4G : Xavier Niel explique la stratégie de Free Mobile

24

France 2 consacrait hier soir un numéro de Complément d’enquête à la guerre des mobiles. À cette occasion, Xavier Niel, fondateur de Free, était l’invité de Benoît Duquesne sur le plateau de l’émission…

Dans une interview, il a répondu aux questions du présentateur. Sur le sujet de la 4G, il a exposé une partie de la stratégie, jusqu’à maintenant floue, de Free Mobile : attendre que les concurrents remontent leurs prix afin de pouvoir les baisser à nouveau ensuite.

« Les opérateurs déploient des antennes, et pour des raisons autres, ils ont décidé d’ouvrir plus vite que prévu leur réseau (…) ils se sont sentis obligés d’avancer le lancement de la 4G afin de pouvoir augmenter leurs prix et engranger toujours plus de bénéfices. On les laisse monter leurs prix tranquillement pour revenir, et on va recommencer par rediviser par deux les prix du marché ! »

Et d’enfoncer le clou en insistant sur le peu d’attractivité de la 4G auprès des consommateurs, peu de temps après : « 90% des Français n’en ont rien à faire de la 4G. 8% des Français sont intéressés par la 4G ».

Xavier Niel s’est par ailleurs défendu de la plupart des reproches faits à Free Mobile depuis son arrivée sur le marché, et est revenu sur une partie de l’histoire de Free : impact sur l’emploi, prix de la licence 3G, droit à l’itinérance avec Orange… L’émission s’est ensuite poursuivie avec la diffusion d’un portrait sur Xavier Niel, revenant sur son parcours.

Regardez l’émission dans son intégralité sur Pluzz :

(intervention de Xavier Niel à partir de 17:25)


Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

24 commentaires

  1. Dans une émission grand public on ne peut hélas pas attendre les questions qui fâchent, France Télé ayant en plus des problèmes de trésorerie, c'est vraiment pas le moment de se brouiller avec un annonceur.
    J'aurais pourtant bien aimé entendre des questions du style "vos engagements pris vis à vis de l'ARCEP dans le dossier de candidature, ils en sont où ?" "La 4G que vous avez annoncé à un confrère pour début 2013, c'était juste pour faire le buzz ?", là on nous a resservi les mêmes plats que d'habitude, le portait vu et revu de X.N (Minitel, SexShop, la Box, le mobile) en mélangeant savamment le côté "sombre" de X.N (Sexshops pour faire court) aussitôt contrebalancé par les opinions d'un de ses copains qui le trouve forcément génial.

  2. Oui bien sûr, je pense que personne ne le conteste, mais disons qu'aujourd'hui Free n'est plus le petit poucet qui arrive. C'est une grosse boite implantée comme les autres, qui cherche à faire du chiffre comme les autres, ce qui n'a rien de répréhensible. A une époque Free annonçait (ou n'annonçait pas) des nouveautés et les sortait ! Pas facile d'innover tout le temps, mais j'ai tout de même l'impression qu'on nous repasse les plats, en espérant que les annonces suffiront, même si elles ne sont pas suivies d'effet. A vrai dire depuis la sortie de la Revolution (c'est une bonne box mais pas aussi novatrice que la V5 en son temps, il y a même des fonctions basiques de la V5 qui ont disparues au profit de fonctions pour geek), je trouve du moins bien à Free et les annonces sensationnelles commencent à me lasser.
    J'ai plus l'impression d'une fuite en avant que d'une réelle progression de la part de cette entreprise. Alors toujours entendre "trublion" pour parler de Free, ça me fait bien rigoler. Qui innove aujourd'hui dans le mobile et dans les offres ADSL en bousculant les autres ? Je dirais plutôt Bouygues par exemple, mais les œillères sont bien vissées, il faudra donc sans doute du temps pour se rendre compte que "X.N = chevalier blanc qui ne veut QUE notre bien à tous" c'est un peu dépassé.

  3. Et tu appelles  comment des opérateurs qui lancent un forfait  social à un tarif qui leur permet de faire une marge indécente?
    Une escroquerie? De l'abus de faiblesse?

  4. Le soucis est que si l'on compare les offres que l'on a actuellement avec ce que l'on avait voilà cinq ans, le retour du porte-monnaie est incontestable dans la téléphonie mobile. (Si si)
    Reste que tout n'est pas rose, et ce n'est pas parce que certains ont fait pire qu'il faut tout excuser de la part de Free. Désormais, chaque opérateur propose peu ou prou une offre calée d'un point de vue tarifaire sur le forfait illimité de FreeM. 
    Il ne faut pas prôner l'évangélisme à outrance, chaque opérateur proposant à peu près le même tarif, on compare les autres détails, et là, free est clairement mal placé.
    Vendu à 2, 15.99, 19.99 voire même 0 euros, un abonnement reste un abonnement, avec une qualité de service minimum à espérer.
    Il y a du mieux, mais on n'est plus dans l'euphorie initiale... Là on voit bien que pour se démarquer à nouveau, Free et FreeM ont du chemin à faire, un travail de longue haleine: Renforcer leurs réseaux.
    Quant à la 4G... Je crois surtout que free n'est pas prêt de lancer une offre sans pouvoir s'appuyer sur une itinérance qui couvre la majorité du pays, qui dépend du déploiement de SFR, certainement le plus à la bourre des trois opérateurs historiques. C'est bête à dire, mais là, tout de suite, ils n'ont aucun intérêt à le faire.

  5. Induire en erreur les consommateurs en faisant l'usage de 'tarif social" m'apparait bien comme une escroquerie puisque la proposition à 10 euros pour 40mn de comm/mois et quelques SMS est arrivé peu de temps avant l'annonce des prix de free. 
    Nous ne sommes pas dans des 40% de marges, mais plutôt des X10 !
    J'espère que vous arrivez à percevoir l'indécence de cette marge, et le caractère trompeur de cette annonce qui voulait laisser croire que les marges des opérateurs étaient faibles.
    Imaginez qu'ils aient fait un tarif social à 1€ sur cette offre, tous les clients auraient pu évaluer grossièrement  le coût réel des autres offres.

  6. Réagir sur le forum