Free ferme son point d’échange FreeIX

8

C’est une page de l’histoire du réseau Internet en France qui se tourne : Free a décidé de fermer FreeIX, un point d’échange Internet gratuit pionnier du genre, créé en 2000 à Paris, permettant d’interconnecter les différents fournisseurs d’accès et hébergeurs entre eux…

Frédéric Gander, en charge du service chez Free, annonce sobrement la nouvelle sur la liste de diffusion spécialisée FRnOG : « j’envoie un petit mail pour dire que Free va couper ses peering sur le FreeIX et le FreeIX en général ».

L’annonce arbore toutefois une valeur plutôt symbolique ; depuis plusieurs années déjà, FreeIX n’acceptait plus de nouvelles connexions, et son trafic était réduit à « presque rien » dixit Frédéric Gander. « Et comme certains équipements sont en train de lâcher, il vaut mieux couper que perdre des paquets », ajoute-t-il.

La fermeture de FreeIX ne devrait donc pas compliquer la tâche aux opérateurs, qui disposent déjà d’un nombre conséquent d’alternatives pour leur peering, que ce soit chez Free ou ailleurs…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

8 commentaires

  1. Sauf que la politique de Free maintenant c'est le peering payant (cf http://korben.info/fai-la-strategie-du-pourrissement.html ) et la fermeture de FreeIX est une étape de plus vers cela. Même si avec l'évolution du traffic, ceux qui y était branché ne pouvait plus y faire passer grand chose. Certe il ont l'alternative d'avoir un point de présence sur un des centres d'hébergement principaux, et les infrastructures leur permettront de faire du peering avec Free qui y est aussi, mais il faudra passer à la caisse.

  2. Désolé, mais je n'ai strictement rien compris à cet article : échange de quoi ? interconnecter les FAI et les hébergeurs ? mais alors si ce n'est pas grave, comment font-ils par ailleurs ? Bref un minimum de souci rédactionnel et pédagogique serait le bienvenu... Tous les lecteurs de Freenews ne sont pas des techniciens réseau ou des geeks :)

  3. jmdesp a écrit :
    Sauf que la politique de Free maintenant c'est le peering payant (cf http://korben.info/fai-la-strategie-du-pourrissement.html ) et la fermeture de FreeIX est une étape de plus vers cela.
    Je pense qu'il faut éviter d'essayer de donner trop de sens à la fermeture de FreeIX. Cela fait des années que son trafic est quasiment insignifiant : sa fermeture ne gêne personne et n'est, à mon humble avis, une étape vers rien. Le peering "payant", en soi, ça ne veut pas dire grand-chose (et ce n'est pas pour rien que FreeIX a fini par être remplacé par d'autres solutions !). Ce n'est pas illogique, et cela ne devient gênant que quand un acteur échange de manière déséquilibrée avec ses petits camarades (en envoyant beaucoup plus de données qu'il n'en reçoit, par exemple). Ce qui est plutôt le problème actuel (et c'est plutôt ce dont parle Korben dans l'article que tu cites, également). edit :
    Fourvin a écrit :
    Désolé, mais je n'ai strictement rien compris à cet article : échange de quoi ? interconnecter les FAI et les hébergeurs ? mais alors si ce n'est pas grave, comment font-ils par ailleurs ? Bref un minimum de souci rédactionnel et pédagogique serait le bienvenu... Tous les lecteurs de Freenews ne sont pas des techniciens réseau ou des geeks :)
    J'ai essayé d'expliciter quelque peu mais c'est difficile de rester concis tout en expliquant quelque chose d'aussi technique. FreeIX est un point d'échange qui permet d'interconnecter les différents "gros" acteurs du web (les fournisseurs d'accès, les hébergeurs, etc.) en les rapprochant, sans quoi ils ne peuvent pas communiquer entre eux sans faire de larges détours (pour simplifier énormément). Mais ça a été mieux expliqué juste en dessous :)

  4. Fourvin a écrit :
    Désolé, mais je n'ai strictement rien compris à cet article : échange de quoi ? interconnecter les FAI et les hébergeurs ? mais alors si ce n'est pas grave, comment font-ils par ailleurs ? Bref un minimum de souci rédactionnel et pédagogique serait le bienvenu... Tous les lecteurs de Freenews ne sont pas des techniciens réseau ou des geeks :)
    Effectivement.... En fait FreeIX était un GIX (http://fr.wikipedia.org/wiki/Internet_Exchange_Point). C'est là où tout les FAI s'interconnectent pour communiquer entre eux. Par exemple, si un internaute est chez Free (en France), et qu'il va voir un site hébergé par orange(en France), dans un schémas standard pour communiquer avec le site, les données font souvent le tour du monde, en passant très souvent par les Etats Unis entre autre.... L’intérêt d'un GIX, est que si dans ce cas de figure Free et Orange sont connectés au même GIX (en France), ça permet d'éviter que les données fassent le tout du monde (accès plus rapide pour l'utilisateur) et par la même occasion de réduire la charge sur le réseau (moindre coût pour le FAI)

