L’Arcep donne raison à Paris sur les antennes relais de Free

2

Dans l’affaire mettant en cause l’installation d’antennes relais de Free Mobile dans la capitale, le régulateur a donné raison à la ville de Paris, rappelant que le cadre juridique ne lui donne pas le choix.

La polémique créée par Robin des toits, le Supap-FSU ainsi que les Verts, n’aura sans doute été que beaucoup de bruit pour peu de résultats.

Saisie sur ce sujet, l’Arcep vient confirmer la prise de position de la ville de Paris, rappelant que celle-ci n’a pas le droit de refuser l’installation d’antennes au nouvel entrant.

En autorisant l’arrivée des trois opérateurs actuels, la capitale a, implicitement, admis qu’il n’y avait pas de motif légitime de refus à l’installation de nouvelles antennes relais : « la ville de Paris a, en 2006, permis aux trois opérateurs mobiles d’occuper son domaine public, estimant ainsi qu’aucun motif de refus n’était rempli. L’ARCEP en a conclu que […] l’application du CPCE ainsi que du principe de non discrimination entre opérateurs ne permettrait dès lors pas à la ville de Paris de rejeter la demande du quatrième opérateur mobile »

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. C'est tout le problème de crédibilité d'une palanquée d'assoc, de partis et autres groupements: Tant que l'on continue à vouloir ignorer les réalités de la législation, on reste marginal...

  2. fansat92 a écrit :
    C'est tout le problème de crédibilité d'une palanquée d'assoc, de partis et autres groupements: Tant que l'on continue à vouloir ignorer les réalités de la législation, on reste marginal...
    Quand en plus on ignore la réalité des études scientifiques prouvant l'inocuité des ondes sur l'organisme... Le peu de crédibilité qui subsiste permet tout juste de faire quelques articles dans la presse-poubelle.

  3. Réagir sur le forum