Craintes sur l’avenir de la loi Très Haut Débit

2

L’arrivée d’une nouvelle proposition de loi sur le déploiement du haut débit, évoquée par Fleur Pellerin (ministre déléguée à l’économie numérique), jette le trouble sur l’avenir d’une loi similaire, adoptée au Sénat en février dernier.

Dans une lettre adressée à la ministre, le sénateur Hervé Maurey (Union centriste), ayant joué un rôle important dans la composition de cette loi initiale portant sur l’aménagement du territoire, s’inquiète de l’arrivée d’un nouveau projet. Il craint en effet que le vote définitif de sa loi ne soit jamais inscrite à l’ordre du jour à l’Assemblée nationale…

Le sénateur constate que la nouvelle loi évoquée par le gouvernement socialiste propose un objectif « beaucoup moins ambitieux », avec un débit de 3 à 5 Mbps pour tous d’ici 2017 et un « mix technologique » en zones blanches. Le texte initial imposait le déploiement des haut et très haut débit pour les prochaines années, en rendant obligatoire le respect des SDTAN (Schémas Directeurs Territoriaux d’Aménagement du Territoire) — le nécessaire afin d’obtenir « une véritable couverture numérique du territoire », affirme Hervé Maurey, qui invite à ne pas délaisser le texte initial, à laquelle la nouvelle loi ne pourrait en aucun cas se substituer.

Critiquée par les opérateurs, notamment par France Telecom, l’estimant « contre-productive, voire dangereuse », ainsi que la FFT (Fédération Française des Télécoms) qui la juge « irréaliste », la loi d’origine pourrait avoir été mise de côté par le nouveau gouvernement dans un effort de conciliation avec les fournisseurs d’accès…

Source : ZDnet.fr

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. Je chipote peut etre un peu mais ce n'est pas une loi qui a ete adoptee au Senat en fevrier mais une simple proposition de loi, dans le principe le projet de loi de Fleur Pellerin pourrait donc sans probleme se substituer a celui du Senat.
    Il est vrai que la proposition de loi du senateur, si elle etait allechante pour le consommateur, semblait legerement optimiste (doux euphemisme) sur les delais a tenir (2Mb/s pour tous des cette annee, 8Mb/s en 2015 d'apres ce que j'ai lu).

  2. [color=red][size=14pt][b]Suite à  l'information éditée par Akamai Technologies, Inc. le 9 août 2012 à cambridge dans son dernier rapport du premier trimestre 2012 sur l’ État des lieux des vitesses d'accès à l’Internet. [/b][/size][/color]
    [b][b]Quelques extraits traduits[/b] sur le site : [url=http://www.lettonie-francija.fr/La-Lettonie-classee-parmi-les-cinq?lang=fr]http://www.lettonie-francija.fr/La-Lettonie-classee-parmi-les-cinq?lang=fr[/url][/b]
    [b][b]le rapport complet :[/b] [url=http://www.akamai.com/stateoftheinternet/]http://www.akamai.com/stateoftheinternet/[/url][/b]
    [size=12pt][b][color=blue]Quand on annonce en France d’ici 2017 un débit de 3 à 5 Mbps pour tous,  on est déjà en retard de ce qui existe déjà début 2012 en moyenne dans beaucoup d'autres pays![/color][/b][/size]
    Début 2012 la moyenne de pointe des débits se situe globalement pour tous les pays relevés à 13,5 mbps, on se demande à quoi servent les tergiversations de nos élus français. Les cocoricos sont superflus face à de si minables résultats!  La France se classe au 41è et au 30é rang des pays étudiés selon les données d'Akamai.
    Un exemple de relevé de la vitesse moyenne de connexion maximale
    classée par pays en Mbps          Globalement 13,5
    [list type=decimal]
    [li]Hong-hong 49,3
    South-Corea 47,8
    Japan 39,5
    Romania 38,8
    Latvia 33,5
    Netherlands 29,4
    Belgium 29,2
    United states 28,7
    Switzerland 28,7
    Singapore 28,6
    etc ...[/li]
    [li][/li]
    [/list]
    [b]La Roumanie[/b], dont on expulse les ressortissants se classe en [b]quatrième place[/b], après [b]le Japon, Hong-Kong et la Corée du Sud,[/b] devant [b]la Lettonie[/b] (le pays qui a subit la recession la plus importante au monde en 2008/2009), [b]les Pays-Bas, la Belgique, les USA, la Suisse et Singapour.[/b]
    [b][color=purple]Au lieu de dépenser des milliers d'euros en expulsant les ressortissants Roumains, qui sont européens à part entière, il serait peut etre plus judicieux que nos politiques ouvrent les yeux et agissent pour recruter des roumains afin qu'ils aident un pays, la France, à sortir du sous-développement de son internet! [/color][/b]
    [b]"Vitesses maximales moyennes de connexion au niveau mondial:[/b]
    En termes de vitesse moyenne de connexion, les 10 pays principaux ont tous observé des variations positives d’une année sur l’autre. À l’échelle mondiale, 125 pays ont enregistré des augmentations d’une année sur l’autre et seulement 10 pays pouvant y figurer ont vu décliner leurs vitesses de connexion. Au premier trimestre, la vitesse moyenne de connexion au niveau mondial était de 2,6 Mb/s.
    Une fois encore, la Corée du Sud a enregistré la vitesse moyenne de connexion la plus rapide avec 15,7 Mb/s. Les pays/régions qui viennent compléter ce top 5 sont le Japon (10,9 Mb/s), Hong Kong (9,3 Mb/s), les Pays-Bas (8,8 Mb/s) et la Lettonie (8,8 Mb/s).
    D’une année sur l’autre, la vitesse maximale moyenne de connexion à l’échelle mondiale a augmenté de 25 %, l’ensemble des 10 principaux pays ayant également connu une telle augmentation. À l’échelle mondiale, des augmentations de vitesses moyennes de connexion d’une année sur l’autre ont été constatées dans environ 130 des pays retenus, allant d’une progression de 3,8 % au Pakistan (à 5,9 Mb/s) jusqu’au bond de 213 % réalisé par la Libye (à 3,8 Mb/s). Seuls cinq pays ont vu leurs vitesses maximales moyennes de connexion annuelles reculer, avec la Tanzanie subissant le plus fort recul, en ayant perdu 21 % (à 5,1 Mb/s).
    Au cours du premier trimestre, Hong Kong s’octroie la première place pour les vitesses maximales moyennes de connexion (49,3 Mb/s), reléguant ainsi la Corée du Sud à la deuxième place (47,8). Les autres pays parmi les 5 principaux comprenaient le Japon (39,5 Mb/s), la Roumanie (38,8 Mb/s) et la Lettonie (33,5 Mb/s).
    Ce rapport est établi à partir des données recueillies par Akamai Intelligent Platform™, et offre une vision des principales statistiques mondiales telles que la pénétration Internet, les vitesses de connexion mobile, les origines des attaques de trafic et les vitesses de connexion mondiales et régionales."
    Pour télécharger les données numériques du rapport du premier trimestre 2012 sur l’État des lieux de l’Internet , visitez le site  "State of the Internet" report.


  3. Réagir sur le forum