De nouveaux équipements réseau SDSL pour Free Mobile

7

Depuis quelques jours, les observateurs ont pu remarquer la mise en place de DSLAM (les équipements de l’opérateur installés dans le répartiteur téléphonique, ndlr), d’un genre nouveau, sur le réseau de Free.

Repérés grâce au scanner du site Francois04, ceux-ci se repèrent au suffixe « -mob » accolé au nom du répartiteur. À l’heure actuelle, il n’en existe que trois, tous situés dans le Sud de la France :

- MAU34-mob-1 (Mauguio)

- LAU06-mob-1 (Saint-Laurent-du-Var)

- LSE83-mob-1 (La Seyne-sur-Mer)

Selon le site Lowcost Mobile, ces DSLAM sont utilisés par Free pour le trafic des données mobiles sur son réseau : appels voix, SMS, MMS, data…

Plus précisément, ils permettraient à Free d’économiser les coûts en établissant une liaison xDSL, et notamment SDSL, vers les antennes mobiles. Le site explique que jusque là, le déploiement de liaisons SDSL vers les antennes pour assurer le service en cas de panne de la liaison principale (fibre optique ou xDSL Free) était loué à Orange ; en mettant en place ses propres DSLAM permettant une liaison SDSL, Free réalise des économies non-négligeables et gagne en indépendance sur son réseau.

Bien entendu, ces informations sont à prendre au conditionnel, Free n’ayant pas communiqué sur le rôle de ces nouveaux équipements. Mais elles sont suffisamment sérieuses et étayées pour ne laisser que peu de place aux doutes…

Source : Lowcost Mobile

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

7 commentaires

  1. Espérons que le CNV94 ne sera pas oublié.....?
    A quand un planning et lien pour suivre en rééll le déploiement et mise à jour des DSLAM par FREE....?  ;)

  2. floflo45 a écrit :

    Cool.
    Cela veut dire que Free va accelerer le degroupage et le deploiement du reseau mobile ?! Etes vs du meme avis ?


    Pour l'accélération du dégroupage, je n'en sais rien.

    En revanche, je ne crois pas que cet équipement --qui sert de secours et de redondance de liens physiques, si l'on en croit l'article-- procure une accélération du déploiement de sites relais-radio: En effet, le problème majeur, avant de s'occuper des liaisons inter-sites ... est d'abord de trouver des sites ! Lesquels doivent répondre à un Cahier des Charges très exigeant, et doivent se calquer sur le Plan Cellulaire 3G de Freemobile.

    Un site relais radio prend 18 à 24 mois de négociation, et environ 400 signatures.
    L'issue de ces négociations étant tellement aléatoires que, pour O-F, SFR et B-T, il y a le plus souvent 3 adresses négociées en même temps pour un site, avec 3 bailleurs, pour avoir une chance raisonnable de succès avec l'un d'entre eux ! D'où délais et coûts supplémentaires.

    Pour un MNO, la priorité absolue est de déployer un réseau physique, afin d'assurer au plus vite une couverture crédible et suffisante. Le reste est secondaire.

  3. PoilàGratter a écrit :

    Pour l'accélération du dégroupage, je n'en sais rien.

    Potentiellement, cela peut provoquer le dégroupage de NRAs "insuffisamment rentables" pour être dégroupés, par optimisation d'une fibre commune aux liaisons mobiles et fixes sur certains NRAs, seule la liaison en fibre vers le support restant à réaliser...

    En revanche, je ne crois pas que cet équipement --qui sert de secours et de redondance de liens physiques, si l'on en croit l'article-- procure une accélération du déploiement de sites relais-radio: En effet, le problème majeur, avant de s'occuper des liaisons inter-sites ... est d'abord de trouver des sites ! Lesquels doivent répondre à un Cahier des Charges très exigeant, et doivent se calquer sur le Plan Cellulaire 3G de Freemobile.

    Un site relais radio prend 18 à 24 mois de négociation, et environ 400 signatures.
    L'issue de ces négociations étant tellement aléatoires que, pour O-F, SFR et B-T, il y a le plus souvent 3 adresses négociées en même temps pour un site, avec 3 bailleurs, pour avoir une chance raisonnable de succès avec l'un d'entre eux ! D'où délais et coûts supplémentaires.

    Pour un MNO, la priorité absolue est de déployer un réseau physique, afin d'assurer au plus vite une couverture crédible et suffisante. Le reste est secondaire.

    Si ce n'était pas pour servir de backup à des liens fibre ou hertziens, cette nouvelle n'en serait pas une bonne car on se trouverait avec des liaisons "pauvres" en débit, à la rigueur admissibles sur des liens datas 3G sur site non chargé, mais totalement exclu pour de la 4G... Le problème est effectivement pour Free de trouver des supports physiques, et de les négocier, ce que Free semble réaliser avec pas mal de lenteur, peut-être avec sa "raideur" habituelle... Il existe entre autres une négociation globale avec TDF, mais c'est très très loin de suffire, tout juste à même de couvrir la "partie apparente de l'iceberg"... :(

  4. La très grande majorité des sites Freemobile sont reliés à un NRA dégroupé par Free de mon avis.
    Les liens SDSL et ADSL (SFP quand la fibre est disponible) sont systématiquement utilisés sur les nodebox made in Free et ce depuis la mise en service du réseau Freemobile, donc ce n'est pas nouveau.
    En revanche ce qui est nouveau c'est de pouvoir pinger des noms comme mob-xxxx-1.
    Pourquoi ?
    La seul idée qui me vient à l'esprit c'est l'accès au flux vidéo réservé normalement aux Freebox.

  5. Fansat70 a écrit :


    ... Le problème est effectivement pour Free de trouver des supports physiques, et de les négocier, ce que Free semble réaliser avec pas mal de lenteur, peut-être avec sa "raideur" habituelle... Il existe entre autres une négociation globale avec TDF, mais c'est très très loin de suffire, tout juste à même de couvrir la "partie apparente de l'iceberg"... :(


    Avant l'ouverture commerciale de Freemobile, Maxime Lombardini a plusieurs fois évoqué les négociations avec TDF, pour 5 à 6000 sites !
    Des négociations qui perdurent durant trois ans, sans encore produire de résultats, ça doit être l'effet de la "raideur", probablement  ;)
    Même "raideur" peut-être lorsque Freemobile a refusé, début 2012 les propositions de SFR et de B-T sur la mutualisation d'environ un millier de sites chacun ... (déclaration devant la Commission de l'Assemblée Nationale)

    Pendant ce temps, les trois autres MNO continuent de déployer des sites relais radio.

    S'il y a une stratégie chez Freemobile derrière tout ceci --ce dont je ne doute pas--, elle est bien mystérieuse.  :o


  6. Réagir sur le forum