Une rumeur de rachat de SFR par Bouygues Telecom secoue les marchés

1

Lundi, dans la soirée, une rumeur lancée par Bloomberg laissait entendre que Bouygues Telecom chercherait à racheter l’opérateur SFR.

L’information de Bloomberg, média économique de référence à travers le monde, a eu l’effet d’une petite bombe. « Le conglomérat de construction et de télécommunications Bouygues SA considère une offre, avec d’autres investisseurs », en vue de racheter à Altice sa branche Altice France (incluant l’opérateur SFR), selon Bloomberg qui cite des « personnes en connaissance du dossier ». Des discussions préliminaires auraient déjà eu lieu entre Bouygues et des fonds d’investissement, tel que CVC Capital Partners.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel scénario fait surface : il y a peu, la Lettre de l’Expansion nous informait que Patrick Drahi avait déjà considéré une vente de sa filiale SFR à Bouygues Telecom, dès l’automne 2017.

Des démentis officiels peu convaincants

Rapidement, le groupe Altice a réagi en indiquant que « SFR est un de nos actifs essentiels, qui fait partie de notre projet industriel et de long terme ». De son côté, Bouygues indique qu’il « étudie régulièrement les diverses hypothèses d’évolution du secteur des télécoms ; mais à ce jour il n’y a aucune discussion avec un autre opérateur et aucun mandat n’a été délivré à quelque conseil que ce soit ».

Deux démentis mous, qui ne permettent pas totalement d’écarter l’hypothèse d’une telle vente. Les marchés ne s’y sont pas trompés : en fin de journée, lundi, l’action Altice fermait en hausse à +4,92%. Par effet de bord, Iliad (Free) prenait +4,58%, et Orange seulement +1,55%.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

1 commentaire

  1. Que l'information soit vraie ou fausse, ce qui compte c'est de faire rentrer dans la tête de tous que "quatre opérateurs, c'est trop". Il faut relancer régulièrement ce dogme du capitalisme financier comme les saisons. Si ce n'est pas pour cette fois-ci, on relancera la machine dans quelques mois.
    Trois opérateurs = moins de concurrences = prix qui remontent = augmentation de mes profits.

    Alors tout le monde s'y met, du plus petit boursicoteur, aux traders des grandes banques d'affaires, en passant par toutes les feuilles de chou et leurs bataillons "d'experts en économie". Ce petit manège qui dure depuis quarante ans a déjà mis à mal toute l'industrie du pays, pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Il y a encore de la volaille à plumer !

    Ah le rêve !  Mon tas d'or aux îles Caïmans
    Encore que trois opérateurs, ce ne serait pas encore trop des fois ?

  2. Réagir sur le forum