Maxime Lombardini prend la parole : emplois, 4G, rapprochement avec SFR…

16

Maxime Lombardini (DG d’Iliad/Free) était, mardi, l’invité de BFM Business lors du Grand Journal d’Hedwige Chevrillon. Lors d’une longue intervention, il y est revenu sur les sujets d’actualité pour Free Mobile…

Interrogé sur l’impact de Free Mobile sur le secteur de l’emploi en France, Maxime Lombardini rappelle les conclusions de l’étude commandée par Free, dans laquelle deux experts estiment que 16 000 à 30 000 emplois supplémentaires seront créés sur l’ensemble de l’économie française, suite à l’arrivée du quatrième opérateur.

« Les Français, les deux milliards qu’ils ont économisé, ils ne vont pas les mettre en épargne, je ne pense pas », estime-t-il. « Quand on déverse 2 milliards d’euros de pouvoir d’achat sur l’ensemble de l’économie (…) on arrive à la conclusion que ça crée de l’activité et de l’emploi ».

Commentant la rumeur prêtant à Iliad une volonté de rapprochement avec SFR, Maxime Lombardini dément avoir eu des discussions spécifiques avec l’opérateur au carré rouge. « Non, sérieusement », tranche-t-il, même s’il reconnaît qu’« il y a des vagues discussions entre tout le monde » sur le secteur. « L’idée de faire des opérations capitalistiques très lourdes, ce n’est pas tellement notre culture », conclut-il, en mettant en avant la forte croissance de Free Mobile tout seul.

4G enfin, où Free est resté plutôt discret (même s’il s’y prépare en coulisses) ; Maxime Lombardini est interrogé sur le prix potentiel de sa future offre 4G, et s’il ne parle pas directement d’une augmentation des tarifs, il reconnaît que cela peut être « un produit un peu plus haut de gamme ». « On sera aux mêmes ambitions et au même régime que les opérateurs concurrents », affirme-t-il.

Regardez l’intervention de Maxime Lombardini (en 2 parties) :

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

16 commentaires

  1. et s’il ne parle pas directement d’une augmentation des tarifs, il reconnaît que cela peut être « un produit un peu plus haut de gamme ». « On sera aux mêmes ambitions et au même régime que les opérateurs concurrents », affirme-t-il.


    Ouhlà, je suis pas sûr que j'aime vraiment cette déclaration... même s'il ne fait aucun doute qu'ils ne proposeront pas un forfait à 90€ comme SFR, j'espère que la hausse ne sera pas supérieure à celle de la Freebox v5 > v6.
    Enfin bref, ça m'étonnerais donc qu'ils fassent comme pour la fibre, et propose la 4G au même prix que la 3G.

  2. Bon, j'ai regardé les vidéos, mais qu'est-ce qu'elle est ch....e et conne l'animatrice à toujours vouloir interrompre et en plus elle ne connaît rien du tout !

    Putain que je suis content de ne plus avoir de télé !

  3. ritchie a écrit :

    Bon, j'ai regardé les vidéos, mais qu'est-ce qu'elle est ch....e et conne l'animatrice à toujours vouloir interrompre et en plus elle ne connaît rien du tout !

    Putain que je suis content de ne plus avoir de télé !

    Les journalo/animateurs des médias audiovisuels sont atteints par le virus de "l'USite". Ils veulent faire comme leurs "grands" copains US, et le font mal, avec une préparation souvent bâclée, mal documentée, et surtout décousue, car n'écoutant absolument pas leur interlocuteur (Ce qui, s'ils étaient futés, leur permetrait peut être de rebondir adroitement!).
    Le syndrome de la "scoopite Pulitzerienne" frappe beaucoup trop, car ces messieurs/dames veulent absolument "créer" l'évènement... Et quand l'interviewé a un tant soit peu de carrure, cela se passe mal pour l'interviewer!
    En exemple un 20h de TF1 d'il y a quelques semaines, où l'USBoy Bouleau a essayé plusieurs fois de piéger Karabatic en direct...
    Pour un handballeur, Katabatic savait de toute évidence utiliser les techniques du rugby, car il l'a renvoyé 3 fois dans ses 22 m, et lui a cloué le bec, car l'interviewer sortait des contres vérités manifestes... Un "tendron" se serait fait piéger, et notre grand média national aurait une fois de plus désinformé le public en essayant de mélanger ce qui tenait du pénal de ce qui tenait d'un règlement intérieur d'un club sportif pour faire du sensationnel! Petit, vraiment petit!

  4. Fansat70 a écrit :

    Les journalo/animateurs des médias audiovisuels sont atteints par le virus de "l'USite". Ils veulent faire comme leurs "grands" copains US, et le font mal, avec une préparation souvent bâclée, mal documentée, et surtout décousue, car n'écoutant absolument pas leur interlocuteur (Ce qui, s'ils étaient futés, leur permetrait peut être de rebondir adroitement!).
    .. Un "tendron" se serait fait piéger, et notre grand média national aurait une fois de plus désinformé le public en essayant de mélanger ce qui tenait du pénal de ce qui tenait d'un règlement intérieur d'un club sportif pour faire du sensationnel! Petit, vraiment petit!

    Mais en pensez vous pas qu'il font cela pour une bonne raison ?
    Parce que c'est ce que leur publique demande par exemple ?

