Force Ouvrière s’inquiète de l’impact de Free Mobile sur l’emploi

39

Force Ouvrière a exprimé son inquiétude concernant l’emploi dans les télécoms, suite à l’arrivée de Free Mobile. Le syndicat craint pas moins de 30 000 suppressions d’emploi sur le secteur…

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, a adressé un courrier au président de l’Arcep, Jean-Ludovic Silicani, ainsi qu’au premier ministre François Fillon (en copie). Il y exprime son inquiétude : « Nos craintes sont grandes d’un alignement de moins-disant social avec in fine des conséquences sur les salariés en terme de rémunération, de destruction d’emplois et de garanties collectives et d’une manière plus générale sur l’avenir de cette branche », explique-t-il. « La puissance publique doit établir au plus vite un cadre réglementé permettant d’empêcher la destruction d’emplois et évitant que ces dérives ne se mettent en place ».

L’Arcep avait estimé à quelques 10 000 postes sur 2 ans les risques de perte d’emploi sur le secteur, tout en relativisant face au fait que cela serait probablement compensé, en partie ou en totalité, par la création d’emplois chez Free Mobile et des sociétés indirectement concernées (métiers du web, commerce électronique…).

Le syndicat craint que le bilan ne soit plus lourd : « nos remontées du terrain nous font plutôt écho de 30 000 suppressions d’emplois sur l’ensemble de la filière », estime Pascal Pavageau, secrétaire confédéral FO chargé des questions économiques et industrielles, auprès du Figaro. « Nous voyons que des restructurations sont déjà engagées chez les opérateurs : des contrats sont stoppés, des prestations avec des sous-traitants sont arrêtées, des embauches prévues sont annulées et des centres d’appels sont en train de partir à l’étranger ».

FO souhaite dans un premier temps, « immédiatement et rapidement, de la part du régulateur et du gouvernement, un état des lieux de l’emploi dans la filière ». Par la suite, le syndicat réclame un « engagement des quatre opérateurs sur le maintien de l’emploi en France et sur leurs perspectives d’investissements ».

Source : Le Figaro

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

39 commentaires

  1. 60 millions d'abonnements en france, environ 3 millions chez Free Mobile. Une perte de 5% maximum de clients, tout opérateur confondu. Certains ont même dit dernièrement qu'ils avaient encore attiré des clients chez eux (SFR si je me souviens bien).
    Donc F.O. est bien prompte à viser Free Mobile. Car premièrement, FM est celui qui embauche. Et deuxièmement, les autres sautent certainement sur l'occasion pour dégraisser à fond.
    Finalement, F.O. avalise le fait que les opérateurs se faisaient une marge confortable sur notre dos. Mais ils oublient juste que les clients qui paient moins aujourd'hui, ce sont aussi des travailleurs !

  2. Pour l’instant, et d’après ce que je constate autour de moi dans ce domaine des télécoms, c’est la remise en cause, voire l’arrêt des investissements d’infrastructure.
    Or, pas d’investissements aujourd’hui … plus d’emplois demain.

  3. Et alors! Mais c'est fou quand même ces polémiques débiles sur les emplois qui vont cesser du fait du progrès technique. Parce qu'il s'agit aussi et beaucoup de ça finalement. Aujourd'hui, on oublie que si Free peut se permettre de ne pas avoir de boutique c'est aussi parce qu'il peut gérer sans. La preuve avec les box.
    Ce qui veux dire; pas de réseau de boutique égale moins de frais. Moins de frais égale tarifs inférieur à la "moyenne". Moyenne entre guillemet parce qu'on sait très bien que celle ci n'avait que très peu à voir avec le coût des réseaux de boutique et ses employés. Mais plutôt sur la voracité des montages financiers.   
    Bref tout ceci pour dire, tout comme on a pu se passer des métiers de maréchaux-ferrant quand on est passé à la voiture, on pourra se passer des réseaux de boutique et des employés (qui au passage sont très souvent incompétent et renvoient systématiquement à la plateforme téléphonique).

  4. Dans les propos de Pascal Pavageau de F.O., la problématique est plus large que celle de l'emploi:

    [i]«Certains ont peut-être intérêt à crier au loup. Mais nous voyons que des restructurations sont déjà engagées chez les opérateurs: des contrats sont stoppés, des prestations avec des sous-traitants sont arrêtées, des embauches prévues sont annulées et des centres d'appels sont en train de partir à l'étranger», in­dique Pascal Pavageau, affirmant même que «3 % à 7 % des ­emplois en France commencent à être délocalisés, essentiellement concernant les centres d'appels». À moyen terme, le syndicat craint également que la filière ne soit plus capable d'investir autant en matière de développement, d'innovation et de recherche et développement."[/i]
    http://www.lefigaro.fr/emploi/2012/04/16/09005-20120416ARTFIG00648-free-mobile-fo-monte-au-creneau-sur-l-emploi.php

  5. Moi je dis qu'un monde parfait et un monde sans job  :P
    Quand je rentre chez moi, je ne désintègre pas mon lave-vaisselle parce qu'il pique mon travail chez moi...
    Il serait bon qu'un jour on arrive à scinder "vivre avec des richesses" et le "travail"  8)

  6. Réagir sur le forum