Free Mobile met à jour ses offres à destination des MVNO

0

Free Mobile a publié des versions mises à jour de ses documents de référence, à destination des MVNO (opérateurs mobiles virtuels). Datés du 12 juillet 2012, ils viennent apporter quelques baisses tarifaires pour les MVNO Light

On se souvient que la publication des tarifs de gros initiaux, en février, avait provoqué la colère des MVNO ; l’association Alternative Mobile dénonçait une « mascarade » face à des tarifs jugés bien trop élevés. À ce sujet, une procédure à l’encontre de Free est actuellement en cours au sein de l’Arcep.

Free Mobile revoit sensiblement sa copie au mois de juillet. Les tarifs HT à destination des MVNO “Full” (qui disposent d’une plus grande indépendance technique) ne changent pas : seuls les MVNO “Light” (à qui Free propose une offre clé-en-main) sont revus à la baisse.

Cette réévaluation a minima, à compter du 1er juillet, était prévue dès la première version du document. Cependant, la baisse est plus importante que ce que Free annonçait initialement.


À titre de comparaison, la minute de voix passe donc de 5,5 à 4,2 ct€/min, le SMS de 4,35 à 2,5 ct€/min, et le coût d’accès au service passe de 2 à 0,8 € par carte SIM par client actif par mois. Le coût de la data reste inchangé.

D’autres modifications sont apportées au document de référence, aussi bien pour les MVNO Light que pour les MVNO Full :

- « Accès au réseau » devient « Accueil sur le réseau ».

- Les SIM « Machine-to-Machine » sont maintenant explicitement exclues de l’offre. Il faut négocier avec Free Mobile pour ce type d’accès.

- Des précisions sont apportées sur le code PLMN du réseau concerné : 20815

- Les Femtocells Free Mobiles (« ou tout autre dispositifs équivalents ») ne sont plus exclus des offres.

- Le prix du cahier des charges définitif a disparu (50 000 € HT dans la précédente version).

Les documents peuvent être consultés sur le site d’Iliad.fr.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.