Bolloré veut la 3G… mais pas seul

10

Free n’est pas le seul à être sur les starting-blocks pour l’obtention de la quatrième licence 3G de téléphonie mobile. Bolloré Telecom fait partie des prétendants, mais à une condition : trouver un allié pour présenter une candidature commune.

Vincent Bolloré, à la tête du groupe, a estimé que Bolloré ne pouvait raisonnablement pas se présenter seul. L’obtention d’une telle licence demande une capacité à investir de très lourdes sommes en peu de temps, chose que peu de sociétés peuvent se permettre à l’heure actuelle.

Néanmoins, il n’exclut aucune stratégie d’alliance qui pourrait permettre de présenter un dossier commun : « Si des gens veulent qu’on vienne avec eux, on étudiera la question, mais ce n’est pas le cas pour l’instant ».

Plusieurs candidats potentiels pourraient se révéler intéressés : Orascom, l’opérateur égyptien ayant clairement affirmé son intérêt pour la licence, mais aussi Virgin Mobile, qui envisage également une alliance, voire Numericable ou Kertel, dont les finances excluent sans doute toute participation en solo.

Cette annonce est intervenue lors de la présentation des résultats semestriels du groupe, le 1er septembre dernier. Résultats qui se sont avérés relativement moroses, puisque malgré une hausse de 20% du bénéfice opérationnel, Bolloré encaisse une chute du bénéfice net autant que du chiffre d’affaires (-16%). Un contexte qui incite à la prudence…

Source : PC INpact

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

10 commentaires

  1. J'imagine qu'il faut plus d'un candidat pour que l'offre ait l'air crédible... Accessoirement, on peut se demander pourquoi cette licence attire aussi peu d'investisseurs et si Free n'est pas en train de payer bien trop cher une micro licence que personne d'autre ne veut vraiment ?

  2. djcobrax a écrit :
    J'imagine qu'il faut plus d'un candidat pour que l'offre ait l'air crédible... Accessoirement, on peut se demander pourquoi cette licence attire aussi peu d'investisseurs et si Free n'est pas en train de payer bien trop cher une micro licence que personne d'autre ne veut vraiment ?
    Comme précisé dans l'article, la crise aidant, il ne faut pas oublier que les investisseurs sont frilleux, les banques ne prêtent pas facilement...

  3. djcobrax a écrit :
    Accessoirement, on peut se demander pourquoi cette licence attire aussi peu d'investisseurs et si Free n'est pas en train de payer bien trop cher une micro licence que personne d'autre ne veut vraiment ?
    Peut-être parce que les grands groupes capables d'investir tout ce qu'il faut pour mettre en place ne sont pas vraiment nombreux ? Au-delà du fait que le contexte ne soit pas favorable aux gros investissements, il faut de toute façon avoir la capacité de le faire à la base, et il n'y a quasiment personne pour ça en France (à l'exception des grands groupes télécom qui disposent déjà d'une licence). Iliad a été assez souvent critiqué pour cela : pas les reins assez solides pour se lancer dans la téléphonie mobile, etc. Ils ont d'ailleurs insisté sur ce point (capacité à investir et à s'endetter) lors de la présentation des résultats, en prenant l'exemple du rachat d'Alice et des coûts que cela a engendré. C'est surtout là-dessus que les dossiers à rendre pour la 3G seront jugés, je pense.

  4. C'est vrai que Free a payé - en apparence, car les mécanismes fiscaux ont bien aidé - plus cher pour Alice que pour la licence 3G un an auparavant dont l'échelonnement des paiements était demandé, cause du rejet d'ailleurs. Mais en dehors de la solidité financière il existe une raison bien simple à la collaboration évoquée par Bolloré : il faut un savoir-faire pour monter un tel réseau, pas seulement des intérêts stratégiques. Il faut aussi des équipes spécialisées qui ont de l'expérience... Tant mieux pour les techniciens qui n'ont donc pas de souci pour leur avenir !

  5. Kami78 a écrit :
    C'est vrai que Free a payé - en apparence, car les mécanismes fiscaux ont bien aidé - plus cher pour Alice que pour la licence 3G un an auparavant dont l'échelonnement des paiements était demandé, cause du rejet d'ailleurs. Mais en dehors de la solidité financière il existe une raison bien simple à la collaboration évoquée par Bolloré : il faut un savoir-faire pour monter un tel réseau, pas seulement des intérêts stratégiques. Il faut aussi des équipes spécialisées qui ont de l'expérience... Tant mieux pour les techniciens qui n'ont donc pas de souci pour leur avenir !
    Et il faut surtout des clients et là, Free en a qd même quelques 4 millions sous le coude...

  6. ... Dont la quasi totalité sont déjà clients GSM chez la concurrence, donc très vulnérables aux offres tout-en-un qu'elle va optimiser d'ici 2012, surtout quant aux tarifs : il n'est pas du tout certain que le différentiel entre ces offres et celle de Free soit significatif à terme. C'est d'ailleurs ce que proclame Free à propos des tarifs existants du GSM comparés à son projet, mais dans deux ans sera-t-il judicieux de prendre deux opérateurs pour son téléphone et pour internet ? C'est long deux ans, il faudra fidéliser les freenautes par autre chose que des 'innovations'. Surtout que seule une faible partie des 4 millions sera concernée au démarrage de ce réseau, sauf accords improbables.

  7. Kami78 a écrit :
    ...Surtout que seule une faible partie des 4 millions sera concernée au démarrage de ce réseau, sauf accords improbables.
    Pas d'accord, le réseau dois être déployé rapidement et couvrir 25% de la population avant un possible accord de mutualisation des locaux... Les Box pourraient peut être l'arme secrète de Free....lol

  8. Clearn a écrit :
    Et il faut surtout des clients et là, Free en a qd même quelques 4 millions sous le coude...
    Si les offres de free ne sont pas réellement intéressantes, les clients ne bougeront pas. Pour ma part une offre à 30€ heures illimités ne m'intéresse en aucune façon

  9. Cedric a écrit :
    ...Surtout que seule une faible partie des 4 millions sera concernée au démarrage de ce réseau, sauf accords improbables.
    Pas d'accord, le réseau dois être déployé rapidement et couvrir 25% de la population avant un possible accord de mutualisation des locaux... Les Box pourraient peut être l'arme secrète de Free....lol
    Nul doute que la freebox de 2012 aura la fibre et la passerelle 3G, comme ses concurrentes probablement. En revanche le déploiement rapide que tu évoques est-il possible sans accord de collaboration ? C'est à peu près la question que pose Bolloré et dire que Free pourrait tout faire seul, en même temps que la FTTH, relève de l'incantation quand on connaît les effectifs requis pour y parvenir et ceux dont dispose Free à ce jour. Sans parler de la capacité des réseaux attribués, qui comme le rappelle justement Yoann justifie un coût de licence inférieur à celui des trois pleureuses.

  10. Réagir sur le forum