Les maires inquiets du retard pris par le déploiement de la fibre

17

Maire d’alors

Les élus des grandes villes et agglomérations de France réclament, dans un communiqué de presse, une reconnaissance des pouvoirs publics sur la question du déploiement du très haut débit en fibre optique à domicile (FTTH).

L’AMGVF (Association des Maires de Grandes Villes de France) et l’ACUF (Association des Communautés Urbaines de France), se sont réunies le 18 octobre 2011, à Marseille. Elles constatent un véritable « désengagement » des opérateurs dans le déploiement de fibre optique, « à l’instar de Free qui n’assure plus le câblage interne des immeubles » (voir notre actualité).

Les associations, qui dénoncent l’absence d’« obligations précises » permettant de garantir un objectif de couverture en FTTH minimal, veulent que leur avis soit mieux considéré. Dans un communiqué, elles indiquent leur souhait d’être impliquées dans les futures prises de décisions, afin que « les besoins des grandes agglomérations en matière d’aménagement numérique de leur territoire soient pris en compte » :

Très haut débit : des agglomérations inquiètes et mobilisées

Les élus des grandes villes et agglomérations se sont réunis à Marseille le 18 octobre dernier*. A cette occasion, ils ont exprimé leur préoccupation sur les retards pris par la couverture en très haut débit par fibre optique à domicile (FTTH) et demandé à être reconnus comme des interlocuteurs à part entière par les pouvoirs publics sur ce dossier.

La fibre optique à domicile est aujourd’hui la seule technologie en mesure d’absorber les besoins exponentiels en débit que nous connaissons. Elle est indispensable pour construire la ville intelligente et connectée de demain. Or, avec 1,2 million de foyers éligibles FTTH la France est en 17e position du classement européen du FTTH Council, très loin derrière les pays asiatiques.

Au printemps 2011 les opérateurs ont annoncé desservir en FTTH 3 600 communes d’ici 2015 correspondants aux principales agglomérations françaises. Des engagements qui ne sont cependant assortis d’aucunes obligations précises et qui empêchent, en attendant la fibre, la mise en œuvre de mesures locales de montée en débit sur le réseau ADSL. Par ailleurs, un seul opérateur est vraiment mobilisé sur ce dossier, l’heure semblant plutôt au désengagement à l’instar de Free qui n’assure plus le câblage interne des immeubles.

L’Association des Maires de Grandes Villes de France (AMGVF) et l’Association des Communautés Urbaines de France (ACUF) veulent aujourd’hui que les besoins des grandes agglomérations en matière d’aménagement numérique de leur territoire soient pris en compte :

- Les élus veulent connaître, quartier par quartier, les déploiements effectifs des opérateurs et disposer des modalités techniques et financières de raccordement des zones de faible densité (pavillons, immeubles de moins de 12 logements), qui peuvent représenter plus de la moitié de leur territoire.

- Ils veulent être pleinement associées à l’élaboration et à la signature des schémas régionaux ou départementaux d’aménagement numérique, afin que leurs propres schémas d’aménagement y soient intégrés. Pour garantir leur efficacité, ces schémas doivent être rendus opposables, comme le propose le sénateur Herbé Maurey.

- Les agglomérations qui exercent la compétence aménagement numérique doivent être reconnues comme interlocuteurs à part entière par l’ARCEP, le gouvernement, le législateur et les opérateurs.

- Les agglomérations doivent enfin, lorsqu’elles estiment nécessaires de mettre en œuvre un réseau public fondé sur la péréquation entre zones rentables et non rentables, pouvoir être éligibles, au même titre que les opérateurs, aux subventions publiques qu’il s’agisse de réseaux de collecte ou de réseaux de desserte.

*Journée organisée le 18 octobre 2011 par l’AMGVF et l’ACUF en partenariat avec les interconnectés la ville de Marseille et Marseille Provence métropole.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

17 commentaires

  1. qdshombre a écrit :
    j'ai été sollicité par Free pour une offre fibre optique qui devait arriver dans les 3 mois, c’était il y a 2 ans...
    pareil, mais chez orange nous.

