Nicolas Sarkozy estime que Free Mobile va à l’encontre de la qualité de service et de l’emploi

76

Je t’aime, moi non plus

Ce n’est pas vraiment un secret : Nicolas Sarkozy n’a jamais vu d’un très bon œil l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile en France, en particulier Free Mobile — à la différence de son Premier ministre François Fillon.

Le président sortant n’apprécie pas toujours la personnalité forte de Xavier Niel, fondateur de Free ; en 2010, il avait d’ailleurs tenté d’intervenir lors du rachat du Monde en téléphonant à l’ancien directeur du journal, pour tenter de le convaincre de ne pas céder le titre à un « homme du peep-show ». En vain.

Plus récemment, Nicolas Sarkozy a de nouveau exprimé son désaccord avec les méthodes du trublion, lors de son discours à la tribune des agriculteurs du FNSEA, le 29 mars 2012 à Montpellier.

Il s’en est d’abord pris à la Commission européenne, jugé trop pro-concurrentielle : « ils ont pensé uniquement à la question du consommateur », a-t-il dénoncé. Il a ensuite dressé un portrait très personnel du marché de la téléphonie mobile, dans lequel il accuse à demi-mot Free Mobile d’être responsable d’une baisse de la qualité de service ainsi que de pertes d’emploi sur le secteur : « il y a quatre opérateurs aujourd’hui, qui licencient tous parce que les prix se tirent vers le bas, c’est la qualité de service qui va être pénalisée et c’est l’emploi qui va être pénalisé »

Ces propos avaient été peu relevés dans les médias, souligne Charlie Hebdo qui rapporte l’information dans ses colonnes.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

76 commentaires

  1. C'est justement en favorisant la concurence que le pays repart.
    Mario Monti a fait ça en Italie et depuis l'Italie se relève doucement alors que l'Espagne qui ne l'a pas fait continue de couler.
    En effet, la concurrence force les enterprises à investir tant en recherche qu'en moyens de production (au détriment des dividendes).
    En France AUCUN candidat n'a dans son programme un projet pour favoriser la concurence. ET on va se planter  (plus ou moins vite) quelque soit le gagnant de l'élection.
    Le seul moyen de relancer le pays, c'est de favoriser les Xaviers Niel dans les secteurs où la concurence est à l'état de pause (carburants, grande distribution, logement, automobile, ...) Et contrairement aux idées reçues, ça ne crée pas de chaumage. Bien au contraire. Y'a qu'à regarder le cas des métros automatiques. Il y a plus d'emplois pour gérer les automatismes, faire la maintenance, surveiller le réseau que de conducteurs dans les anciennes rames. De plus, le confort de travail s'est amélioré.

  2. Je suis désolé , mais la baisse de tarif de free  a profité a tous les clients des autres opérateurs
    Puisque tous ont baissé leur prix !
    Il faut savoir ce que l'on veut , et l'on ne peut pas tout avoir
    Payer moins cher son internet qui devient presque incontournable puisque aujourd’hui cette facilité est donnée a tous pour gérer de plus en plus de chose a partir de son domicile .
    Internet permet en outre d'éviter bien des déplacements inutiles , documents administratifs , imprimés que l'on peut obtenir sans se déplacer . ect  ..
    Il y a tellement de secteurs a développer dans l'innovation dans l'étendue de la fibre optique , voire permettre de couvrir des régions encore privées de l’ADSL sur notre hexagone , que nos opérateurs peuvent exploiter ces filières et créer de l’embauche
    Pas d'accord avec Sarkozy  ..

  3. Que de mensonges, de mauvaise fois...
    L'emploi: c'est sûr, Free n'as PAS DU TOUT embauché qui que ce soit. Tout le monde sait bien que c'est uniquement 'quatre gus dans un garage' qui font tourner la boutique (quoique... :p).
    Et chez les autres, il n'est pas (encore) question de licenciements, mais bon... Martin lui a sûrement téléphoné pour lui dire qu'il devrait retarder l'achat de sa nouvelle piscine à cause de Free.
    Au moins, même si je ne me fais pas d'illusions sur les promesses électorales des candidats, surtout celles de cet homme, il y a tout de même bien une que j'espère vraiment qu'il respectera... celle de se casser définitivement s'il n'est pas réélu.  ::)

  4. Tient le chef des libéraux et de la concurrence libre et non faussée en France aurait-il peur de la concurrence pour son amis bouygue ?
    Je ne pense pas que Ni SFR, ni Orange /FT, ni Bouygue T n'ont attendu les tarifs de free pour licencier et créer dans ces entreprises des conditions de travail intenable.
    En fait ce sont les actionnaires dont il faudrait réduire le gâteaux pour ne pas licencier. Souvenez vous que Xavier Niel disait que c'était la part de actionnaires dans ces sociétés qui était un obstacle au prix plus bas.
    D'ailleurs mélenchon dit que "En l'espace de 20 ans, tout les indicateurs économiques le montre, nous avons perdu dix points dans la répartition des richesses entre la part qui va vers le capital et la part qui va vers le travail."
    C'est bien la pillage des entreprises par les actionnaires qui explique la politiques de ces entreprises.
    voir: http://dai.ly/HshlM8

  5. "ils ont pensé uniquement à la question du consommateur"  :o
    préférerait il des entreprises qui surfacturent les consommateurs en échange d'emplois et/ou de dividendes...  :'(
    C'est bizarre comme raisonnement....Ou est le président du pouvoir d'achat  :-X .

  6. Xavier Niel à dit que les télécom et internet était un des besoins fondamentaux....indispensable...
    Une seule solution:
    Nationaliser le secteur et appliquer les tarifs de Free pour tous.

  7. Réagir sur le forum