A Paris, les antennes Free font face aux associations

16

Selon l’AFP, la ville de Paris travaille sur une nouvelle délibération qui devrait permettre au nouvel opérateur Free Mobile d’installer ses antennes-relais sur les toits de la ville. Une nouvelle qui n’est pas du goût de tout le monde…

La délibération, qui devra être présentée au conseil municipal les 27 et 28 septembre prochains, indique que « Free Mobile a sollicité la Ville de Paris, en sa qualité de propriétaire des points hauts afin de bénéficier d’un accès à son domaine public, dans des conditions comparables à celles consenties à ses concurrents ». Elle rappelle également les impératifs du nouvel opérateur : « le cahier des charges d’attribution de la quatrième licence d’opérateur 3G oblige notamment le titulaire à couvrir 27% de la population métropolitaine par le service voix dans les deux ans suivant la délivrance de l’autorisation ».

Le syndicat Supap-FSU et l’association Robin des Toits, qui attendent toujours une nouvelle charte conclue entre la ville et les opérateurs mobiles qui n’arrive pas, remarquent que « la Ville de Paris veut accorder satisfaction à un quatrième opérateur en dépit des recommandations des parisiens » (Supap-FSU et Robin des toits). Etienne Cendrier, président de Robin des toits, pense que « Bertrand Delanoë veut faire signer cette convention, il a les moyens de changer la donne sur Paris, il ne l’utilise pas ».

Les élus Verts de la capitale sont également sceptiques : « l’opérateur convoite une cinquantaine de sites publics et quelques 250 toits d’immeubles, soit 300 antennes supplémentaires. […] Le conseil de Paris doit-il prendre le risque d’augmenter encore l’exposition des Parisiens aux ondes électromagnétiques ? » déplore le parti politique dans un communiqué.

De son côté, Free Mobile n’a pas souhaité commenter l’affaire.

Source : AFP

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

16 commentaires

  1. Dans l'intérêt public il faut obliger les opérateur à mutualiser les antennes, les multiplier... et qu'elles soient de faible puissance. C'est une idée...

  2. Picsoin a écrit :
    Dans l'intérêt public il faut obliger les opérateur à mutualiser les antennes, les multiplier... et qu'elles soient de faible puissance. C'est une idée...
    Leur dangerosité n'a jamais été prouvé véritablement .....

  3. Perso un relais 3G à la maison ça me dit rien, par contre le quadrupleplay pourrait m'intéresser fortement, donc, j'attendrai pour voir ce que fera free

  4. Oui et non... Plein de "petites" antennes: Ca fait des antennes partout, c'est moche, tout le monde gueule Quelques "grosses" antennes: Ca fait moins d'antennes, moins de plaintes.. Je rappelle qu'il y a des milliers d'ondes qui traversent le corps 24/7 et qu'il n'est pas prouvé du tout qu'une antenne de tel soit nuisible et on dors pas à 10cm de l'emetteur. Comparé au nombre de wifi c'est rien d'ailleurs.. ou à la distance du tél portable et de l'oreille Ensuite mutualiser les antennes c'est bien mais ils utilisent en general des antennes ajustées pour leur fréquence spécifique, du coup tu perds en distance et qualitée. Finalement il ne faut pas oublier que lorsque l'ont gueule contre les antennes on gueule aussi parce que on capte pas partout.. bref paradoxe habituel. Vaudrait mieux gueuler pour des trucs importants comme la libertée d'expression et autres principes largements menacés aujourd'hui (et plus importants je pense) sur lequel on peut avoir une idée très nette, pas des études vaseuses (des 2 cotés)

  5. gautomne734 a écrit :
    Dans l'intérêt public il faut obliger les opérateur à mutualiser les antennes, les multiplier... et qu'elles soient de faible puissance. C'est une idée...
    Leur dangerosité n'a jamais été prouvé véritablement .....
    Certes, mais les mutualiser ne ferait pas de mal, ne serait-ce qu'en terme de consommation électrique et de pollution visuelle.

  6. gautomne734 a écrit :
    Leur dangerosité n'a jamais été prouvé véritablement .....
    Il me semble que qu'il s'agit plus généralement de nuisances, la dangerosité n'étant qu'une nuisance parmi d'autres. ... mais c'est un vieux débat ... :rolleyes: ;)

  7. Le problème c'est pas vraiment les antennes, au contraire. La dangerosité vient plutôt du téléphone coller au crâne que de l'antenne qui se situe à 200m. Et moins le téléphone capte plus il émet fort et donc plus il est dangereux. Mais l'idée d'un réseau d'état loué à des opérateurs privés n'est pas dénuée de sens, ça contribuerait surement à un réseau plus efficace, par contre ça contraindrait les opérateurs dans le choix des technologies... Bref pas de recette miracle mais une chose est sûr, la multiplication des antennes ne devrait pas êtres la priorité pour les défenseurs des consommateurs...

  8. Réagir sur le forum