Triple Play et Téléphonie : des abonnements revus à la hausse l’an prochain?

3

Le marché des abonnements téléphoniques serait sclérosé de l’intérieur par les prix trop bas pratiques par les opérateurs, et qui ne permettraient pas à ces derniers de pouvoir réinvestir correctement dans les nouvelles technologies telles que la 5G, plus coûteuse en termes d’infrastructures mais également d’alimentation électrique. 

Or, l’arrivée  des forfaits proposés par Free l’an dernier pour la 5G, aurait contraint ses concurrents les plus directs, à s’aligner sur une démarche commerciale analogue à celle de l’opérateur alternatif, en alignant le tarif des abonnements 5G sur ceux affichés pour la 4G.

C’est ce qui ressort d’un rapport publié la semaine passé par la Fédération Française des Télécoms, qui met en avant une baisse du chiffre d’affaires des trois opérateurs concurrents directs de Free Mobile, de l’ordre de près de 2,1%/an depuis l’entrée sur le marché de Free Mobile.

Un rôle correctement joué par Free dès son arrivée sur le marché, en faveur d’un tarif plus juste pour le consommateur … moins pour la concurrence.

Or, c’est justement ce qui était attendu de la filiale téléphonie d’Iliad,  et ce depuis son arrivée dans la monde des opérateurs, tout du moins côté consommateurs, au regard des tarifs auparavant pratiqués en raison d’une concurrence limitée.

En effet, si on jette un oeil du côté :

  • des offres Triple Play sur l’ensemble de l’Europe, les 22 € moyens pratiqués par les opérateurs français s’agissant de leur offre la plus onéreuse, ne peut pas concurrencer en termes de bénéfices, les tarifs pratiqués en Allemagne par exemple (45 €) ;
  • des offres mobiles, 13 € sont appliqués en moyenne dans l’hexagone pour 50 Go contre 47 € chez nos voisins allemands.

Autant de raisons qui pourraient motiver les opérateurs à pratiquer une légère retouche de leurs tarifs dans les mois à venir, de manière à rétablir, selon leur propres propos repris par le rapport publié par la FFT, un équilibre en termes de réinvestissements.

Share.

About Author

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

3 commentaires

  1. Très mauvais argument, et encore des chiffres données à la va vite et à qui ont fait dire ce que l’on veux.
    Pour info, les salaires en Allemagne sont 30 à 35% plus élevés qu’en France ! (vous pourriez me dire des chiffres encore des chiffres et vous auriez raison)
    Pour argumenter avec du concret, j’ai vécu 3 en en Allemagne (2016-2019) et pour un travail rémunéré (impôts déduits) 1900 euros net en France, pour le même travail j’était rémunéré (impôts déduits qui sont beaucoup plus important) 2400 euros net en Allemagne.
    Le particulier Allemand peux donc assumer cette facture plus importante.
    Après, en Allemagne pour le salarié les impôts sur le revenu sont important en revanche les charges patronales sont largement inférieure que celles en France.

    Donc comparons ce qui est comparable.

  2. J’allais écrire dans le même sens.
    Je suis d’accord de payer plus, comme les allemands, mais alors il faut nous payer plus…….comme les allemands.
    Mais ça c’est une autre histoire…………

  3. J’oubliais, en Italie les prix sont inférieurs aux prix français……
    Et si on s’alignait plutôt sur eux?