Itinérance 3G : l’Arcep est « raisonnablement optimiste »

6

On le sait, Free Mobile souhaite décrocher, en plus d’un accord d’itinérance GSM (2G) qui lui revient de droit, un accord sur la 3G avec un des trois opérateurs mobiles du marché. Jusqu’à maintenant, ses tentatives n’ont pas été couronnées de succès…

Pourtant, lors de sa conférence de rentrée, l’Arcep s’est montrée « raisonnablement optimiste » sur la finalité des négociations commerciales de Free Mobile. Et, à défaut d’un accord, il sera toujours possible de saisir les autorités…

En effet, selon Jean-Ludovic Silicani, président de l’Arcep, « à Free de convaincre un des opérateurs 3G (…) Il est pratiquement sûr qu’à un moment donné, un opérateur dira “j’ai plus d’avantages à accorder l’itinérance 3G à Free” (…) Cela finira par un moyen contractuel ou par l’intervention de la puissance publique ».

Son approche est donc sensiblement la même que celle de Maxime Lombardini, DG d’Iliad, qui estimait que ses chances de décrocher un accord commercial sur la 3G étaient bonnes et que, le cas échéant, il restait à Free Mobile la possibilité d’une « approche contentieuse », considérant que les MVNO n’ont généralement guère de difficultés à traiter avec les opérateurs mobiles en place.

« En cas de blocage durable, il appartiendra à Free de saisir soit le Conseil de la concurrence soit l’ARCEP par ce comportement individuel d’un opérateur ou collectif », confirme Jean-Ludovic Silicani. « On a la capacité de régler un différent sur l’accès entre Free et un opérateur qui refuserait l’itinérance 3G. Nous sommes compétents pour traiter de ce sujet. C’est recevable. Après, il faudra voir les arguments factuels et juridiques mis en avant par les différentes parties ».

Source : ITespresso

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

6 commentaires

  1. Et qui croyez qui va avoir ce marché du siècle ? Orange bien sur...... Mieux vaut avoir un concurrent chez soi que chez un autre concurrent ! Au final ca ne fait qu'un demi concurrent. Pur réalisme économique. Et Orange a la puissance financière pour un tel accord d'itinérance.

  2. oui c'est bien pour ça que toute les contentieux ont été récemment gommés entre orange et iliad... de toute façon il y a la license wimax et la 4G qui sont déjà dans les tuyaux car le débit proposé en 3G+ est insuffisant dans les zones denses comme Paris il y a bien trop de marché à créer et à capter en ayant du très haut débit mobile....

  3. Mouais... Autant l'idée de voir free débarquer sur le marché de la téléphonie mobile en tant que 4ième opérateur semblait intéressante à l'époque autant aujourd'hui je les trouve pitoyables ! Aller pleurer des accords d'itinérance auprès des concurrents plutôt que de penser à construire son réseau n'est certainement pas l'image que je me faisais de free. Quand Orange ou SFR se sont lancés, ils ont fait comment ? Quand Bouygues s'est lancé, il a été pleurer auprès de qui ? C'est typique de notre société, quémander auprès des autres ou des institutions publiques plutôt que de retrousser ses manches et avancer... L'idée de passer un jour chez free mobile m'avait chatouillé, aujourd'hui je sais que ce ne sera pas demain la veille.

  4. Kinoo a écrit :
    Quand Orange ou SFR se sont lancés, ils ont fait comment ? Quand Bouygues s'est lancé, il a été pleurer auprès de qui ? C'est typique de notre société, quémander auprès des autres ou des institutions publiques plutôt que de retrousser ses manches et avancer...
    Je ne suis pas certain que la "méthode" d'Orange, SFR et Bouygues soient des exemples à suivre. Je doute même très sincèrement de la libéralité de l'économie française, au regard des capitalismes privés et étatiques. Après chacun se satisfait, ou non, de ce qu'il veut. Pour l'instant Free n'a rien quémandé, une instance en charge de la libéralisation d'un secteur économique rappelle simplement son rôle.

  5. Kinoo a écrit :
    Mouais... Autant l'idée de voir free débarquer sur le marché de la téléphonie mobile en tant que 4ième opérateur semblait intéressante à l'époque autant aujourd'hui je les trouve pitoyables ! Aller pleurer des accords d'itinérance auprès des concurrents plutôt que de penser à construire son réseau n'est certainement pas l'image que je me faisais de free. Quand Orange ou SFR se sont lancés, ils ont fait comment ? Quand Bouygues s'est lancé, il a été pleurer auprès de qui ? C'est typique de notre société, quémander auprès des autres ou des institutions publiques plutôt que de retrousser ses manches et avancer... L'idée de passer un jour chez free mobile m'avait chatouillé, aujourd'hui je sais que ce ne sera pas demain la veille.
    Très bon exemple. Bouygues Telecom, en tant que 3ème entrant, a justement bénéficié de tout un tas d'avantages, notamment tarifaires, toujours en vigueur aujourd'hui et pour quelques années.

  6. Réagir sur le forum