Free est « pessimiste » sur la possibilité d’un accord avec TF1

4

Jusque là discret sur le sujet, Free a’est enfin exprimé sur la possibilité d’un accord de diffusion avec le groupe TF1. L’opérateur se veut « pessimiste ».

Jeudi, les négociations entre TF1 et Orange ont tourné au fiasco. L’accord de diffusion liant les deux sociétés ayant expiré sans qu’un nouveau compromis ne soit trouvé, TF1 a coupé l’accès au replay MyTF1 sur les bouquets de l’opérateur. Il lui a également demandé de couper l’accès à ses chaînes gratuites (TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films, et LCI), ce qu’Orange n’a pas encore accepté de faire. L’affaire pourrait se poursuivre en justice.

Pendant ce temps, quid de Free, dont les accords de diffusion avec TF1 arrivent bientôt à échéance ? Habitué à la discrétion, Maxime Lombardini, DG du groupe Iliad (maison-mère de Free) s’est épanché en quelques mots dans les colonnes du Figaro. « Les demandes de TF1 sont extravagantes ! Les discussions sont au point mort. Je suis pessimiste sur la suite », a-t-il déclaré sans détours.

Ex-cadre de TPS et TF1, chez qui il a passé une bonne partie de sa carrière avant de rejoindre Iliad en 2007, Maxime Lombardini n’a pas l’habitude d’épargner son ex-employeur. En mai 2017, il n’hésitait pas à qualifier les demandes de rémunération de TF1 de « démarche un peu désespérée ». Son comparse Xavier Niel, directeur de la stratégie et actionnaire majoritaire d’Iliad, rappelait qu’il était préférable, pour les abonnés, de « brancher l’antenne TNT » plutôt que de voir leur abonnement augmenter d’1 ou 2 euros par mois pour continuer à recevoir TF1.

Orange, Free et Canal+ vent debout contre TF1

Après avoir conclu un accord juteux avec SFR — et de manière plus anecdotique avec Bouygues Telecom, sa société-sœur du groupe Bouygues — TF1 se retrouve dans une impasse. Les trois principaux distributeurs restants, Orange, Free et Canal+, refusent en bloc de débourser les sommes demandées : on parle de 20 millions d’euros par an pour Free, et près de 25 millions pour Orange. Bien sûr, TF1 refuse tout rabais, au risque de s’attirer les foudres de SFR, qui avait accepté de signer au prix fort…

Alors que ses principaux revenus proviennent toujours de ses recettes publicitaires, le groupe de télévision ne peut pas se payer le luxe de se passer de l’audience cumulée représentée par les bouquets d’Orange, Free et Canal+. Les diffuseurs sont désormais en position de force… à condition de rester unis. Mais ce petit jeu, rien n’est moins sûr.

Source : Le Figaro

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

4 commentaires



  1. Ils ont fait des pieds et des mains pour passer LCI du payant au "gratuit", et aller piquer la pub de ceux qui avait pris le risque d'un autre modèle économique. Maintenant que leur lobbying a fonctionné, ils veulent nous imposer la pub et le payant.

    Je suggère que les FAI leur envoient la facture de l'utilisation des tuyaux sur la base des tarifs de TDF.
    D'autre part, qu'attend l'État pour leur facturer les fréquences comme il le fait avec les opérateurs télécoms ?

  2. C’est inouï ! TF1, chaîne privée, vit de sa publicité et donc de son audimat. C’est TF1 qui devrait demander à Free la permission d’être diffuser pour profiter de l’audience des Freenautes. Ce qui est valable pour TFkk est naturellement valable pour toutes les autres chaînes envers tous les fournisseurs.

  3. Il faut laisser les choses se faire; bientôt il y'aura Free et Canalsat.

    Les trois réunis auront plus d'impacte que seul. Et surtout le manque à gagner car là le groupe TF1 perd trois distributeurs et donc trois rentrées d'argent plus les recettes qui y sont liées.

  4. Réagir sur le forum