SOS-Hadopi : une assistance complète à 1,5 euro par mois

0

SOS-Hadopi.fr a révélé plus en détails son mode de fonctionnement. Le site proposera à la fois de l’information gratuite régulière pour se prémunir contre les effets de la Hadopi, et un système plus personnalisé, comprenant une assistance juridique, pour 1,5 euro par mois.

Le projet SOS-Hadopi vise à aider les internautes à assurer leur défense et à avoir un éventuel recours face au dispositif Hadopi, sans avoir à recourir aux logiciels de sécurisation préconisés par la Haute autorité.

Tandis que l’envoi des premiers e-mails d’avertissement se fait toujours attendre, SOS-Hadopi.fr est bel et bien prêt. Le site ouvrira ses portes comme prévu, demain mercredi.


Il proposera deux niveaux d’aides à l’internaute :

- Aide gratuite : le site proposera de l’« information générale », des conseils et des astuces autour d’Hadopi, notamment par le biais d’une newsletter.

- Assistance payante : les internautes qui le souhaitent pourront souscrire à un abonnement fixé à 1,5 € par mois afin de bénéficier d’un « service d’assistance technique et juridique ».

Dans une logique que les responsables du site ont ironiquement qualifié de « réponse graduée à la Hadopi », ce service envisage tous les cas de figure possibles et y apporte une réponse adaptée. La possibilité de se faire accompagner d’un avocat spécialisé pour faire valoir son droit de recours auprès de la Commission de Protection des Droits est notamment incluse…

Les trois fondateurs du site précisent que leur intention n’est pas de défendre les pirates, mais bien d’offrir une possibilité aux internautes de se défendre contre d’éventuelles accusations sans avoir à recourir aux spywares officiels. Leur solution commerciale inclut également des forfaits pour les entreprises, qui courent parfois le risque d’une coupure de connexion en cas de téléchargement illégal de la part d’un de leurs employés.

On regrettera que, devant l’opacité de la loi et des méthodes de recours, les internautes soient tentés de souscrire à un service payant, sans garantie de succès, pour faire valoir leur innocence…

Source : PC INpact

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.