Extinction planifiée de l’itinérance : aura-t-elle lieu ?

0

L’extinction progressive de l’itinérance dont bénéficie Free sur le réseau d’Orange est de nouveau au cœur des débats. Alors que Stéphane Richard (PDG d’Orange) avait promis une première vague d’extinctions début 2015, rien ne semble moins sûr…

En effet, cette annonce d’Orange n’a pas été suivie d’une confirmation côté Free. Le doute est donc permis.

Jeudi, lors d’un forum télécoms organisé par les Échos, le président de l’Autorité de la Concurrence, Bruno Lasserre, a reconnu le problème mais a renvoyé la balle au régulateur des télécoms : « l’Arcep peut mettre en demeure Free. Nous regrettons que rien n’ait été fait depuis notre avis (ndlr : avis de 2013 préconisant une extinction progressive de l’itinérance). On aurait pu prendre au mot Free et demander la mise en extinction progressive par plaques, dans les régions réputées couvertes. Ce n’est pas le rôle de l’Autorité de la concurrence, c’est un travail de régulation… ».

Jean-Ludovic Silicani, président de l’Arcep, était assis à ses côtés. Il a immédiatement botté en touche, rappelant qu’il « ne peut mettre en demeure Free » tant que les pouvoirs de sanction de l’Autorité, invalidés depuis près d’un an, ne sont pas pleinement rétablis par décret. L’Arcep se contente de vérifier la trajectoire des investissements de Free Mobile, sur lequel elle vient d’ouvrir une enquête administrative. L’extinction de l’itinérance pourra être évoquée « dès 2015 », pour une mise en œuvre par plaques « à partir de 2016 ou 2018 »

Il s’agit indéniablement d’un recul, puisque ces dates correspondent à la fin définitive de l’itinérance telle que recommandée par l’Autorité de la concurrence. Arnaud Montebourg, ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique, avait lui-même appelé de ses vœux la négociation d’un calendrier de sortie de l’itinérance dès 2014…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.