Antennes-relais : la ville de Paris réduit le taux d’exposition autorisé

0

À Paris, la mairie a conclu une nouvelle charte, en concertation avec les opérateurs mobiles. Ceux-ci devront réduire le seuil maximal d’exposition de leurs antennes-relais, d’environ 30%.

Nouvelle réglementation en vue à Paris pour les opérateurs : à compter du 1er avril 2017, le seuil maximum d’exposition des antennes-relais passera de 7 à 5 V/m. À l’initiative de la mairie, cette réduction de la puissance d’environ 30% est justifiée par des « préoccupations de santé publique », indique Julien Bargeton, adjoint aux finances de la mairie. En effet, en 2011, un rapport de l’OMS qualifiait les radiofréquences, telles que celles utilisées pour la téléphonie mobile, de « potentiellement » cancérogènes de catégorie 2B — au même titre que la fibre de verre, par exemple. Un rapport relativisé, depuis, par d’autres institutions telles que l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire).

Déjà dotée de la réglementation la plus « protectrice » de France, la ville-lumière enfonce le clou avec cette nouvelle législation qui en fait « la métropole la plus protectrice d’Europe, devant Bruxelles ». Jusque là, la capitale belge détenait le record avec un taux restreint à 6 V/m.

Des conséquences potentielles sur la qualité de service

Conséquence directe de cette décision, les opérateurs devront déployer de nouvelles antennes à travers la ville pour maintenir, via un meilleur maillage du territoire, un niveau de qualité de service équivalent.

Mais cela pourrait ne pas s’avérer aussi simple que prévu. La nouvelle charte prévoit également de compliquer sensiblement l’implémentation de nouveaux supports, en imposant parmi d’autres règles un délai de concertation avec les riverains de quatre mois (contre deux mois auparavant), préalablement à toute installation. Des mesures qui s’inscrivent dans un cadre déjà particulièrement difficile pour les opérateurs, qui se plaignent de ne plus réussir à implémenter de nouvelles antennes un peu partout en France.

À défaut de déploiement rapide de nouvelles antennes, cette réglementation sévère pourrait faire plus de mal que de bien. En effet, ce sont lorsque les téléphones ont du mal à capter le réseau qu’ils se mettent à rayonner le plus fort, à proximité des utilisateurs. Pour cette raison, il est recommandé de ne pas porter son smartphone directement dans la poche ou à la tête, et de privilégier l’usage de kits déportés, comme des oreillettes Bluetooth.

Source : Les Échos, via AFP

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.