  2. Sachant que dans certaines villes en banlieue parisienne à une 30aine de km de Paris il n'y a toujours ni 3G, ni ADSL à plus de 512k... Faut pas rêver...

  3. Voilà qui est fort inquiétant, car d'un constat que certaines copropriété ont reçu une démission de free, on passe à un quasi-abandon "général". Moi qui pensait proposer à la prochaine assemblée générale de ma copropriété que l'on élise un prestation pour poser la fibre optique, me voilà fort inquiet. C'est pourtant dommage: Free a installé la fibre dans la rue d'à coté, à à peine 40 mètre de chez nous. Je crois me rappeler que les hautes têtes de free infrastructures ont été remerciées... Perso, j'y voyais un geste de la part de free, montrant qu'ils souhaitaient que cela bouge. Avez-vous des infos là-dessus (nouveau dirigeant nommé, copropriétés actuellement en travaux etc...)?

  4. Doric a écrit :
    Sachant que dans certaines villes en banlieue parisienne à une 30aine de km de Paris il n'y a toujours ni 3G, ni ADSL à plus de 512k... Faut pas rêver...
    Je suis à 12Km au Nord de Paris (par la route, à vol d'oiseau je ne sais pas n'étant pas un oiseau) et je n'ai pas de couverture 3G au pied de mon immeuble (ou dans l'appartement c'est pareil), et un débit ADSL variant de 5Mo à 7Mo. Mais dégroupé totale depuis 3 ans où uniquement deux opérateurs proposent la TV. Alors la fibre peut-être une prévision pour 2020 avec une réalisation en 2030, d'ici là j'aurai casser ma pipe où on sera tous implanté avec une puce 6G. Dire qu'en 1985 on (l'opérateur unique de l'époque que je ne citerai pas) annonçait déjà que la France serait entièrement fibré dans les 10 ans (discours lors d'une présentation tenu à Rennes où je faisais mes études dans ce domaine). C'est peut-être aux mairies de faire les travaux pour passer les fourreaux et fibres en créant une boucle locale pour ensuite les louer à qui veut bien. Mais il y a peut-être des travaux plus important comme le logement et l'entretien des voiries, et la Mairie n'a pas forcement vocation et les compétences nécessaires pour suivre ce type de chantier dans le temps.

  5. Je suis de la communauté urbaine de saint Quentin en Yvelines. Il y a plus de deux, cette communauté a décidé de faire elle même son réseau optique. J'avais assisté a une réunion ou tout devait être fait dans l'année. Cela fait donc deux ans que j'attends aussi.... comme quoi, il n'y a pas que les FAI.

  6. Le souci c'est que même si une ville / communauté de ville / département déploie son propre réseau, il n'est pas certain que les opérateurs veuillent l'utiliser pour proposer la fibre..... Ensuite, on parle d'éligible à la fibre optique... mais ce ne sont pas forcément des foyers avec la fibre optique d'installer au domicile et opérationnelle.

  7. Dans le pays voironnais ( 38 ), il y a eu par la communauté de commune, un deploiement de fibre sur des dizaines de kilomètres, mais cela pour pas grand chose, pour les ste, le raccordement est possible, mais à des prix !!!, pour le particulier, pas de raccordement possible. A la sortie beaucoup de dépenses pour le prestige, mais pour nous pauvres consommateur, rien de plus

  8. il faut pas vous plaindre moi j ai meme pas du 512k et en plus il y a qu un seul fournisseur qui puisse m offrir l adsl tout les autres non eligible a l adsl

  9. gaston le rouquin a écrit :
    j'ai été sollicité par Free pour une offre fibre optique qui devait arriver dans les 3 mois, c’était il y a 2 ans...
    pareil, mais chez orange nous.
    Nous, ça fait plus de deux ans qu'Orange nous démarche régulièrement pour qu'on passe chez eux afin d'avoir la fibre mais il me semble que les règles fixées par l'ARCEP devaient justement faire qu'on ait le choix de son opérateur très haut débit et pour moi, ça sera free infrastructure ou bien free ADSL mais certainement pas l'anti-révolution orange ;)

  10. Réagir sur le forum