  5. Fansat70 a écrit :

    Les journalo/animateurs des médias audiovisuels sont atteints par le virus de "l'USite". Ils veulent faire comme leurs "grands" copains US, et le font mal, avec une préparation souvent bâclée, mal documentée, et surtout décousue, car n'écoutant absolument pas leur interlocuteur (Ce qui, s'ils étaient futés, leur permetrait peut être de rebondir adroitement!).
    Le syndrome de la "scoopite Pulitzerienne" frappe beaucoup trop, car ces messieurs/dames veulent absolument "créer" l'évènement... Et quand l'interviewé a un tant soit peu de carrure, cela se passe mal pour l'interviewer!
    En exemple un 20h de TF1 d'il y a quelques semaines, où l'USBoy Bouleau a essayé plusieurs fois de piéger Karabatic en direct...
    Pour un handballeur, Katabatic savait de toute évidence utiliser les techniques du rugby, car il l'a renvoyé 3 fois dans ses 22 m, et lui a cloué le bec, car l'interviewer sortait des contres vérités manifestes... Un "tendron" se serait fait piéger, et notre grand média national aurait une fois de plus désinformé le public en essayant de mélanger ce qui tenait du pénal de ce qui tenait d'un règlement intérieur d'un club sportif pour faire du sensationnel! Petit, vraiment petit!


    Et d'un autre côté il est sidérant de voir que les Français préfèrent des journalistes qui ne font pas leur travail.
    Des journalistes qui se taisent pendant les réponses même quand celles-ci sont hors-sujet, ne relancent pas lorsqu'ils n'ont pas obtenu satisfaction, etc.

    Un journaliste qui paraît agressif ou pénible est, à quelques exceptions près, un bon journaliste. Faut se le mettre en tête.

  6. Yoann Ferret a écrit :

    Un journaliste qui paraît agressif ou pénible est, à quelques exceptions près, un bon journaliste. Faut se le mettre en tête.

    Personnellement je ne crois pas non.
    Le bon journaliste connait très bien son sujet.
    Il n'est pas obligé de couper la parole à ses interlocuteurs, il attend patiemment la fin de sa tirade pour appuyer là où ça fait mal.
    De plus, même si c'est quelque chose qui se perd avec le temps, laisser son interlocuteur finir est juste une marque de politesse et de respect.
    Ce qui n’empêche EN RIEN de rebondir ensuite sur un sujet de son choix.

    Être agressif ou pénible prouve juste que le journaliste ne maitrise pas son sujet et veux juste faire du buzz. La plupart du temps en racontant autant de contre vérités que son interlocuteur.

  7. Patoun a écrit :

    Il n'est pas obligé de couper la parole à ses interlocuteurs, il attend patiemment la fin de sa tirade

    C'est typiquement la description d'une mauvaise interview.
    Le journaliste pose une question, le politique répond à côté, le journaliste enchaîne donc avec une autre question auquel le politique répondra une nouvelle fois à côté... etc.

    Au final le journaliste qui agit comme ça n'est rien d'autre qu'un passe-plats.

  8. Yoann Ferret a écrit :

    C'est typiquement la description d'une mauvaise interview.
    Le journaliste pose une question, le politique répond à côté, le journaliste enchaîne donc avec une autre question auquel le politique répondra une nouvelle fois à côté... etc.

    Au final le journaliste qui agit comme ça n'est rien d'autre qu'un passe-plats.

    En effet. Parce qu'il ne repose pas sa question.
    Ce qui ne correspond pas non plus à un bon journaliste.

    C'est toujours pas une raison pour être agressif et couper la parole aux gens.

  9. Patoun a écrit :

    Personnellement je ne crois pas non.
    Le bon journaliste connait très bien son sujet.
    Il n'est pas obligé de couper la parole à ses interlocuteurs, il attend patiemment la fin de sa tirade pour appuyer là où ça fait mal.
    De plus, même si c'est quelque chose qui se perd avec le temps, laisser son interlocuteur finir est juste une marque de politesse et de respect.
    Ce qui n’empêche EN RIEN de rebondir ensuite sur un sujet de son choix.

    Être agressif ou pénible prouve juste que le journaliste ne maitrise pas son sujet et veux juste faire du buzz. La plupart du temps en racontant autant de contre vérités que son interlocuteur.


    Très bien dit. Je suis d'accord, plus que d'accord, et à la limite de la demande en mariage !!

    On ne voit plus que ça ! Des journaleux qui coupent la parole. Pour un oui ou un non. Ils posent une question et n'en attendent pas la réponse. Que l'interlocuteur soit dans les clous ou pas... On ne laisse pas exposer son idée. A croire qu'il faut toujours pouvoir dire "voyez comme je l'ai mouché" !!

    Et je ne vous parle pas des pseudo-journalistes du net sans carte de presse qui recopient à l'infini des informations non vérifiées, sans même l'usage du conditionnel, propageant toutes les rumeurs.

    Mr Ferret, puissiez-vous ne jamais donner dans ce style.

  10.   Cela me rappelle, il y a un certain nombre d'années, une émission ou la personne interrogée avait réagit de la bonne façon ; ça donnait quelque chose comme ça (en fonction de mes souvenirs, je ne garantis pas l'exactitude du dialogue à 100 %) :

    Invité, Philippe Bouvard : Écoutez si vous me posez des questions et si vous y répondez vous même à quoi ce cela sert il que je vienne vous voir ?
    Journaliste, M. O. Fogiel  :  Mais vous n'êtes pas fâché au moins, vous reviendrez me voir ?
      Philippe Bouvard : Certainement pas.
      Et il quitte le plateau.
      Mais l'animateur des ''Grosses Têtes'' est un journaliste de haut niveau devant le ''pitbull''.
      Je n'ai trouvé que ça où on y fait un peu référence :
      http://www.ina.fr/media/radio/video/I08036270/interview-philippe-bouvard.fr.html

      Les gens comme Maxime Lombardini qui vont sur les plateaux de télévision devraient s'en inspirer pour répondre à certains journalistes qui leurs coupent la parole sans arrêt (Mais M. Lombardini semble avoir choisi une autre façon très courtoise ).
     
     

  11. Réagir sur le forum