4000 emplois détruits en centres d’appels depuis l’arrivée de Free Mobile

0

Selon le SP2C, Syndicat des professionnels des centres de contact, Free Mobile aurait engendré la destruction de 4000 emplois en centres d’appels depuis un an.

Si l’impact de l’arrivée de Free Mobile sur le secteur de l’emploi n’a pas engendré de catastrophe au niveau des emplois directs des opérateurs (cf. les chiffres communiqués par l’ARCEP), les centres d’appels, intervenant souvent en tant que prestataires et donc comptabilisés comme emplois indirects, n’ont pas la même chance.

Le SP2C affiche ainsi un bilan noir pour le secteur : selon lui, il faut s’attendre à une chute globale du chiffre d’affaires entre 400 et 500 millions d’euros en 2013, soit une chute de 20 à 25% sur un an. Le résultat est sans appel : les emplois sont dégraissés, entraînant la perte de 4000 emplois en France depuis un an, et 4000 autres qui devraient suivre dans l’année qui vient… sur un total de 55 000 salariés sur le territoire.

Laurent Uberti, président du syndicat, refuse toutefois de blâmer Free et se contente de présenter les faits. « Ils ne sont pas coupables, mais c’est un constat », indique-t-il.

La délocalisation au Maghreb, en Côte d’Ivoire ou à Madagascar permet aux opérateurs de faire baisser les coûts de leurs centres d’appels. Mais cela n’est pas du goût d’Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, qui continue à vouloir un plus grand nombre de salariés des centres d’appels localisés en France. Une réunion avec les syndicats de la profession aura d’ailleurs bientôt lieu chez le ministre pour soulever cet épineux problème.

Source : le Journal du Dimanche

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.