Free aurait bloqué 300 000 mobiles non-restitués en un mois

5

Ménage de grande ampleur : quelques 300 000 mobiles loués chez Free et non-restitués ont fait l’objet d’un signalement, entraînant leur blacklistage sur tous les réseaux mobiles.

On avait déjà évoqué cette affaire courant novembre, alors que les premières bribes d’information commençaient à être connues via les réseaux sociaux. Aujourd’hui, on en apprend un peu plus grâce au JDD.

Depuis début novembre, au total, Free a déclaré près de 300.000 mobiles volés auprès de la GSMA — le groupement mondial des opérateurs mobiles. Il s’agissait de smartphones loués, non-restitués à l’opérateur à la fin de la période de location, et souvent revendus sur des sites de vente d’occasion. Une fois ajoutés à la base de données mondiale, les téléphones, repérés grâce à un identifiant unique (le fameux code IMEI) deviennent inutilisables sur les réseaux — que ce soit chez Free, Orange, SFR, Bouygues Telecom, ou ailleurs sur la planète.

Un signalement d’une ampleur inédite

Le principe de signalement des téléphones volés est loin d’être nouveau. En revanche, l’opération initiée par Free semble inédite de par son ampleur. Habituellement, à l’échelle mondiale, les demandes de radiation traitées dépassent rarement « quelques centaines » par mois, témoigne un opérateur.

La démarche de Free surprend également de par sa soudaineté. Personne ne semble connaître le motif exact ayant poussé l’opérateur à ces déclarations massives en ce mois de novembre. Le JDD pense que cela pourrait avoir un lien avec ses actions en justice à l’encontre de SFR, puis d’Orange, sur le statut des téléphones mobiles dits « subventionnés » et dans lesquels Free croit voir un crédit à la consommation déguisé

Si le trublion est dans son droit le plus strict, il s’est ainsi attiré l’inimitié de nombreux possesseurs de smartphones blacklistés — souvent achetés d’occasion, sur des sites comme Le Bon Coin, eBay, PriceMinister, ou même dans des enseignes de revente physiques. En fonction des cas, ceux-ci sont invités à se retourner contre le vendeur indélicat, ou contre l’enseigne s’étant elle-même rendue complice… et, à l’avenir, penser à exiger la facture de tout appareil acheté d’occasion pour éviter les mauvaises surprises.

Source : Le JDD

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

5 commentaires

  1. Bonsoir.
    Petite question, lors de la résiliation de la location d'un mobile j'ai choisi de payer les frais de non restitution (coût de réparation + élevé que la non-restitution). Rassurez-moi le mobile ne sera pas bloqué dans mon cas.

    Merci

  2. Christophe a écrit :

    Bonsoir.
    Petite question, lors de la résiliation de la location d'un mobile j'ai choisi de payer les frais de non restitution (coût de réparation + élevé que la non-restitution). Rassurez-moi le mobile ne sera pas bloqué dans mon cas.

    Merci


    Il serait déjà bloqué je pense.

  3. Christophe a écrit :

    Bonsoir.
    Petite question, lors de la résiliation de la location d'un mobile j'ai choisi de payer les frais de non restitution (coût de réparation + élevé que la non-restitution). Rassurez-moi le mobile ne sera pas bloqué dans mon cas.

    Merci

    Tu viens d'écrire que tu l'as acheté... donc, tu ne l'as pas volé ;)
    donc, rien à craindre :)

    Pour les voleurs, c'est absolument normal, que leur appareil soit bloqué, rien d'anormal pour moi... mais que pour moi... !

  4. Christophe a écrit :

    Merci pour ces précisions, je préférais être sûr, on ne sait jamais.

    Je ne pense pas que cela soit le cas, sauf si il est clairement établi dans le contrat que le paiement constitue un changement de propriété.
    On est donc dans le dédommagement d'une location non restituée et si le contrat s’arrête à cela le téléphone peut être bloqué car non restitué aux termes du contrat et cela même s'il a été indemnisé forfaitairement ...

  5. Réagir sur le forum