Hadopi : premiers mails aujourd’hui chez tous les FAI, sauf Free (MàJ)

0

Ils résistent encore et toujours à l’envahisseur…

Selon les informations de PC INpact, les premiers e-mails d’avertissement de l’Hadopi auraient été envoyés par les fournisseurs d’accès à Internet à 10h30 ce matin. Tous les FAI… sauf un : probablement Free.

Les plateformes de relai d’envoi de mails ont donc été ouvertes à 10h30, ce matin. Les fournisseurs d’accès se sont mis d’accord sur l’horaire, pour envoyer les premiers courriers simultanément.

Tous les gros FAI sont concernés… « sauf un », précise PC INpact, citant une source interne. Si cela n’est pas clairement indiqué, il y a de fortes chances que le vilain petit canard soit Free : Orange, SFR, Bouygues et Numericable sont en effet cités par le site comme étant prêts à envoyer les e-mails dès ce matin.

Cela ne laisse pas beaucoup de place au doute, d’autant que Free est déjà soupçonné d’avoir volontairement fait preuve de mauvaise volonté lors de l’étape d’identification de l’adresse IP, pour compliquer la tâche à la Haute autorité… « Le FAI devrait sauf surprise poursuivre sa politique légaliste avec un dynamisme réduit a minima », en déduit PC INpact.


Mise à jour (17:40) : Free a confirmé, sur Univers Freebox, être le FAI en question, précisant que les autres FAI ont « décidé de collaborer ».

« Nous n’avons pas envoyé les emails Hadopi. Afin d’encadrer les échanges portant sur des données personnelles au sujet desquelles la CNIL porte une attention particulière, nous avons proposé le principe d’un conventionnement dans le courant de l’été au Ministère de la Culture et à l’Hadopi. A ce jour nous n’avons eu aucun retour concret sur cette étape structurante pour le passage en production. Visiblement l’ensemble des autres opérateurs se sont entendus pour envoyer les 1ers emails ce matin à 10h30. Ils ont décidé de collaborer, nous nous contenterons juste de respecter la loi. »

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.