Lexique

0

Si vous souhaitez qu’on ajoute d’autres termes, n’hésitez
pas à nous contacter : contact at freenews.fr

 

Adresse
IP
 :

Voir IP

 

ADSL
(Asymetric Digital Subscriber Line)  :

Technologie permettant de transporter des données numériques sur
une ligne téléphonique classique et d’atteindre des débits
de plusieurs centaines de Kbit/s. Les données sont transportées
en employant un signal à fréquence très élevée.
Ce signal ne vient pas empiéter sur les fréquences utilisées
pour transmettre la voix et laisse la ligne téléphonique libre
pour un appel en même temps que les données sont transférées.
Les débits sont dits asymétriques, parce qu’il n’y a pas d’équivalence
entre la vitesse de la transmission réseau-abonné et celle de
la transmission abonné-réseau.

 

Bande
Passante :

Capacité maximale de débit sur une liaison donnée, déterminée
par les technologies de transmission mises en œuvre à l’aide des
équipements situés à chaque extrémité de
cette liaison.

 

Corp :

Un ’Corp’ Free est quelqu’un qui travaille chez Free. On peut rencontrer les corps sur Usenet (les newsgroups), et parfois dans les forums de discussion sur Internet… Ce sont des personnes qui entretiennent un contact avec le client, pour résoudre certains problèmes ou donner quelques infos techniques.

 

Dégroupage
 :

Depuis le 1er janvier 2001, France Télécom est obligé par
la loi de permettre à d’autres opérateurs d’utiliser ses propres
lignes pour y dispenser leurs services. Le terme dégroupage voit son
origine dans le fait que les fils de l’opérateur historique étaient
« groupés » sur ses propres équipements dans son central.
Il doit aujourd’hui les dégrouper pour permettre aux autres opérateurs
d’y brancher les leurs. On parle aussi de dégroupage de la boucle locale,
car il s’agit d’augmenter les offres de connectivité à plus haut
débit sur les derniers kilomètres du réseau avant les zones
résidentielles et de bureaux.

 

DMZ
(DeMilitarized Zone) :
L’acronyme « DMZ » signifie DeMilitarized Zone ou « zone démilitarisée », en référence au nom donnée à la zone tampon entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. Sur un pare-feu, on appelle DMZ une zone qui n’est ni publique, ni interne. Ces zones ne peuvent exister que si le pare-feu possède plus de deux interfaces réseau, une pour la connexion au réseau externe et l’autre pour la connexion au réseau interne. Si un pare-feu possède trois interfaces au moins (ou trois « pattes »), il est possible de créer une DMZ sur la troisième interface. On y placera les serveurs qui ont besoin de sortir sur l’extérieur, mais qui ont également besoin d’être protégés des menaces internes. Ainsi, si des utilisateurs en interne veulent faire des opérations frauduleuses sur les serveurs, ils devront franchir la barrière du pare-feu et les règles de filtrage mises en place. En se plaçant du côté extérieur, mettre les serveurs en DMZ permet de protéger le réseau interne des menaces externes, puisqu’un pirate arrivant à accéder en DMZ devra encore fournir un effort pour pénétrer sur le réseau interne.

 

DNS
(Domain Name System) :

Correspond à l’adresse du site Internet, intranet ou extranet sur le
réseau. Pour éviter que deux personnes physiques ou morales déposent
le même nom de domaine, des organismes sont chargés d’assurer la
cohérence du « nommage » sur Internet, comme le NIC pour les
.fr, et InterNIC pour les .com, .net et .org. Exemple : free-news.net est un
nom de domaine.

 

Dégroupage
Total :

Consiste en la mise à disposition de l’intégralité des
bandes de fréquence de la paire de cuivre. L’utilisateur final n’est
alors plus relié au réseau de France Telecom, mais à celui
de l’opérateur nouvel entrant.

 

DSLAM
(Digital Subscriber Line Access Multiplexor) :

Un DSLAM est un équipement qui permet de regrouper plusieurs lignes DSL
en provenance des abonnés sur une ligne très haut débit
(dans la plupart des cas il s’agit de fibre optique). Actuellement les DSLAM v1 de Free
permettent de gérer 384 lignes abonnés et les v2 permettent de gérer 1008 lignes abonnés. Généralement,
on trouve plusieurs DSLAMs dans un NRA (en fonction du nombre
d’abonnés raccordés au central).

 

Fastpath :

Cette option permet de baisser significativement le ping
des lignes sur lesquelles elle est activée (3 à 5 ms de ping au
final). C’est donc idéal pour les joueurs, à condition d’avoir
une ligne d’une certaine qualité et dégroupée. Pour régler
cette option : Fastpath.

 

Firmware :

Petit programme situé dans la mémoire interne d’un périphérique matériel (freebox, lecteur CD, DVD, modem…). Ce programme est écrit par le fabricant et sa mise à jour peut permettre d’ajouter de nouvelles fonctionnalités au matériel ou de corriger certaines incompatibilités.

