Free Mobile : les antennes Wimax utilisées pour le déploiement du réseau

0

La licence Wimax nationale acquise par le groupe Iliad (via sa filiale IFW) est plus utile qu’il y paraît. Si son offre commerciale se limite à la portion congrue, avec des tarifs la réservant à une clientèle professionnelle bien spécifique, Iliad n’hésite pas à faire usage de ses fréquences en interne…

C’est ce que révèle le site Lowcostmobile, qui indique que les antennes Wimax sont utilisées par Free Mobile pour transporter ses données vers les antennes 3G (et plus tard, probablement, 4G).

Les antennes Wimax, bidirectionnelles, exploitent les fréquences disponibles du groupe Iliad (sur la bande 3,5 GHz) pour relier certaines stations de base (elles-mêmes connectées en xDSL ou fibre optique) aux antennes 3G de l’opérateur. Les fréquences Wimax ne sont donc pas utilisées directement par les clients de Free Mobile ; elles servent simplement à assurer la liaison entre certaines antennes-relais et le réseau de Free.

Le site appuie ses dires avec la fourniture de photos montrant la présence d’antennes bidirectionnelles Wimax (en rouge) sur les pylônes Free Mobile équipés d’antennes-relais 3G (en vert).


Concrètement, cette solution permet un déploiement plus rapide de nouvelles antennes qu’un déploiement filaire. Iliad met à profit sa licence Wimax, sur des fréquences majoritairement inutilisées, pour un coût qu’on imagine donc minime (coût des antennes bidirectionnelles Wimax à apposer aux stations de base et aux antennes-relais). Une solution quasiment clé-en-main !

L’utilisation du Wimax est plus efficace qu’une agrégation xDSL seule dans certaines zones isolées ; selon les mesures menées par Lowcostmobile, une antenne placée à plusieurs kilomètres du répartiteur téléphonique (NRA) le plus proche ne pouvait pas compter sur une liaison ADSL pour proposer un débit 3G correct à ses abonnés : 72 dB d’atténuation par ligne téléphonique (de quoi atteindre tout juste 512 kbps en Re-ADSL ou SDSL, partagés entre l’ensemble des utilisateurs de l’antenne, avec deux paires de cuivre).

Ici, la liaison Wimax permet de bénéficier d’un débit raisonnable (sans aucune liaison cuivre, à une distance d’environ 5 à 6 km de la station de base) : le site mesure ainsi « 6,5 mégabit/s en download, 0,70 mbit/s en upload et un ping compris entre 104 et 124ms » sur le réseau cellulaire depuis cette antenne…

À titre de comparaison, la même mesure sur la station de base (connectée en xDSL ou optique) fournit un débit de « 10 mégabit/s en téléchargement en moyenne, 0,73 mbit/s en émission ainsi qu’un ping minimum de 91 qui peut monter jusqu’à 132 ms ». En d’autres termes, la liaison Wimax permet de conserver un upload et un ping quasi-similaires, avec une perte de téléchargement de « seulement » 3,5 Mbps, malgré les 5 à 6 km de distance séparant les deux points !

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.