New Deal : feu vert à la redistribution des fréquences mobiles en faveur de Free Mobile

1

L’ARCEP valide le scénario de la redistribution du spectre, qui permettra à Free Mobile de récupérer des fréquences mobiles supplémentaires entre 2021 et 2024.

Après une nécessaire période d’observation, l’ARCEP (Autorité de régulation des télécoms) officialise et acte la redistribution des fréquences permise par le « new deal » gouvernemental. Présenté le mois dernier, ce plan permettra aux opérateurs « historiques » Orange, SFR et Bouygues Telecom, de bénéficier d’une reconduction simplifiée de leurs licences mobiles sur les bandes 900 MHz, 1,8 GHz et 2,1 GHz.

En contrepartie, Free Mobile profite d’un arbitrage qui lui permet de repartir avec des fréquences supplémentaires, comme prévu. De quoi améliorer sensiblement sa qualité de service. Chacun de ces trois concurrents devra lui céder un petit bout de spectre, avec pour objectif global une distribution des fréquences plus équitable entre les quatre opérateurs.

Une véritable redistribution des cartes

Concrètement, sur les bandes 900 et 2100 MHz, chacun des quatre opérateurs bénéficiera de la même quantité de spectre à l’horizon 2024. Sur la bande 1800 MHz, rien ne change, Free Mobile ne s’étant pas porté candidat.

Dans le détail :

  • sur la bande 900 MHz, Free Mobile passera de 5 MHz à 7,6 MHz de spectre en 2021, puis 8,7 MHz en 2024
  • sur la bande 2100 MHz, Free Mobile passera de 5 à 14,8 MHz de spectre en 2021.

sur la bande 900 MHz

sur la bande 2100 MHz

Sur la bande 1800 MHz, la situation ne change pas. Free conserve un spectre de 15 MHz duplex, contre 20 MHz duplex pour chacun de ses trois concurrents.

Pour rappel, ces autorisations délivrées par l’ARCEP s’accompagnent, en contrepartie, de nouvelles obligations « ambitieuses » pour les opérateurs en matière de déploiement sur le territoire.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

1 commentaire

  1. Réagir sur le forum