Non, Free Mobile ne couvre pas 50% du territoire en 4G

0

Ces derniers jours, une étrange déclaration de Xavier Niel au micro de Radio Classique a fait le tour de la Toile. Le fondateur de Free y affirmait que Free Mobile couvrait d’ores et déjà la moitié du territoire en 4G, en attendant le lancement de son offre.

Ces propos sont toujours visibles dans la vidéo publiée par Radio Classique (à 7:40 environ) :

Si la perspective plaît aux communautés Freenautes, elle n’est pourtant pas réaliste pour un sou. Ainsi, La Tribune, qui se penche sur les taux de couverture 4G des opérateurs, analyse rapidement : même si toutes les antennes de Free Mobile (soit 1982 antennes déclarées au 1er avril 2013) sont bien déjà compatibles 4G et équipées à ce jour, « Free n’a l’autorisation d’émettre en 4G que sur ses fréquences 2,6 Ghz, alors qu’il émet en 3G sur des fréquences 2,1 Ghz et 900 Mhz ». La particularité de ces fréquences 2,6 GHz est qu’elle couvre sur une moins longue distance que les fréquences 3G utilisées par Free (2,1 GHz et surtout 900 MHz).

Conclusion : le taux de couverture 4G de Free Mobile ne peut pas être égal à son taux de couverture 3G (environ 50% de la population), même s’il utilise le même nombre d’antennes. De surcroît, Xavier Niel n’avait pas parlé de 50% de la population mais bien de 50% du « territoire », ce qui représente une couverture plus vaste encore…

Le site France Mobile affirme avoir contacté Xavier Niel par mail, suite à cette interview. Et celui-ci serait revenu sur ses propos, démentant avoir affirmé que Free Mobile couvrait bien 50% du territoire en 4G…

En bref, la perspective d’une couverture 4G égale à celle de la 3G est un fantasme difficilement réalisable. Il n’en reste pas moins que si Free a bel et bien équipé l’ensemble de ses antennes 3G pour la 4G, comme il continue à l’affirmer, le taux de couverture de la population au lancement de l’offre devrait tout de même être honorable.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.