 

FTTH (Fiber To The Home) :

Technologie d’accès à Internet utilisant la fibre optique comme support de bout en bout du réseau (du fournisseur jusqu’à l’abonné). La fibre optique permet des débits très importants (plusieurs Gbps !), et une fiabilité de connexion irréprochable. L’avenir des télécommunications mondiales reposent sur la fibre optique, les pays asiatiques et quelques agglomérations occidentales ont déjà commencé à investir dans ce support (il est toutefois nécessaire de creuser des tranchées dans les rues, de reccorder les foyers, etc… ce qui représente des projets d’aménagement très coûteux. Plus d’infos : Le Très Haut Débit partout et maintenant !

 

GAMOT (Guichet
d’Accueil Maintenance Opérateur Tiers)
 :

En gros, c’est le SAV de France Telecom pour les autres opérateurs. Plus
d’infos : Gamot
 : rôle et fonctionnement

 

IP ou
Adresse IP
 :

Chaque équipement, serveur ou poste client connecté au réseau
doit avoir une adresse IP unique. A l’origine, l’organisme IANA (Internet Assigned
Numbers Authority) était chargé d’attribuer ces adresses. Il a
été remplacé par l’ICANN (Internet Corporation for Assigned
Names and Numbers), formé en 1998. Exemple d’adresse IP : 124.67.242.45

 

NewsGroup (Groupe de discussion) :

A l’origine, forums thématiques régis par le principe de partage de savoir en vigueur sur Internet, du temps où seule une poignée de chercheurs y avait accès. Ce service, qui ne brasse que du texte, n’a rien d’affriolant. Mais le contenu est d’une telle densité qu’on trouvera à coup sûr des réponses de spécialiste aux questions qu’on peut se poser et ce, dans quelque domaine que ce soit. Peu connu du grand public, le réseau Usenet (contraction de “User’s Network“) qui fédère ces espaces de discussion thématique a connu, depuis son implémentation dans les années 79-80, une croissance exponentielle, au point de rassembler aujourd’hui des milliers de groupes ciblés. Ce système d’informations extrêmement hiérarchisé rassemble les internautes autour des centres d’intérêts les plus variés. Chaque newsgroup se subdivise en une multitude de sujet de conversations (ou “threads“) que chacun peut lancer librement et auxquels chacun peut contribuer en postant des messages. Il est nécessaire pour accéder à ce service de passer par le relais d’un serveur spécifique et de disposer d’un poste client compatible avec le protocole NNTP, par exemple Outlook de Microsoft.

 

NRA (Noeud
de Raccordement d’Abonnés)
 :

C’est le central local France Télécom auquel vous êtes raccordé.

 

Ping
(Packet INternet Groper) :

« Faire un PING » consiste à envoyer une requête à
un serveur. S’il répond, c’est qu’on a des chances de pouvoir l’atteindre.
Sinon, c’est qu’il est en panne ou inaccessible.

 

QoS
(Quality of Service) :
La QoS est utilisée au niveau des routeurs. Cela permet de contrôler les flux de données, par exemple pour restreindre le débit de tel ou tel service. Il y a de la QoS au niveau de la Freebox, pour privilégier la téléphonie, puis la télévision, et enfin le débit d’accès à Internet… En cas de saturation du réseau, les fournisseurs d’accès appliquent parfois des règles de QoS pour limiter les débits et favoriser l’accès à tous. Cela permet de conserver un service de qualité même pendant les périodes où il y a des problèmes (maintenance, retards de mise en place d’un équipement réseau…).

 

SI
(Système d’Information) :

Il s’agit des systèmes informatiques d’une société qui permettent de stocker et d’obtenir de l’information sur ses activités. Exemple : Free est connecté à un SI de France Telecom qui permet de connaître la compatibilité adsl d’une ligne téléphonique.

 

SIP
(Session Initiation Protocol) :
Protocole qui a été conçu pour établir, modifier et terminer des sessions multimédia. Il se charge de l’authentification et la localisation des multiples participants. Tout type de transmission de données peut être encapulée dans du SIP. Free l’utilise notamment pour la téléphonie nomade, qui permet aux freenautes d’utiliser leur ligne téléphonique Freebox depuis n’importe quel accès à Internet dans le monde.

 

VOD
(Video On Demand > Vidéo à la demande) :

La VOD fait appel à une technologie qui permet aux utilisateurs de contrôler le début d’un programme visualisé. Par exemple, grâce à un système de contrôle à distance, l’utilisateur peut faire son choix parmi une liste de films et lancer la projection et l’arrêter à sa guise.

 

Wi-Fi
(Wireless Fidelity) :

Cette technologie Wi-Fi est basée sur la norme IEEE 802.11 qui permet
de construire un réseau local par émission/réception d’ondes
électromagnétiques. Cette infrastructure sans fil fonctionne dans
les bandes de fréquences de 2,4 ou 5 Ghz, propose des débits de
6 à 30 MBits/s réels (11 à 54 MBits/s théoriques)
et permet une zone de couverture allant jusqu’à 300 mètres
en conditions optimales. Mais bien entendu, comme toute émission par
onde, le Wi-Fi est très sensible aux interférences (téléphone
sans fil, micro-ondes…) et aux obstacles gênants la propagation des
ondes (ciment, métal…). Aussi, le champ de rayonnement le plus couramment
constaté ne dépasse pas 30 à 50 mètres.

 

Sources : Journal
du Net
, alaide.com, Wikipedia,AdUF

Partager

A propos de l'auteur

0 commentaire

    Réagir sur le forum