La FFT dénonce l’étude “biaisée” de l’UFC-Que Choisir sur Free Mobile

0

T’as pas ta carte de la fédé ?

La Fédération Française des Télécoms a dénoncé, ce lundi dans un communiqué, l’étude menée par l’UFC-Que Choisir dans laquelle l’association tirait un bilan globalement positif de l’arrivée du quatrième opérateur.

« Contrairement à l’image biaisée donnée par l’étude de l’UFC Que Choisir, la situation du secteur des télécoms s’est fortement dégradée depuis trois ans, au point d’en menacer la soutenabilité même », affirme ainsi la FFT.

Les investissements seraient mis en danger si l’on en croit la prose de la fédération : « les opérateurs ont ainsi engagé plus de de 7 milliards d’euros en 2013, en particulier pour déployer à un rythme record la 4G et tenir leurs engagements dans le déploiement du FTTH. (…) la dégradation continue du marché et de la situation économique de la grande majorité des opérateurs pose clairement la question du simple maintien dans la durée de ces investissements ».

Rappelons que la Fédération représente les intérêts des principaux opérateurs français (Orange, SFR, Bouygues Telecom…), à l’exception notable de Free et de Numericable. Il n’est donc pas vraiment surprenant de la voir prendre parti contre Free Mobile, jusqu’à nier la réalité même du marché : « contrairement à ce qu’affirme l’UFC, le niveau des prix du marché français était déjà très compétitif en France avant l’arrivée du 4ème opérateur », assène-t-elle notamment dans son communiqué.

La FFT se contente de brandir inlassablement le spectre de l’opérateur low-cost peu fiable, affirmant que les consommateurs attirés par les tarifs bas seront « pénalisés sur le moyen et long terme faute de pouvoir accéder aux services les plus innovants, ou qui seront lésés du fait d’une qualité de service dégradée ».

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.