position dominante, tout semble possible en ce qui concerne ses trois rivaux : Bouygues Telecom, SFR et Free.

Et en effet, il ne se passe pas une année sans que de nouvelles rumeurs de rapprochement entre deux opérateurs ne voient le jour. Il y a tout juste un mois, c’est Bloomberg qui mettait le feu aux marchés, en affirmant que le groupe Bouygues considérait, avec d’autres investisseurs, le rachat de la branche Altice France (SFR) au groupe Altice. Démentie par les deux principaux intéressés, la rumeur vient alimenter une rengaine tenace selon laquelle le groupe de Patrick Drahi chercherait à se débarrasser de SFR, l’opérateur au carré rouge qu’il n’est pas parvenu à redresser.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

8 commentaires

  1. Le fait de rajouter un 4ème opérateur a donné un coup de pied à l'entente entre les opérateurs permettant de baisser les prix au niveau économiquement justifié.
    Maintenant que les prix sont au niveau économiquement justifié, revenir à 3 opérateurs ne sera pas une catastrophe mais ils risquent de se reposer sur leurs lauriers, ne pas chercher à optimiser les coûts ou se démarquer de la concurrence et les clients en pâtiront. S'il y a une fusion à 3 opérateurs, ils faut au moins prévoir une possibilité d'une nouvelle entrée d'un quatrième opérateur à long terme pour ne pas permettre les abus en absence de concurrence.

  2. de toute manière, construire 4 réseaux mobiles qui font la même chose c'est déjà débile.

    alors 3 opérateurs au lieu de 4 ca serait déjà un bon début.

  3. Parker_ a écrit :

    de toute manière, construire 4 réseaux mobiles qui font la même chose c'est déjà débile.

    Ce n'est pas faux, comme avoir plusieurs fabricants de voitures, plusieurs routes qui vont au même endroit, plusieurs liaisons Internet transatlantiques etc...
    Dans l'idéal, une bonne entente entre les différents fournisseurs de services dans le but de rendre les meilleur service au meilleur prix ferait faire des économies à tous.
    Le bon côté des choses, c'est que les opérateurs mutualisent déjà leurs équipements en zone peu dense et en zone dense cela répartit la charge et les fréquences, ce qu'un opérateur unique aurait dû faire de toute façon. Par ailleurs, si la réception est mauvaise chez vous et que vous n'avez qu'un opérateur qui dessert votre commune, vous n'avez qucune chance que cela s'améliore alors qu'avec plusieurs opérateurs vous pouvez choisir celui qui a eu la chance d'installer une antenne plus près de chez vous.

  4. si encore il y avait un seul réseau mobile complet...

    là on a 4 réseaux mobiles incomplets qui font la même chose...

    et à côté on attend encore la fibre optique dans nos foyers...

  5. Parker_ a écrit :

    de toute manière, construire 4 réseaux mobiles qui font la même chose c'est déjà débile.

    alors 3 opérateurs au lieu de 4 ca serait déjà un bon début.


    Tu ne me sembles pas convaincu par les vertus d'une saine et loyale concurrence. Penses-tu que revenir à un radiocom 2000 version 2020 serait plus adapté en termes de qualité et de pouvoir d'achat ?

  6. arpa463x a écrit :

    Ce n'est pas faux, comme avoir plusieurs fabricants de voitures


    d'accord avec toi sur tout le reste, mais les fabricants de voiture se rapprochent plsu du contenu q (et donc des opérateurs) que du contenant (et donc du réseau). Il me semble qu'avoir le choix entre plusieurs fabricants de voitures permet d'avoir un choix utile. Pour reprendre ton exemple, s'il y a plusieurs fabricants de voitures, il y a plus de chances d'en trouver un qui fabrique une voiture adaptée aux chemins de terre ou de montagne à la cambrousse alors que s'il y en a un seul, il se contentera peut-être fabriquer des routières et des modèles urbains.

  7. Raistlin a écrit :

    Tu ne me sembles pas convaincu par les vertus d'une saine et loyale concurrence. Penses-tu que revenir à un radiocom 2000 version 2020 serait plus adapté en termes de qualité et de pouvoir d'achat ?


    rien à voir, juste que dépenser 4 fois de l'argent pour rendre le même service, à notre époque on cherche à mutualiser les choses et donc les dépenses.

  8. Réagir sur le forum