SFR, Free et Orange s’affrontent à l’Elysée

11

L’Etat avait fait savoir son désaccord face à la stratégie de France Telecom pour le déploiement de la fibre optique. L’affaire opposant SFR et Free d’un côté, et Orange de l’autre, sera donc tranchée en haut lieu ; directement au sein du cabinet de la secrétaire d’État au numérique (Nathalie Kosciusko-Morizet).

Les trois opérateurs ont chacun rendu leurs conclusions et propositions à l’Elysée, hier.

Free et SFR sont favorables à la création d’une entité commune regroupant les principaux opérateurs et l’Etat. A priori, c’est également la stratégie que semble adopter le gouvernement ; des rumeurs insistantes font état d’une annonce prochaine en ce sens, avec un financement puisé dans le grand emprunt sur le numérique. Cette solution permettrait notamment de financer l’arrivée de la fibre sur les zones peu rentables, que les opérateurs n’auraient pas forcément couvert par leurs propres moyens. De plus, elle apporte d’excellentes garanties en ce qui concerne la mutualisation du réseau.

France Telecom, cependant, s’y oppose toujours, imaginant plutôt des réseaux privés, mutualisés à l’initiative des opérateurs (bien que cela pose problème en cas de réseau technologiquement non neutre, comme celui que déploie Orange). Cette optique déplaît surtout au gouvernement de par son manque de garanties en ce qui concerne le fibrage des zones les moins denses.

La décision devrait être rendue prochainement. Une réunion interministérielle sera organisée dès demain à ce sujet. Reste à savoir si ce projet de société commune est toujours réalisable si un des plus gros opérateurs du pays, à savoir France Telecom, continue de faire bande à part…

Source : Le Figaro

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

11 commentaires

  1. J'adore l'idée que c'est aux finances publiques d'investir dans les zones non-rentables, pendant que les opérateurs privés font leur gras dans les zones rentables... "Nationaliser les pertes et privatisers les gains" ?
    En dehors de ça, Orange commence vraiment à nous gonfler avec leur politique provocatrice. Si on arrive pas à une situation saine et pleine de bon sens (infrastructures mutualisées, techniquement neutres, accessibles aux FAI demandeurs, toussaaaa) c'est une fois de + le consommateur qui en fera les frais.

  2. Il est temps !
    Ca fait longtemps que j'en parle... notamment pour le cuivre...
    d'une entité indépendante... un FT coupé en deux : partie exploitation réseau et une partie commerciale équivalente aux concurrents.

  3. De toute facon si Orange freine... Orange ne freinera pas longtemps :-)
    Puisqu'il est prévu qu'un parachuté du gouvernement prenne la tête de FT...
    Surtout avec Sarkozy qui veut tout controler... alors je pense que si Orange fait son vilain petit canard... il va vite être remis dans le droit chemin :-)

  4. "l’État détient directement et indirectement à travers l’ERAP 26,97 % du capital et 26,98 % des droits de vote de France Télécom S.A."
    source : [url]http://www.orange.com/fr_FR/finance/action-capital/repartition/[/url]
    L'Etat n'est plus actionnaire majoritaire absolu, de mémoire depuis 2004.

  5. ça commence à devenir insupportable les attitudes de FT ORANGE: il faut qu'ils sabotent toutes évolutions pour préserver leur monopole ( à l'image de l'immense gachis généré par Thomson à la naissance de la micro informatique ou de BULL de sinistre mémoire.......)
    peut -être que pour une fois l'Etat saura se montrer positif...

  6. Réagir sur le forum