Vers un statut de « zone fibrée » en juillet

0

Les zones réputées intégralement couvertes en fibre optique pourront bientôt obtenir le statut de « zone fibrée ».

L’Autorité de régulation des télécoms (ARCEP) travaille sur l’arrivée prochaine des « zones fibrées ». Ce statut, déjà inscrit dans la loi, vise à faciliter la vie des consommateurs. Ainsi, il sera possible de savoir à coup sûr qu’une offre de fibre optique FTTH est disponible, en emménageant dans une « zone fibrée ».

Pour en bénéficier, les collectivités pourront en faire la demande, à condition que tous les locaux inclus dans la zone soient bien « éligibles au FTTH ou raccordables sur demande ».

Le régulateur réfléchit encore à la notion précise de « zone ». Il pourra ne pas s’agir d’une ville entière, mais chaque zone devra être « aisément identifiable », par exemple en s’appuyant sur un « découpage administratif » existant au sein d’une commune. Une consultation publique a été ouverte afin de définir les modalités précises d’attribution de ce futur statut.

Vers l’extinction du réseau téléphonique de cuivre

Le concept de « zone fibrée » devrait également servir de base à l’extinction progressive du réseau de cuivre. Conformément à un rapport de 2013 sur l’extinction du réseau téléphonique traditionnel, les zones réputées intégralement fibrées seront les premières cibles de l’extinction du « vieux » réseau, qui se fera de façon progressive sur l’ensemble du territoire.

Concrètement, cela signifie que les habitants seront contraints à basculer vers une offre de fibre optique. La téléphonie analogique traditionnelle, ainsi que ses dérivés (ADSL, VDSL…) n’y seront plus disponibles.

Au-delà d’une volonté de modernisation évidente, l’initiative met la pression sur les opérateurs. Il s’agit d’un bon moyen de les contraindre à accélérer le pas sur la fibre ; en effet, en se reposant trop sur ses acquis, un opérateur risquerait de perdre gros en n’étant pas prêt le jour de l’extinction du cuivre dans une zone donnée.

Le rapport ne définit pas de calendrier précis pour cette transition. Néanmoins, le plan Très Haut Débit national mise sur une couverture intégrale du territoire en fibre optique d’ici 2022 ; si ce délai est maintenu, il s’agira donc de la date d’extinction finale du cuivre en France. Rappelons toutefois qu’au rythme actuel de déploiement FTTH, cet objectif semble extrêmement ambitieux, pour ne pas dire irréalisable…

via ARCEP

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.