L’Arcep met en demeure SFR et Orange (MàJ)

3

L’Arcep pourrait délivrer, dans le courant de la journée, une mise en demeure à l’attention des opérateurs 3G Orange et SFR, pour leur retard dans le déploiement du réseau 3G sur le territoire français.

Jean-Ludovic Silicani, président de l’Arcep, l’a fait savoir, mardi midi, au micro de la radio BFM : « nous rendrons publics mercredi après-midi le rapport qui fait la photographie de ce retard et les décisions que nous prenons ».

Les deux opérateurs sont tous deux particulièrement en retard sur leurs impératifs de couverture en 3G du territoire : SFR couvrirait environ 80% de la population alors qu’il devrait en être à 99,3% ; Orange en est à 85% alors que ses obligations sont fixées à 98%. Chacun d’eux encourt le risque d’une amende dont le montant varierait entre 600 et 700 millions d’euros. Et bien que le sujet ait déjà été abordé en octobre dernier, rien n’a réellement changé…

« Nous pouvons prendre [mercredi]la décision de mettre en demeure les opérateurs qui sont en retard de respecter un calendrier impératif qu’on leur fixera et s’ils ne le respectent pas, à ce moment-là, il pourra y avoir des sanctions », a donc précisé J.-L. Silicani. Le rapport de l’Arcep, qui sera disponible dans les heures qui viennent, devrait abonder dans ce sens…

Mise à jour 21:20 : L’Arcep a bel et bien décerné une mise en demeure à chacun des deux opérateurs concernés. Ceux-ci sont désormais contraints de respecter les délais qui leur sont impartis : « Orange France doit atteindre une couverture de la population en 3G de 91% avant la fin 2010 et de 98% de la population avant la fin 2011. SFR, quant à elle, doit couvrir 84% de la population avant le 30 juin 2010, 88% de la population avant la fin 2010, 98% de la population avant la fin 2011, et 99,3% de la population d’ici la fin de l’année 2013 ».

Le communiqué précise, sans doute dans un souci d’impartialité : « L’ARCEP procédera également, le moment venu, à un contrôle attentif du respect des engagements de déploiement de Free Mobile, qui sont de 27% de la population en 2012, 75% en 2015 et 90% en 2018 ».

Source : AFP via E24

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

3 commentaires

  1. Un régulateur des télécoms, c'est fait pour réguler... les télécoms... Et quand les opérateurs télécoms ne jouent pas à la régulière, faut s'attendre à ce qu'il se fassent régulièrement rappeler à l'ordre... Et le seul langage à leur portée est le pognon! Finalement, je trouve l"ARCEP façon Silicani bien dans son rôle...

  2. Je serais curieux de savoir ce que les retards de 19,3 % de SFR et celui de 13 % d'Orange qui sont exprimés en pourcentage de la population, représentent en surface du territoire... car ayant équipé en priorité les zones denses, les derniers pourcentages de population seront les plus coûteux à déployer. L'ARCEP doit tenir bon et frapper fort (enfin pas trop parce que les abonnements vont encore augmenter...) C'est trop facile de couvrir rapidement les zones très rentables pour s'en mettre plein les poches et de délaisser les zones péri-urbaines et rurales.

  3. nafan a écrit :
    Je serais curieux de savoir ce que les retards de 19,3 % de SFR et celui de 13 % d'Orange qui sont exprimés en pourcentage de la population, représentent en surface du territoire... car ayant équipé en priorité les zones denses, les derniers pourcentages de population seront les plus coûteux à déployer.
    Ce sont effectivement ces % là qui font le plus "mal" (mais surtout psychlogique dans le bilan présenté aux actionnaires...), car cela concerne essentiellement de l'habitat dispersé... Et là, il faut déployer des équipement et des liaisons (fibre ou hertziennes...), ce qui représente pas mal d'investissements, pour quasiment aucune rentrée supplémentaire en contrepartie... Le plus drôle est que ces équipement pourront être utilisés par le nouvel entrant, tout au moins pendant tout le temps où il louera le réseau d'un des autres opérateurs... ;)

  4. Réagir sur le forum