Le trio Niel-Bergé-Pigasse rachète le Nouvel Obs

13

La rumeur circulait déjà, mais elle se confirme de sources multiples : Xavier Niel, fondateur de Free et entrepreneur tous azimuts, est sur le point de mettre la main sur le Nouvel Obs.

Selon les informations concordantes diffusées par plusieurs titres de presse ce mardi, la société Le Monde Libre, qui rassemble les trois actionnaires majoritaires du journal Le Monde (Xavier Niel, Pierre Bergé et Mathieu Pigasse) est sur le point de prendre le contrôle du groupe Nouvel Observateur — jusque là majoritairement détenu par Claude Perdriel.

Un conseil de surveillance, prévu le jeudi 9 janvier, devrait entériner l’arrivée du Monde libre au sein du capital du Nouvel Observateur. Selon les informations glanées par Le Monde, les nouveaux investisseurs s’empareront d’une part majoritaire au sein du groupe, afin d’en détenir le contrôle.

Outre l’hebdomadaire du même nom, le groupe Nouvel Obs est également propriétaire du célèbre site de presse en ligne Rue89, ainsi que d’autres filiales telles que Néalis (une solution de conjugaison en ligne) et Support PA (une régie publicitaire).

Source : Le Monde

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

13 commentaires

  1. Passe difficile pour la presse et plus spécialement les news magazines.
    Triste de voir une fois de plus des gros patrons et des nouveaux riches racheter un titre. Surprenant cette volonté d’apparaître respectable par ce biais. 
    En espérant que le rédactionnel reste indépendant. Mais bon, au moins les repreneurs ne risquent pas d'enquêtes gênantes sur eux. C'est déjà cela de pris.
    Pour le Monde, BNP  (Bergé/Niel/Pigasse, pas la banque) avaient prévu d'investir 110 millions d'euros, dont environ 60 millions seulement ont été dépensés jusqu'ici.

  2. C'est X.N qui a dit :" quand les journalistes m'emmerdent je prends une participation dans leur canard et après ils me foutent la paix".
    On peut espérer que c 'est autre chose qui le motive pour le Nouvel Obs mais quand on voit le ton des articles vis à vis de Free dans "Le Monde" on peut avoir un doute.

  3. Je demande pas aux journalistes du Monde d'être virulents, mais il y a  parfois comme un "frein" ou c'est en tout cas l'impression que je ressens.
    Par exemple, au sujet de ce rachat du Nouvel Obs et de Rue89, le monde titre très sobrement (pour rester dans l'euphémisme) :  "DES actionnaires du « Monde » discutent du rachat du « Nouvel Obs »" (avant même qu'on sache que Pierre Bergé n'était pas intéressé, donc à ce moment là c'était bien tous LES actionnaires). Je sais que ça peut paraître un détail, mais dans un journal de référence où les mots ont de l'importance, ça peut dénoter une certaine pression dès qu'on aborde un sujet touchant les actionnaires principaux.

  4. Je ne vois pas en quoi je confonds, mais je veux bien une explication.
    Le journal "le monde" fait partie du groupe "Le Monde", lui même [u]contrôlé[/u] par la société "Le Monde libre". Cette société est détenue par Niel,Pigase, Bergé et le groupe Prisa. Il est vrai qu'il y a des actionnaires minoritaires au groupe "Le Monde" mais ils ne contrôlent en rien l'avenir du journal. Donc le titre du Monde qui dit "DES actionnaires" est trompeur, il n'y a qu'à voir les autres titres dans la presse mais il ets plus honnête de dire "LES actionnaires" (même si c'est un raccourci j'en conviens) ou au moins de dire "LES actionnaires majoritaires" (mais on se doute un peu que ce ne sont pas les actionnaires minoritaires qui ont décidé de racheter un autre journal).
    Je vois en lisant le post en dessous qu'on a les mêmes sources, merci Wikipédia. ;) Ca ne change rien au titre trompeur du Monde.
    J'imagine une news ici qui titrerait "Un actionnaire de Iliad décide de lancer le groupe dans la téléphonie mobile"  Ce serait assez savoureux ;)

  5. Les quelques articles du monde que j'ai pu lire qui faisaient état d'une information sur freemobile ou d'un de ses concurrents indiquaient à chaque fois que le monde avait comme actionnaire majoritaire X. Niel.
    Quand Canal ou TF1 se permettent de casser du sucre sur FreeM, eux ne se sont pas permis d'indiquer que leur chaine était fortement liée à un grand groupe de téléphonie mobile concurrent.
    Après, que les journalistes du Monde soient moins virulents sur les actionnaires, pourquoi pas (et je ne suis pas suffisamment lecteur assidu de ce journal pour être objectif), mais l'indication permet de situer l'article dans un contexte partial. C'est déjà une bonne chose pour le lecteur.

  6. Réagir sur le forum