Freebox Delta : un accès simplifié vers les VMs

0

Les VMs ce sont fonctionnalités qui vous permettent d’installer des logiciels sur votre Freebox Server depuis le mois d’octobre dernier..

En d’autres termes, il vous est désormais possible de concevoir via votre box, un ordinateur entièrement logiciel, simulé avec un programme.

D’une manière général, l’installation d’une machine virtuelle sert à tester un autre système d’exploitation, ou bien encore, à installer des logiciels qu’on ne peut installer sur son système.

Elles sont également utilisées pour augmenter la sécurité d’un déploiement logiciel, grâce à une séparation plus forte.

Une fonctionnalité conçue pour les geeks mais pas que …

Plus concrètement et en termes de matériel, sur le server de la Delta, les VMs permettent d’installer un système Linux ARM64. L’accès au port USB ouvre des possibilités liées au matériel ou à la domotique, qui donnent la possibilité :

  • d’héberger un cloud personnel avec Yunohost, Nextcloud ou Cosy Cloud ;
  • d’indexer le contenu multimédia présent sur le Freebox Server ou réseau local avec Plex ou Emby ;
  • d’héberger des parties de Minecraft avec le serveur pour l’édition java ;
  • de contrôler sa maison avec une solution domotique comme Jeedom.
  • de télécharger une blockchain populaire pour inspecter les transactions hors-ligne ;
  • d’utiliser un bureau linux d’appoint qui reste toujours allumé
  • d’héberger un site web chez soi ;
  • de brancher des capteurs température et humidité en USB pour faire station météo ;
  • de faire un time-lapse avec une webcam USB ;
  • d’apprendre à utiliser un serveur Linux à distance ;
  • de brancher un micro et un haut-parleur USB pour faire un assistant vocal maison comme Snips.

Entre autres choses, l’installation d’un server Samba est possible notamment dans le cadre de la création d’un partage de dossiers ou d’imprimantes dans un réseau local via les ressources d’un ordinateur situé dans la boucle.

Cette installation permet une connexion simultanée à la box mais surtout simplifie grandement le partage de données, d’autant que, comme le relate NextInpact aujourd’hui, ce process est désormais simplifié au moyen d’une simple cache à cocher.

Il s’agit d’une adjonction de quelques lignes dans le script qui datent d’une des dernières mises à jour du Server, mais cette fonctionnalité se révèle bien pratique.

Source : NextInpact

Partager

A propos de l'auteur

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

Les commentaires sont fermés.