  5. yoann007 a écrit :
    Je pense qu'il faut éviter d'essayer de donner trop de sens à la fermeture de FreeIX. Cela fait des années que son trafic est quasiment insignifiant : sa fermeture ne gêne personne et n'est, à mon humble avis, une étape vers rien.
    C'est pas tout à fait exact. Si cela ne change à peu prêt rien pour la plupart des gens qui ont un traffic conséquent avec Free (>1Gbit/s), il y a les autres. Les petits hébergeurs, qui arrivaient encore à avoir de la qualité avec Free grace à cet accord historique, vont se retrouver à devoir prendre du paid peering avec Free (probablement un peu cher pour quelques centaines de Mbit/s), ou du transit chez un des transitaires de Free, avec les aléas qui vont de pair.
    Le peering "payant", en soi, ça ne veut pas dire grand-chose (et ce n'est pas pour rien que FreeIX a fini par être remplacé par d'autres solutions !). Ce n'est pas illogique, et cela ne devient gênant que quand un acteur échange de manière déséquilibrée avec ses petits camarades (en envoyant beaucoup plus de données qu'il n'en reçoit, par exemple). Ce qui est plutôt le problème actuel (et c'est plutôt ce dont parle Korben dans l'article que tu cites, également).
    C'est un grand débat, au moulin duquel je n'ai pas envie de rajouter de l'eau. Néanmoins, payer une interco avec un fournisseur, c'est possible, lorsque les conditions ne sont pas rédibitoires (par exemple, faire payer même 1€ le meg un port gigabit flat rate alors qu'on passe 100 Mbit/s, ca donne tout de même 1000€/mois. Rapporté à 200 Mbit/s, ca donne un coût équivalent à 10€ le Mbit/s, ce qui est somme toute assez cher...)

  6. Clement a écrit :
    Les petits hébergeurs, qui arrivaient encore à avoir de la qualité avec Free grace à cet accord historique, vont se retrouver à devoir prendre du paid peering avec Free [...], ou du transit chez un des transitaires de Free, avec les aléas qui vont de pair.
    La fenêtre est étroite ceci dit pour être assez ancien, et pas insignifiant à l'époque, pour avoir son port sur le FreeIX, et suffisamment petit aujourd'hui pour toujours se contenter de 1 Gb.
    yoann007 a écrit :
    ]Ce n'est pas illogique, et cela ne devient gênant que quand un acteur échange de manière déséquilibrée avec ses petits camarades (en envoyant beaucoup plus de données qu'il n'en reçoit, par exemple). Ce qui est plutôt le problème actuel
    Hum, hum ! C'est pas *exactement* ce que disait Orange contre Free quand le peering entre les deux passait par un port 1Gb/s unique ? "C'est vous qui nous envoyez une majorité du trafic sur cette liaison, il est normal que vous payez pour l'augmenter" Et la réponse de Free qui a été de faire un "drop" sur toute les connexions syn ouvertes par les clients Orange pour démontrer que l'immense majorité du traffic était à l'intiative des clients Orange et un service pour eux.

  7. jmdesp a écrit :
    La fenêtre est étroite ceci dit pour être assez ancien, et pas insignifiant à l'époque, pour avoir son port sur le FreeIX, et suffisamment petit aujourd'hui pour toujours se contenter de 1 Gb.
    Il y en a encore pas mal. Certains hébergeurs n'ont pas forcément de très forte croissance Pour n'en citer que quelques uns (ceci n'est que le reflet de l'idée que je m'en fais, je n'ai aucun chiffre réel), il y a Internet-FR, Prosodie, Tasfrance, Agarik/Bull, Ielo, Jetmultimedia (bon, eux, c'est SFR now donc bon, ca ne changera pas grand chose), bsocom (peut être), Nerim (qui se retrouve à échanger son traffic via Amsterdam) et j'en oublie peut être. Mais je concède, c'est loin d'être la majorité, et pas mal d'acteurs devaient être contraints de faire du débordement transit car allant au delà des 1G.
    Hum, hum ! C'est pas *exactement* ce que disait Orange contre Free quand le peering entre les deux passait par un port 1Gb/s unique ? "C'est vous qui nous envoyez une majorité du trafic sur cette liaison, il est normal que vous payez pour l'augmenter" Et la réponse de Free qui a été de faire un "drop" sur toute les connexions syn ouvertes par les clients Orange pour démontrer que l'immense majorité du traffic était à l'intiative des clients Orange et un service pour eux.
    Oui, c'est "amusant". Enfin, on ne va pas dicter leurs conditions de peering, c'est leur réseau après tout...

  8. De toute façon il me semble que Free ne peerait même plus sur FreeIX, une façon de le faire mourir.... A l'origine, ils avaient créé FreeIX quand Free était petit et avait besoin de peerer avec les autre FAI (et en profitait pour dénoncer le peering payant...), maintenant Free n'en a plus besoin, et donc le supprime.... Au passage maintenant, si quelqun veut peerer avec Free, c'est dans les 6000€ le port Gbps.....

  9. Réagir sur le forum