Free Mobile : le pourquoi du comment de sa pole position en matière d’étendue du réseau 5G

3

L’étendue et la qualité du réseau sont des notions particulièrement discutées et notamment par Orange, concernant les données avancées par Free concernant ses infrastructures 5G.

Une contestation reprise certes par quelques associations, qui ont entendu déférer les affirmations de l’opérateur de Xavier Niel devant la Justice en début d’année, remettant en cause la sincérité de sa campagne commerciale en la matière, dénonçant la prévalence d’une étendue du réseau au détriment de sa qualité.

Le recyclage au coeur de la stratégie de déploiement de Free Mobile.

Une fois de plus, malgré ces tentatives de déstabilisation, Free Mobile réaffirme par le biais de Numerama, détenir le réseau 5G le plus vaste et notamment grâce au recyclage de ses fréquences 4G comme à son investissement majeur dans la bande de fréquence des 700 MHz en lieu et place de la 3,5 GHz plébiscitée par Orange notamment ; fréquence dans lequel l’opérateur a d’ores et déjà investi majoritairement dans le cadre du déploiement de son réseau 4G par le passé.

La stratégie est payante et connue de longue date par tous les opérateurs sans exception, car intéressante « en termes de propagation des ondes », ainsi que le relève Numerama.

Une politique conforme aux prises de position de Free Mobile.

Ce qu’il faut donc retenir avant toutes choses, c’est que le procédé est conforme aux annonces faites par Thomas Reynaud en début d’année relatives à la stratégie du Groupe en faveur du climat, qui vise à réinventer les dispositifs dont il est d’ores et déjà doté en lieu et place de l’implantation d’infrastructures nouvelles.

Enfin, en termes d’investissements, cette stratégie contraint le Groupe, qui présente aujourd’hui ses résultats financiers pour le premier trimestre 2021, à injecter 30% de ces derniers directement dans les infrastructures, contrairement à la concurrence qui a sciemment choisi d’adopter une politique différente en termes de déploiement de son réseau, plaçant Free Mobile concrètement loin devant Bouygues, SFR ou bien encore Orange, au grand dam de Stéphane Bertrand qui pourtant était favorable jusqu’à récemment, à une mutualisation avec Free.

Tout est une question de choix et en finalité, la stratégie de Free Mobile se révèle payante tant commercialement qu’écologiquement, ce qui bien évidemment n’est pas du goût de la concurrence.

Source Numerama.

Share.

About Author

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

3 commentaires

  1. Grace à cette stratégie, Free a une (très) vaste couverture (et peut faire un peu de green washing au passage), par contre, la densité est (probablement) un peu légère…
    Aujourd’hui client Free Mobile (en 4G seulement), je constate fréquemment une saturation des antennes 4G avec reconnection en 3G (!) sur mon lieu de travail, zone relativement dense, mais couverte par une seule antenne Free (contre environ 2 ou 3 pour chacun des concurrents)…

  2. « Free Mobile réaffirme par le biais de Numerama », ne serait-ce pas plutôt Numerama qui reprend les éléments de la communication de Free !
    D’autre part, votre article n’apporte rien de nouveau, si c’est citer un confrère sans essayer d’avoir un avis sur le sujet ou d’apporter un éclairage ou des informations différentes autant ne rien dire !

    Free réutilise la fréquence b28a pour faire de la 5G : OK
    Ils ont déjà allumé prêt de 8000 sites
    Cela représente plus de 50% de la population couverte
    Ils annoncent 80% en fin d’année
    La bande des 3700 est beaucoup plus capacitaire

    Mais ce qui intéresse vraiment les gens, c’est de savoir sur un site allumé en 700 et pas en 3500, c’est le débit qu’ils auront. Dommage de ne pas trouver ce genre d’info.

    Allez, je vous donne un indice, un abonné free à fait un test avec un débit de 855Mbits/s grâce à l’agrégation des bandes de fréquences 3,5 GHz, 1800 MHz, 2600 MHz et 700 MHz.

    Avec 485 Mbits/s en 3500 MHz, 126 Mbits/s avec la bande 1800 MHz, 171 Mbits/s en 2600 MHz et seulement 61 Mbits/s en 700 MHz.

    Bon certes il était à 100m de l’antenne en terrain découvert, mais cela indique déjà plusieurs choses :

    Rien qu’en 700MHz 5G, on peut dépasser les 60Mbits/s, cette bande est celle qui a la meilleure diffusion en extérieure et intérieure, même par rapport à la 800MHz.

    Que parler de vitesse, n’est pas lié uniquement à la 5G mais aussi aux autres bandes de fréquence 4G avec l’agrégation.

    Et donc pour les consommateurs, ce qui compte au final c’est d’avoir un meilleur service !

    Bien sûr que la vitesse en 3500MHz est bien plus importante mais en attendant il vaut mieux avoir la 5G en 700MHz que rien du tout chez les autres opérateurs à part à quelques endroits très limités du territoire.

    Bref, bravo, il a Free, il a tout compris, j’entends encore le chatelain de se plaindre du coucou qui campait sur sa pelouse ! Et de tous les autres qui disaient que Free n’avait pas l’ambition de développer un réseau de grande ampleur.

    Bon, ils ont la meilleure couverture 5G n’en déplaise aux mauvais perdants.

  3. Commercialement la stratégie est payante mais en réalité on joue sur les mots. Dans la bande à 700 Mhz on a le même débit en 4G donc avoir la 5G c’est pour faire jolie, on dit qu’on a un réseau 5G mais ça ne change pas la vie des utilisateurs. Pas la peine d’investir dans un tel 5G pour avoir le même débit qu’avant.