Hadopi : réflexion sur les offres légales et moyens de sécurisation

5

L’Hadopi a fait savoir, au cours d’une conférence de presse s’étant déroulée mardi, sa volonté de mettre en place des moyens d’information permettant de mieux identifier les offres légales ainsi que les logiciels de sécurisation.

Alors que l’actualité est accaparée par Free et son refus d’envoi d’e-mails, les premiers pas de l’Hadopi ne sont pas spécialement faciles. Le sujet du FAI “rebelle” n’a été que rapidement évoqué lors de la conférence : selon Marie-Françoise Marais, présidente de la Haute autorité, « la position actuelle de Free va porter atteinte aux droits de ses abonnés. En ne recevant pas le premier mail d’avertissement, ils n’auront pas l’information à laquelle ils pourraient prétendre, ce qui pourrait être fort désagréable pour eux ». Néanmoins, « de toute manière, la procédure continue », a-t-elle ajouté, précisant en outre que « le dialogue n’est pas rompu » avec le fournisseur.

L’Hadopi a surtout annoncé la mise en place d’un appel d’offres, visant à mettre sur pied des solutions d’information en ligne. Celles-ci devraient permettre aux internautes de repérer plus facilement les offres légales en ligne, ainsi que les logiciels de sécurisation labellisés par la Haute autorité ; deux informations vitales qui, pour le moment, manquent cruellement, que ce soit sur le site officiel ou sur d’autres supports de communication.

Numerama indique enfin que si la mise en place du DPI (Deep Packet Inspection) sur les réseaux français ne semble pas envisageable, la Haute autorité n’exclut toujours pas d’installer, à terme, une solution de filtrage ou de surveillance directement dans les box ADSL des particuliers. Cette éventualité avait déjà été relevée par les observateurs dans les spécifications des logiciels de sécurisation publiées par la Haute autorité…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

5 commentaires

  1. DPI signifie l'équivalent d'écoutes téléphoniques systématiques. Sommes nous encore en démocratie pour qu'un faux nez de l'état se permette d'envisager cette surveillance généralisée ?

  2. En meme temps quand s'auto-proclame "haute autoritée".... pourquoi pas le "roi soleil" non plus Quand aux offres légales on le sait bien, il n'y rien de valable, zéro. Leur plan c'est de faire peur avec hadopi (avec bonus en prime: se faire de la maille, installer un filtrage généralisé, espionner tous les citoyens, rien que ca!) Bref, et ensuite tu est "obligé" d'acheter des cds physiques (good luck with that) ou d'aller sur itunes store.. (zero concurrence réelle) quand aux films ben.. tant pis pour les films hein, regarde TF1, parceque y a pas d'offre en ligne valable

  3. erw_da a écrit :
    DPI signifie l'équivalent d'écoutes téléphoniques systématiques. Sommes nous encore en démocratie pour qu'un faux nez de l'état se permette d'envisager cette surveillance généralisée ?
    Tu as eu la possibilité d'élire un président de la république ainsi qu'un député, au suffrage universel. Je pense que ça suffit pour répondre à ta question. Les lois concernées ont été votées et promulguées. Pas d'entorse, je pense, à la démocratie. Pour le reste, ce n'est pas ta faute si une majorité du peuple votant est crédule (je parie sur un résultat similaire en 2012).
    bil3 a écrit :
    quand aux films ben.. tant pis pour les films hein, regarde TF1, parceque y a pas d'offre en ligne valable
    http://www.free.fr/adsl/pages/television/services-de-vod.html Ok.

  4. "ainsi que les logiciels de sécurisation labellisés par la Haute autorité" J'aimerai bien savoir comment va procéder le logiciel de sécurisation, pour sécuriser une connexion wifi. A moins que ce soft soit intégré aux box ou au firmware d'un routeur. La Haute autorité aurait besoin de cours d'informatique et réseau. En toute logique les personnes qui reçoivent un mail hadopi aujourd'hui sont en mesure de le contester car il n'y a pas encore de soit disant logiciel de sécurisation labellisés.

  5. Réagir sur le forum