Les relations entre opérateurs concurrents

0

Suite à plusieurs questions sur Usenet au sujet des relations entre France Telecom et ses concurrents, Alexandre Archambault fait un point… plutot détaillé !

« C'est vrai que la théorie du complot de la concurrence qui ne fait rien qu'à entraver le développement de FT rencontre un succès d'estime sur Usenet en général et chez les satellites de FT en particulier, mais rien de tout cela, voici la réelle explication : » …

Newsgroups : fr.reseaux.internet.fournisseurs,fr.reseaux.telecoms.adsl
Subject : Re : Chez Orange les mieux lotis paient moins chers ?
From : [email protected] (Alexandre Archambault)
Date : Wed, 7 Mar 2007 00:34:12 +0100
Message-ID : <1htzm0s.lpqakmay68a0N%[email protected]>

>> > > J'y suis pour quelques chose si le NRA n'est pas equipe ? Je suis puni car
>> > > FT n'investit pas dans une plaque TV dans cette zone « non dense » ?
> >
> > Ce n'est pas si simple. FT a interdiction d'ouvrir dse offres dans certaines
> > zones si les concurrents ne sont pas présents.

Ah bon ? Première nouvelle. Vous avez la référence de la décision qui
viendrait donc contredire l'analyse qui a été développé dans la décision
de l'ARCEP n°05-280 en date du 19 mai 2005 ?

Jusqu'à preuve du contraire, et je pense être un assez bien placé par
rapport à celle ou celui qui vous a sorti cette explication pour le
moins hasardeuse, le déploiement de la TV par Orange n'est nullement
conditionné à la présence de Free au titre du dégroupage. Car dans ce
cas, comment expliquez vous que la TV est déployée par Orange sur plus
de NRA que ceux qui sont dégroupés avec TV par les opérateurs ? Votre
assertion ne résiste pas à la réalité des faits  🙂

C'est vrai que la théorie du complot de la concurrence qui ne fait rien
qu'à entraver le développement de FT rencontre un succès d'estime sur
Usenet en général et chez les satellites de FT en particulier, mais rien
de tout cela, voici la réelle explication : au titre du principe de non
discrimination s'appliquant à tout opérateur reconnu comme exerçant une
influence significative sur un marché pertinent il a été demandé à
France Télécom, qui dispose des capacités à satisfaire cette demande sur
un périmètre assez significatif comme en témoignent les informations
transmises aux autorités tant dans le cadre de l'analyse des marchés
pertinents du haut débit que dans le cadre de l'instruction des
différentes affaires en cours, de compléter son offre de gros d'accès
non dégroupés en incluant une fonctionnalité distribution TV, charge
ensuite à l'opérateur d'y faire passer ses contenus, afin de pouvoir
étendre autant que faire se peut la pénétration du triple-play.

A ce jour France Télécom continue d'estimer depuis près d'un an que
cette demande n'a pas lieu d'être, ce qui est pour le moins suprenant
dans la mesure où, outre la perte de revenus non négligeables (à titre
d'info, Free est un des premiers pourvoyeurs de revenus assurés pour
France Télécom avec une facture à 9 chiffres), ce refus revient in fine
à pénaliser les abonnés situés en zones non dégroupés. Et donc les
abonnés Orange qui du fait du refus de France Télécom se retrouvent
privés d'offre complète. Mais également ceux de Free, Club, Alice,
NeufCegetel… qui n'ont pas vraiment intérêt à ce que leurs abonnés non
dégroupés ne puissent pas bénéficier de prestations moindres par rapport
à ce qu'ils sont en mesure de proposer en zones dégroupées.

> > Certaines régions sont ainsi en attente de concurrents depuis plus d'un an
> > parce que aucun autre fournisseur ne veut se lancer.

A ce jour, toutes les régions sauf une sont concernées par le
dégroupage.

Si vous faîtes référence à la Corse, rappelons que la collectivité a
initié une Délégation de Service Public pour contribuer au dégroupage
des NRA insulaires, DSP qui a été attribuée en 2005… à FT. Et ce n'est
qu'aujourd'hui, en 2007, que les premières offres de raccordement
commencent à être proposées, et encore de façon très incomplète puisque
le délégataire visiblement n'a pas estimé pertinent d'inclure au
catalogue une liaison fibre entre le continent et la Corse ; cela reste
en effet de la capacité ce qui in fine ne répond pas aux attentes des
opérateurs souhaitant proposer un service complet pour la Corse.

> > FT demande alors une dérogation auprès de l'autorité de régulation
> > (ARCEP). Qui dit oui ou qui dit non.

Mauvaises sources, changer de sources.

> > Et puis il y a les investissements non rentables en effet.

Certainement, mais dans ce cas, comment vous expliquez que des zones
rurales de l'Oise, de la Nièvre, de Saone et Loire, du Tarn, des Cotes
d'Armor, de la Manche, du Loiret, d'Alsace… sont d'ores et déjà
dégroupées  🙂

Toute industrie de réseau, quelle qu'elle soit, sous monopole ou non,
s'est développée sur un mode opératoire consistant à commencer par les
zones à forte densité et d'ores et déjà accessibles pour aller petit à
petit vers les zones à faible densité ou accessibles ultérieurement avec
le déploiement d'infrastructures alternatives » car c'est le seul moyen
de construire quelque chose sur des bases solides, saines et donc
pérennes. Car la rentabilité des zones actuelles permet de financer le
déploiement de demain.

FT a procédé *exactement* de la même manière pour le déploiement de
l'ADSL, qui a logiquement commencé par les villes, pour lequel il n'est
pas inutile de rappeller qu'il a commencé avec plus de 3 années d'avance
sur le dégroupage.

Et lorsque la fibre permet de desservir des petits NRA dans de bonnes
conditions, on ne dit pas non, comme en témoignent les nombreux villages
de quelques centaines d'habitants qui peuvent bénéficier des mêmes
services, modulo les caractéristiques des lignes d'abonnés, qu'en ville.

Alec,

Partager

A propos de l'auteur

Les commentaires sont fermés.