L’Autorité de la concurrence soucieuse de la confidentialité du déploiement des antennes

7

Dans un avis publié vendredi, l’Autorité de la concurrence recommande à l’ANFR (l’Agence nationale des fréquences) de mettre en place certaines mesures afin que la stratégie de déploiement d’un opérateur ne soit pas facilement visible par ses concurrents…

Actuellement, l’ANFR diffuse, de façon publique, une grande quantité d’informations sur les antennes dont l’installation est réalisée ou envisagée par chaque opérateur : emplacement, puissance d’émission, fréquence utilisée, type d’antenne… font partie des données renseignées.

Exhaustive, cette base de données permet aux opérateurs de surveiller le déploiement de leurs concurrents en temps réel ; une situation jugée « préoccupante » par l’Autorité de la concurrence, à l’heure où le quatrième entrant Free Mobile est en plein déploiement de son réseau, et où l’ensemble des opérateurs réfléchissent déjà à la mise en place de leurs réseaux 4G.

L’Autorité recommande à l’ANFR d’encadrer ou de limiter la diffusion de telles informations, « pour garantir que les opérateurs déterminent leur politique de déploiement de façon autonome » et non en se calquant sur leurs concurrents. Les nouveaux entrants devraient bénéficier du « même niveau d’information » que les opérateurs déjà en place, en ayant accès aux mêmes « bases consolidées ».

L’« information du public » demeure toutefois importante ; pour concilier cette problématique avec les recommandations déjà évoquées, l’Autorité de la concurrence suggère à l’ANFR de ne mettre à jour ses données publiques qu’au moment de la mise en service des installations, afin d’éviter que les opérateurs n’anticipent la stratégie de leurs concurrents.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

7 commentaires

  1. Je m'interroge sur les conséquences pour la population. Si il ne peut pas y avoir de débat public, ou de concertations, et s'il faut attendre que les antennes soient en service avant de le savoir, il deviendra bien plus difficile de négocier une autre implantation s'il s'avére qu'elles sont trop proches d'une école ou d'un hopital ou de tout autre endroit où, par sécurité, il conviendrait d'adopter la prudence. Ce n'est pas très "democratique friendly" ... D'ailleurs il n'y a qu'à voir ce que ça donnerait, une telle mesure, si l'on la transfere pour le deploiment du cable dans les villes le long des routes par creusement de tranchée via une I-fourmi par exemple : les riverains qui auraient laissé leur voiture se verraient obligé d'aller la récupérer à la fourrière ? Mais où va t'on avec ce genre de recommandation ...

  2. actually_Tulle a écrit :
    Je m'interroge sur les conséquences pour la population. Si il ne peut pas y avoir de débat public, ou de concertations, et s'il faut attendre que les antennes soient en service avant de le savoir, il deviendra bien plus difficile de négocier une autre implantation s'il s'avére qu'elles sont trop proches d'une école ou d'un hopital ou de tout autre endroit où, par sécurité, il conviendrait d'adopter la prudence. Ce n'est pas très "democratique friendly" ... D'ailleurs il n'y a qu'à voir ce que ça donnerait, une telle mesure, si l'on la transfere pour le deploiment du cable dans les villes le long des routes par creusement de tranchée via une I-fourmi par exemple : les riverains qui auraient laissé leur voiture se verraient obligé d'aller la récupérer à la fourrière ? Mais où va t'on avec ce genre de recommandation ...
    N'importe quoi. Les dépanneuses de la fourrière savent déplacer un véhicule en cas de nécessité, et la mise en fourrière ne concerne que les véhicules en infraction. Ensuite, la stratégie de déploiement des opérateurs est encadrée par les lois démocratiques adoptées par le Parlement, et par les autorités nationales: ARCEP et ANFR en tête. Elle n'a pas vocation a être discutée au niveau local, comme cela a été légalement confirmé récemment.

  3. Imagine free qui débarque à Tulle (19) ou ailleurs d'ailleurs avec ses belles petites antennes 4G. Là free lance son service 4G et investit donc également dans une campagne d'affichage locale 'Nous on est là , la Révolution Mobile est là". Maintenant imagine qu'après avoir trouvé un site propice pour son antenne et s'être payé avec ses petits moyens une étude de déploiement, notre free se retrouve systématiquement doublé par OrSfBo qui n'aurait qu'à utiliser l'ANFR comme agence de renseignements... L'autorité de la concurrence a condamné OrSfBo, et a reçu le mépris de sa part en plus de son amende record, au lieu d'un changement d'attitude, devenu seulement plus cryptique. Elle sait à qui elle a affaire. Xavier qui a fait 1 mois de préventive quand ils ont voulu le casser pour vouloir jouer avec leurs marges, aussi s'en souvient.

  4. Didi126 a écrit :
    Ensuite, la stratégie de déploiement des opérateurs est encadrée par les lois démocratiques adoptées par le Parlement, et par les autorités nationales: ARCEP et ANFR en tête. Elle n'a pas vocation a être discutée au niveau local, comme cela a été légalement confirmé récemment.
    Tu es maire. Tu as besoin d'argent. Tu sais que tu dois renouveller ton mandat dans un an. Les opérateurs veulent installer de nouvelles antennes dans ta commune pour améliorer la couverture et sont prêts à payer pour. Fortement. Tu sais aussi que tes administrés sont hostiles à cette éventualité. Fortement. Au printemps, certains de ces administrés ont entendu parler de rumeurs sur de nouvelles antennes et viennent te voir. Tu te contentes de leur montrer les arrêts du Conseil d'Etat ?

  5. Les opérateurs sont prêts à payer fortement? Il doit vraiment y avoir besoin de poser ces antennes, sinon, ils penseraient plutôt à garder leurs sous, non? Les administrés -les même qui utilisent trop leur portable dans cette zone (?)- se plaignent de rumeurs de déploiement d'antennes? Quoi, ils se plaignent que ce ne soient que des rumeurs p-ê?? Le maire doit gérer 2-3 initiés qui ont peur des antennes? Il peut ranger l'arrêté du Conseil d'État qui lui coupe tout moyen tout en lui offrant la meilleur protection juridique quand à des questions qui le dépassent de loin. il peut par contre sortir son baton de pélerain et expliquer à ses illuminés d'administrés que le danger putatif des antennes mobiles est inversemment proportionnelles à leur nombre, et qu'on en met même dans chaque foyer (femtocell) pour qu'elles soient le plus omniprésentes possible.

  6. Didi126 a écrit :
    il peut par contre sortir son baton de pélerain et expliquer à ses illuminés d'administrés que le danger putatif des antennes mobiles est inversemment proportionnelles à leur nombre, et qu'on en met même dans chaque foyer (femtocell) pour qu'elles soient le plus omniprésentes possible.
    Ca s'apelle pas en discuter au niveau local ça ? Par ailleurs : 1. Les opérateurs investiront dans de nouvelles antennes s'ils peuvent capter une clientèle plsu importante et si c'est rentable. 2. Les administres viennent voir le maire, dans mon exemple, pour ne pas en rester aux rumeurs et avoir des faits. Et ils ne sont pas nécessairement que 2-3. 3. S'il n'y a pas de débat -et il ne risque pas d'y en avoir si les uns traitent les autres d'illuminés - chacun campera sur ses positions et cela ne rendra service à personne. 4. On est loin d'avoir des femtocell dans chaque foyer. Certains illuminés comme tu dis, n'hésitent pas à changer d'opérateur si celui qu'ils ont leur impose des femtocell.

  7. Réagir sur le forum